Inégalités femmes-hommes : la Caisse d'Epargne Ile-de-France assignée en justice

 |  | 1351 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
La CGT avait lancé, en juin 2019, la première action de groupe pour discrimination sexiste contre une entreprise, brandissant une différence moyenne de 18% entre les salaires des hommes et des femmes. Des accusations que conteste toujours la Caisse d'Epargne Ile-de-France, qui dénonce un discours mensonger et manipulateur.

[Mise à jour : article publié initialement le 07/10/20 à 11h20 et mis à jour à 16h40, avec les éléments de l'avis rendu par le Comité d'éthique de France Télévisions]

Ce mercredi 7 octobre à 15h40, la CGT assignera la Caisse d'Epargne Ile-de-France devant la justice pour discrimination envers les femmes. Selon l'organisation syndicale, le salaire des hommes est supérieur de 18% à celui des femmes au sein de l'entreprise, membre du groupe BPCE. Ce qui représenterait une différence moyenne de 700 euros par mois. Cette démarche intervient après que la CGT ait lancé, en juin 2019, la première action de groupe pour discrimination sexiste contre une entreprise.

Première action de groupe pour discrimination sexiste

Pour rappel, la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle permet depuis 2017 aux syndicats d'intenter une action de groupe en cas de présomption de discrimination structurelle au sein d'une entreprise.

Le 4 juin dernier, un huissier s'était rendu au siège de la Caisse d'Epargne Ile-de-France pour remettre à la direction un courrier la mettant en demeure de faire cesser la discrimination systémique. A partir de cette date, l'employeur disposait de six mois pour engager des discussions avec la CGT avant que l'affaire ne soit portée devant la justice, en l'occurrence devant le tribunal judiciaire de Paris.

"Durant six mois, nous avons tenté, y compris lors des Comités sociaux d'entreprises (CSE) de solliciter des entretiens ou un accord de méthode [qui permet de définir au préalable le déroulé des discussions, ndlr]. Les deux ont été refusés par l'entreprise", déplore le délégué syndical Bernard...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2020 à 8:31 :
SI les cadres sup se concentraient plus sur leur travail que sur leur b... déjà l'économie française se porterait bien mieux.
a écrit le 08/10/2020 à 8:09 :
Je ne savais pas que la Caisse d' Epargne existait encore.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :