L'épargne salariale se digitalise pour mieux séduire les PME

 |   |  1167  mots
Au moyen de plateformes en ligne, les dirigeants peuvent choisir les dispositifs les plus adaptés à leur entreprise.
Au moyen de plateformes en ligne, les dirigeants peuvent choisir les dispositifs les plus adaptés à leur entreprise. (Crédits : DR)
Plusieurs startups entendent dépoussiérer l'épargne salariale en proposant des parcours 100% en ligne. Leur cible : les PME très faiblement équipées. Les acteurs traditionnels, eux aussi, s'emparent du sujet.

[Article publié le 13.03.2019 à 06:30, mis à jour à 09:30]

« Aujourd'hui, l'épargne salariale est un produit bancaire. Nous souhaitons en faire un service pour les entreprises et leurs salariés en apportant une forte dimension pédagogique », expose Julien Niquet, le cofondateur et directeur général de la startup Epsor. Créée en octobre 2017, cette jeune pousse a lancé, l'été dernier, une offre 100% numérique à destination des petites et moyennes entreprises.

Difficile mise en oeuvre

En décembre 2017, les encours d'épargne salariale représentaient 131,5 milliards d'euros. À cette date, un peu plus de 10 millions de salariés en bénéficiaient. Mais ces chiffres cachent une grande disparité en fonction de la taille de l'entreprise.

« Les PME constituent le parent pauvre de l'épargne salariale. Seules 20% des entreprises de moins de 50 salariés en proposent alors que ce taux s'élève à 93% dans les entreprises de plus de 1.000 salariés », pointe Benjamin Pedrini, l'autre cofondateur d'Epsor.

« L'épargne salariale a été créée en 1959 sous l'impulsion du général De Gaulle. L'idée était de pousser les entreprises à associer leurs salariés aux bons résultats en redistribuant une partie...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :