L'ex-banquier de Drahi, Bernard Mourad, rejoint Bank of America à Paris

 |   |  243  mots
Bernard Mourad, 43 ans, s'est fait un nom en aidant Patrick Drahi à partir à l'assaut de SFR et à construire son empire des télécoms et des médias.
Bernard Mourad, 43 ans, s'est fait un nom en aidant Patrick Drahi à partir à l'assaut de SFR et à construire son empire des télécoms et des médias. (Crédits : DR)
Conseiller de Macron pendant la campagne, ex-directeur d'Altice Médias, l'ancien banquier d'affaires de Morgan Stanley prendra en septembre la direction parisienne de la banque de financement et d'investissement du groupe bancaire américain, qui mise sur Paris dans la perspective du Brexit.

En prévision du Brexit, Bank of America se dote d'une pointure pour son antenne parisienne : selon l'agence Reuters, Bernard Mourad, ex-banquier d'affaires de Morgan Stanley qui fut conseiller d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, va rejoindre le groupe américain en septembre prochain. Il prendrait la tête de sa banque de financement et d'investissement à Paris.

Le banquier vedette, âgé de 43 ans, s'était fait un nom en accompagnant Patrick Drahi à partir à l'assaut de SFR avec son opérateur Numericable pour bâtir son empire du câble et des télécoms Altice. Il avait dirigé pendant un temps l'activité de médias de l'homme d'affaires (Libération et L'Express).

Sa nomination devrait permettre à Bank of America de reconquérir des parts de marché dans le conseil en fusions et acquisitions en France. Bank of America est tombé de la quatrième à la douzième place du classement des banques d'affaires dans l'Hexagone l'an dernier.

Le géant de Wall Street a prévu de relocaliser à Paris plusieurs centaines de salariés en prévision de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Bank of America a en effet signé un bail pour plus de 10.000 m² de bureaux rue La Boétie dans d'anciens locaux de la Poste entièrement rénovés. Les transferts porteront dans un premier temps sur environ 400 postes dans les équipes de marchés, de trading, de ventes et d'actifs obligataires, début 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2018 à 18:27 :
Notre Président avait des potes de première classe pour financer sa campagne, vite un bouquin.
a écrit le 16/06/2018 à 10:29 :
Ca reste de l'info.

Mais je trouve amusant que notre presse tellement indépendante n'ait pas relevé plus tôt ni approfondi l'entourage de Macron avant, pendant, et après la campagne ;)

Et ensuite vous viendrez nous redire droit dans les yeux que macron n'est pas le héraut de la finance et des riches :)
Réponse de le 17/06/2018 à 5:14 :
Avant son election, nombre de documents circulaient a son sujet.
Tres bien documentes.
Les francais ne se sont pas deranges pour eviter son election.
Un peu plus de 20% des electeurs.
Ne vous etonnez donc pas.
Il est vrai que voter, est desormais devenu inutile puisque les des sont pipes et l'offre politique nulle.
La France n'est plus democratique depuis longtemps, aux mains d'une vraie mafia, de surcroit elue !
Une seule alternative pour les volontaires souhaitant une autre existence.
Foutre le camp.
Réponse de le 17/06/2018 à 15:24 :
Le sujet est je crois en rapport avec le Brexit et de l’intérêt d’être dans une économie ouverte et non dans un jardin d’agrément. Et le choix entre M. Macron et d'autre présentant des risques majeurs d'instabilité, était rationnel. Sinon on serait à la place de la GB et les banques migreraient au Luxembourg ou en Allemagne. Cela confirme une fois de plus que le Brexit est une erreur majeure.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :