Pourquoi les banques mettent le turbo dans l'assurance

 |   |  1553  mots
(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Après l'assurance vie, les grandes banques françaises accélèrent dans l'assurance dommages, un business très rentable grâce aux synergies avec leurs réseaux d'agences. Du pionnier, Crédit Mutuel, au leader, Crédit Agricole, tous les groupes bancaires français accentuent cette diversification qui permet à leur activité de détail de ne pas plonger dans le rouge du fait des taux bas.

Qui est le premier groupe d'assurance en France ? Axa ? Il est numéro deux en chiffre d'affaires dans l'Hexagone, juste derrière Crédit Agricole Assurances, selon le classement de KPMG et L'Argus de l'assurance. Avec ses marques Predica (assurance vie) et Pacifica (assurance dommages), la filiale de la banque verte, numéro un français de la banque de détail en nombre de clients (21 millions de particuliers, sans oublier les 6 millions du LCL), s'est imposée comme un leader et un puissant moteur de croissance rentable pour sa maison mère : elle a généré 1,4 milliard d'euros de bénéfice net en 2018, soit un quart du résultat du groupe. Dans un contexte de taux d'intérêt durablement bas, qui laminent les marges de la banque de détail, cette diversification est devenue essentielle pour maintenir des revenus en croissance.

« L'assurance est devenue vitale pour les banquiers et le compte d'exploitation de leurs réseaux : elle génère des milliards d'euros de commissions, c'est ce qui permet à leur activité de banque de détail d'être bénéficiaire », analyse Cyrille Chartier-Kastler, président et fondateur du cabinet de conseil Facts & Figures.

Il rappelle : « Historiquement, le Crédit...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :