Un an après son rachat, le compte Nickel monte en gamme

 |   |  600  mots
Déclinée en quatre couleurs, la nouvelle carte de paiement de Nickel sera facturée 30 euros par an.
Déclinée en quatre couleurs, la nouvelle carte de paiement de Nickel sera facturée 30 euros par an. (Crédits : DR)
Le compte ouvert chez le buraliste, racheté par BNP Paribas pour 200 millions d'euros, lance une carte plus haut de gamme, Nickel Chrome, pour 30 euros par an, en plus des 20 euros de compte. Rebaptisée "Nickel" tout court, l'entreprise espère élargir sa clientèle en allant sur le terrain des néobanques comme N26 et Revolut.

Les yeux rivés sur son smartphone, Hugues Le Bret, le cofondateur de Compte Nickel, regardait défiler le compteur des inscriptions devant le gratin des jeunes pousses de la finance, réunies mardi dernier lors de la conférence Fintech Revolution: "nous devrions terminer la journée avec 1.300 comptes ouverts", avait-il annoncé fièrement, rappelant qu'il était "le premier ouvreur de comptes de France" et qu'il avoisinait les 880.000 clients. Deux jours plus tard, l'entreprise, acquise l'an dernier par BNP Paribas pour 200 millions d'euros, révélait sa nouvelle identité, "Nickel" tout court, son nouveau slogan "le compte pour tous" remplaçant "le compte sans banque", son nouveau logo, rappelant la "carotte" des buralistes qui distribuent son offre, mais toujours orange (pas le vert de BNP), et surtout un nouveau produit, la carte Nickel Chrome.

"Une offre optionnelle qui répond à une demande client forte d'avoir accès à des assurances et services supplémentaires. Fidèle à ses valeurs de simplicité et d'utilité, Nickel a construit Nickel Chrome avec l'ambition de rendre accessible au plus grand nombre des options jusqu'ici réservées aux plus riches" affirme l'entreprise.

Cette carte de paiement Mastercard, qui offrira "toutes les assurances et assistances des cartes de type Gold Mastercard ou Visa Premier", ainsi qu'une assurance pour le vol d'effets personnels et une garantie pour les achats sur Internet, sera facturée 30 euros par an, en plus des 20 euros de forfait annuel du compte. De quoi augmenter très significativement le revenu moyen par abonné et les marges de l'entreprise, rentable depuis l'an dernier.

Concurrence des néobanques

Lancée en mai prochain, cette carte sera déclinée en plusieurs couleurs au choix, orange, noir, argenté ou doré, pour se mettre à niveau des autres néobanques qui permettent une certaine personnalisation, à l'image de la britannique Revolut ou de l'allemande N26. La carte actuelle commercialisée avec le compte Nickel est une Mastercard blanche plus basique : par exemple les retraits aux distributeurs de billets hors zone SEPA sont facturés 2 euros, contre 1 euro pour la carte Nickel Chrome quel que soit le lieu de retrait, et les paiements hors zone SEPA coûtent 1 euro, quand ils seront gratuits avec la carte "premium."

Avec cette nouvelle offre, la filiale de BNP Paribas veut s'ouvrir à une clientèle dotée de davantage de moyens que son coeur de cible, qui d'ores et déjà dépasse les seuls interdits bancaires visés initialement. Cependant, Nickel reste un service sans découvert possible, sans les facilités permises par d'autres : ses cartes sont à autorisation systématique et débit immédiat, non différé comme cela est possible chez Orange Bank et les banques en ligne. Il s'agit de ne pas empiéter sur la clientèle d'Hello Bank!, le service de banque sur mobile de BNP Paribas.

Sa tarification reste très compétitive : la carte premium Black Mastercard de N26 est facturée 5,90 euros par mois soit plus de 70 euros par an, l'offre haut de gamme de Revolut est à 6,99 livres par mois. Nickel considère que seule la carte du compte C-zam de Carrefour est aussi peu chère que la sienne. Les cartes haut de gamme sont généralement facturées plus d'une centaine d'euros chez les banques traditionnelles, mais sont généralement vendues dans le cadre d'une offre complète. Elles sont gratuites chez les banques en ligne, souvent sous conditions de revenus.

Cette nouvelle offre devrait aider Nickel à accélérer encore pour atteindre son objectif d'un million de clients dans le courant de l'été et de deux millions à l'horizon 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2018 à 8:14 :
Quelle déception que ce rachat de cette petite banque très attrayante du coup, par un gros groupe financier tacitement repoussant.
Réponse de le 16/04/2018 à 11:19 :
Peu sont ceux qui resistent aux sirenes de l'argent. Mais vous dites vrai, c'est dommage. Il arrive que nous soyons d'accord. Vive le printemps.
Réponse de le 16/04/2018 à 11:29 :
JE crois bien que tous les établissements financiers qui se sont montés via internet ont été rachetés par des multinationales.

Cela nous permet de bien voir qui dirige le monde et dans quelle entourloupe ils nous plongent quand ils nous parlent de concurrence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :