VIDEOS La fusée Ariane fête les 30 ans de son premier tir

 |   |  291  mots
Le lanceur européen avait décollé pour la première fois le 24 décembre 1979. Découvrez ci-dessous les images. Depuis, il est devenu l'une des fusées les plus fiables du marché. Sa version actuelle, Ariane 5 ECA, peut mettre en orbite un satellite de dix tonnes. Elle doit encore grossir.

 Il y a trente ans, l'Europe, à peine remise de l'échec de son lanceur Europa, signait un succès historique : le premier vol de la fusée Ariane. Un lanceur qui, au rythme de ses améliorations avec ses versions 2,3,4 puis 5 aujourd'hui, allait rivaliser avec les champions américains - surtout avec le choix peu heureux du passage aux navettes - et russes de la spécialité.

Trois décennies plus tard, la fusée européenne a en effet bien changé. Elle est désormais capable de mettre en orbite géostationnaire un ou plusieurs satellites d'un poids total de dix tonnes grâce à sa version surpuissante Ariane 5 ECA.

L'Europe travaille déjà à son amélioration avec le lanceur Ariane 5 ME qui doit pouvoir lancer douze tonnes d'un coup. En attendant une famille Ariane 6 que Nicolas Sarkozy appelle de ses voeux pour la prochaine décennie.

Et l'Europe conserve son atout maître pour ces lancements avec le CSG, centre spatial guyanais, qui permet de tirer les fusées Ariane depuis Kourou, tout près de l'Equateur ce qui permet, compte de la vitesse supérieure de rotation de la terre en cet endroit, de s'arracher plus facilement de l'attraction terrestre avec une consommation moindre de carburant et comburant.

Le programme Ariane implique de nombreux industriels européens, notamment le groupe EADS (également maison-mère d'Airbus) avec sa grande filiale spatiale Astrium, ainsi que Safran, spécialiste de la propulsion aéronautique et spatiale qui va encore s'y renforcer avec les actifs spécialisés du groupe SNPE.

 

 

L'explosion en vol d'Ariane 5, le 4 juin 1996, suite à un problème de centrale à inertie. 

 

 Le dernier lancement d'Ariane 5, le 18 décembre dernier. A son bord le satellite d'observation militaire français Helios 2B.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :