Bruxelles a choisi OHB aux dépens d'EADS Astrium pour Galileo

 |   |  155  mots
La Commission européenne a choisi l'allemand OHB pour l'attribution d'un lot de quatorze satellites du futur GPS européen, aux dépens d'EADS Astrium.

La Commission européenne annonce avoir sélectionné l'allemand OHB pour la fabrication de 14 satellites du système de navigateur Galileo, le futur GPS européen et Arianespace pour les lancer.

Les services du support de ce qui sera le plus important spatial européen ont été attribués au groupe franco-italien Thales Alenia Space pour un montant de 85 millions d'euros, précise l'exécutif européen dans un communiqué.

OHB a remporté le contrat pour 14 satellites, représentant 566 millions d'euros, aux dépens d'EADS Astrium.

Les deux groupes restent toutefois en lice pour les satellites restants, compris entre huit et 18.

Le contrat de lancement remporté par Arianespace représente 397 millions d'euros.

"Nous pouvons nous concentrer sur le déploiement de Galileo et apporter la preuve aux citoyens européens que le propre système de navigation par satellite européen est en bonne voie", déclare le commissaire européen aux Transports Antonio Tajani.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2010 à 9:27 :
Cela fait beaucoup d'échecs pour les industries françaises où nous sommes encore parmi les meilleurs du moins techniquement. Je pense que nous avons le potentiel de matière grise mais nos concurents et principalement les allemands ont de meilleurs lobbies que nous. cela ce voit aussi dans le domaine de l'énergie où l'état surendété est obligé de subventionner des éoliennes fabriquées à l'étranger alors qu'il serait plus rentable de chercher à maitriser les centrale de quatriéme génération. En France, malheureusement nos lobbies excellent dans le domaine du sectarisme. Le lobbiy des femmes: il nes'agit pas d'avoir de bons PDG, hommes ou femmes mais des PDG à 50% féminins. De même, il ne s'agit pas de s'attaquer au vrai problèmes de l'enseignement, mais d'imposer des quotats sociologiques. Comme la gauche ne pouvant enrichir le pays a essayé d'appauvrir les riches, la droite ne pouvant élever le niveau des élèves va essayer de baisser le niveau de l'élite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :