Boeing promet de livrer le B 787 dans les temps malgré les problèmes de ses fournisseurs japonais

 |   |  294  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Boeing espère toujours pouvoir livrer le premier exemplaire du B787 au troisième trimestre 2011, en dépit du tremblement de terre au Japon qui pourrait affecter ses fournisseurs dans l'archipel.

"Nous travaillons avec nos fournisseurs au Japon. Je crois que leurs installations sont restées intactes. Interrogé sur les conséquences des catastrophes en série qui paralysent partiellement le Japon, Randy Tinseth, le vice-président de la commercialisation des avions commerciaux du constructeur américain n'a pas semblé redouter les conséquences pour la production de son nouvel avion long-courrier.

"Nous pensons disposer de tous les éléments dont nous avons besoin pour la première livraison", a-t-il déclaré à l'agence Reuters lors d'un déplacement à Bangkok. Cette promesse est symbolique car le premier exemplaire du "Dreamliner" - l'autre nom du B787 - doit justement être livré à la compagnie japonaise All Nippon Airways.

Le poids des fournisseurs japonais dans la construction de cet avion est pourtant très conséquent. Il atteint 35%. Non content de garder confiance dans ses capacités à tenir ses objectifs, Boeing n'est pas seulement serein dans sa capacité à tenir les délais. Le deuxième constructeur aéronautique mondial derrière Airbus ne prévoit pas non plus - en tout cas pour le moment - d'évacuer ses quelque 200 employés au Japon, alors que le nord-est du pays a vu le niveau de radioactivité s'élever à la suite de nouvelles explosions dans la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi.

Randy Tinseth a par ailleurs souligné à l'occasion de ce déplacement en Thaïlande que Boeing tablait sur une demande de plus de 2.500 appareils, d'une valeur totale de 370 milliards de dollars, de la part des compagnies aériennes de l'Asie de Sud-Est au cours des deux prochains décennies. Le constructeur américain voit le trafic aérien dans la région progresser de 6,9% par an lors des deux prochaines décennies, avec une croissance économique annuelle s'établissant à 4,3%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :