Paris choisit Dassault Aviation pour son drone Male intérimaire

Le ministre de la Défense Gérard Longuet s'est prononcé mercredi soir en faveur de Dassault Aviation pour remplacer ses drones actuels, en attendant la nouvelle génération franco-britannique.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

La France a enfin choisi le drone MALE (moyenne altitude ? longue endurance) de reconnaissance et de surveillance qui va équiper ses armées jusqu?à 2020. Le ministre de la Défense Gérard Longuet a décidé mercredi lors du Comité ministériel d?investissement (CMI) l?entrée en négociations avec Dassault Aviation. C'est un nouvel et cruel échec pour EADS, qui proposait une modernisation des Harfang, dans le domaine des drones. L'avionneur, père du Rafale, devra " fournir ce système de drones aux armées françaises en 2014 ", selon le communiqué du ministère de la Défense.

L'avionneur propose une plate-forme israélienne, conçue par la société IAI, le Heron TP, qui sera francisée et évoluera au fil du temps. Le développement impliquera plusieurs groupes aéronautiques et de défense français dont Thales. " L'implication de ces entreprises va permettre de commencer à structurer une filière industrielle en préparation du futur système de drones MALE franco-britannique ", veut croire le ministère.

Les autres modèles en compétition étaient le Harfang modernisé d?EADS et le Predator (General Atomics) des Etats-Unis. Les nouveaux drones doivent remplacer la génération actuelle (Harfang), dont la fin de la mise en service est prévue pour 2013, jusqu?à l?arrivée de la nouvelle génération franco-britannique à l?horizon 2020.

1 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 23/07/2011 à 9:04
Signaler
RAPPEL : C EST UN AVION INTERMEDIAIRE qu'on jetera à la poubelle dans 5 ans. C'est une réponse francaise au choix americain d'acheter des KC-X de boeing, après des milliers de tonnes magouilles, mais le choix du MALE reste un bon compromis Dassau...

à écrit le 22/07/2011 à 10:05
Signaler
Gerard Longuet a choisi contre l'avis des opérationnels et pour faire plaisir à Dassault un drone israelien en cours de développement , sans appel d'offres, sans transfert de technologie, et selon les industriels concernés sans sous traitance françai...

le 22/07/2011 à 10:20
Signaler
Derrière ce drone il y a une vision à plus long terme : la vrai échéance est sans doute celle des drones de combat, en intercation avec des avions pilotés. La mise en place d'une filière franco-anglaise passe juste par un galop d'essai sur un drone c...

le 22/07/2011 à 13:06
Signaler
Ca me semble une excellente décision de faire un nouveau coucou avec les Anglais, mais bien tardive pour nos forces armées.

à écrit le 22/07/2011 à 8:30
Signaler
Ce n'est pas très grave pour EADS qui est principal actionnaire de DASSAULT à hauteur de 46 pour cent et qui de toute façon joue sur les 2 tableaux. C'est le genre de décision propre à ménager la famille Dassault toujours très "influente" au plus hau...

le 22/07/2011 à 10:15
Signaler
Je ne porte pas Dassault dans mon coeur, car je pense que depuis le décès de Marcel Dassault, cette société porte plus préjudice qu'autre chose par ses erreurs de stratégie, mais la grosse différence à mon sens, c'est que CASSIDIAN, la branche défens...

le 22/07/2011 à 15:36
Signaler
Très juste.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.