Le Boeing 787, le meilleur ami de l'Airbus A330 (EADS)

 |   |  521  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'A330 pourrait profiter des déboires du B 787. Condamné à disparaître avec le lancement du B787 en 2004, puis de l'A350, l'A330, mis en service au début des années 90, multiplie au contraire les prises de commandes depuis huit ans.

Les déboires du Boeing 787 pourraient profiter à l'A330 d'Airbus (un avion mis en service au début des années 90) dans la mesure où c'est aujourd'hui le seul gros porteur de moyenne capacité (220-330 sièges selon les versions) performant qui peut être livré rapidement à des compagnies aériennes. En effet, destiné à lui succéder l'A350 doit entrer en service au deuxième semestre 2014 s'il ne subit pas de nouveaux retards (initialement, la première livraison était prévue en 2013). De quoi prolonger encore la vie de l'A330 condamné à disparaître rapidement avec le lancement en 2004 du B787 puis de l'A350 (1ère version) en 2005, vite abandonné pour l'A350 XWB, lancé en 2007.
Au contraire, depuis le lancement de ses deux successeurs, l'A330 ne s'est jamais si bien vendu. Les trois ans et demi de retards subis par le B787, dont la mise en service était initialement prévue en mai 2008, et la décision d'Airbus de riposter au 787, non pas avec un A350 dérivé de l'A330 mais avec un appareil au moins aussi performant que le "Dreamliner" (l'A350 XWB) mais livrable non plus en 2010 mais en 2013 (avant le premier retard) ont fait le jeu de l'A330. Depuis le lancement du B787, près de 800 A330 ont ainsi été commandés! Soit près des deux tiers des 1.244 exemplaires commandés depuis le tout premier contrat signé avec Air Inter en 1989. L'an dernier, 58 avions ont encore été achetés. Soit 157 en deux ans. Aujourd'hui, le carnet de commandes de l'A330 s'élève à 306 avions. Les cadences de production ne cessent d'augmenter. Elles doivent passer à 10 par mois en avril 2013 puis à 10,5 en août 2014.

Améliorations lancées en 2012
«Le succès de l'A330 nous incite à le pousser jusqu'à ses limites mais sans aller jusqu'à une remotorisation», explique t-on chez EADS. Airbus vient déjà d'apporter des améliorations en lançant en novembre une version de l'A330-300 (300 sièges en configuration biclasses) disposant d'une masse maximale au décollage de 242 tonnes (sept tonnes de plus). De quoi permettre d'augmenter le rayon d'action de 500 miles (926 kilomètres) et de franchir des distances de 11.000 kilomètres que seuls des Boeing 777 ou 787 peuvent assurer depuis l'arrêt, il y a deux ans, de la production du quadriréacteur A340. Cette nouvelle version qui sera disponible en 2015 peut aussi permettre d'embarquer plus de passagers avec le même rayon d'action.

Une gamme long-courrier complète
Pour augmenter la masse maximale au décollage, certains éléments de l'avion ont dû être renforcés. Afin de compenser cet excès de poids et ne pas augmenter la masse à vide de l'appareil, d'autres parties de l'appareil ont été allégées. Ainsi l'A330 nouvelle version va permettre à Airbus de couvrir tous les besoins du marché. Il n'y aura pas de trous entre l'A330-300 et l'A350, dont la première des trois versions l'A350-900 de 314 sièges répartis en trois classes) est prévue en 2014. Les deux autres, l'A350-800 dont la capacité (270 sièges en version triclasses) est la plus proche de l'A330-300, et l'A350-1000 (350 sièges) sont elles prévues en 2016 et 2017.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2013 à 3:55 :
Tout va bien chez airbus.
Réponse de le 24/01/2013 à 16:06 :
+1 tout a fait d'accord avec un carnet de commandes supérieur à 5 ans, il y a pire comme situation...
Réponse de le 25/01/2013 à 9:47 :
C'est même un carnet de commandes fermes pour 7 ans.
a écrit le 23/01/2013 à 20:40 :
Le marche concurrentiel des moyens gros porteurs restent a definir dans sa conception de management operationel d'efficacite .Et il est judicieux de creer un moyen courrier capable d'effectuer un parcours de 13000 kilometres afin de pouvoir gerer un tassement multiple d'operations de vol pour repondre a un meilleur gestion financiere d'utilite operationel. Ceci repondras par une meilleur multiple de hubs de destinations dont la necessite operationel est en forte demande par effet de split-cumuls interchanges de passagers.Airbus ou Boeing a cette capacite de creativite pour repondre de maniere active a cette demande mathematicienne de multihubs d'efficacite operationels.La gestion operationnel d'une compagnie est assujettie a la capacite efficacite operationelle de l'avion et non pas le contraire.
Réponse de le 24/01/2013 à 0:15 :
Incompréhensible!
Réponse de le 24/01/2013 à 3:51 :
La traduction automatique.
a écrit le 23/01/2013 à 17:31 :
Savoir mener des projets inter étatiques.
a écrit le 23/01/2013 à 17:11 :
Comme l'UE l'est pour elle. Le mariage est juste plus long à mettre en place.
a écrit le 23/01/2013 à 16:41 :
Airbus, un succès européen, à mettre au crédit de l'UE que la GB menace de quitter. Sortira-t-elle aussi, logiquement d'EADS pour se concentrer sur BAE ?
Réponse de le 23/01/2013 à 16:52 :
La Grande Bretagne n'est plus au "board" du groupe EADS depuis quelques années déjà.
Réponse de le 23/01/2013 à 17:12 :
L'Union Européenne n'a absolument rien à voir dans l'organisation ? Airbus Industries. C'est un bon exemple de coopération entre états souverains et entreprises mais, heureusement, Bruxelles n'est pas partie prenante.
Réponse de le 23/01/2013 à 17:41 :
Ce sont des états souverains et entreprises de l'UE. C'est cette appartenance qui a favorisé sa création et son développement. Bruxelles n'a pas vocation prendre des participations industrielles et ne le fait pas. Heureusement comme vous le dites.
Réponse de le 23/01/2013 à 18:29 :
La commission européenne au nom de la défense de la libre concurrence bloquerait tout projet industriel ressemblant à Airbus.
Réponse de le 24/01/2013 à 0:28 :
Mais si la FAA interdit ou impose des restrictions sur l'utilisation des batteries li-ion dans les avions, l'A350 et l'A380 vont également avoir des problèmes. Ne vous réjouissez pas trop vite...
Réponse de le 24/01/2013 à 8:47 :
En France on a toujours la même habitude de vendre l ours avant de l'avoir tué . Honnêtement je préfère voyager sur Boeing que sur Airbus . Je suis en phase avec votre commentaire.
Réponse de le 24/01/2013 à 9:53 :
Tu ne dois jamais voyager en 737 ... ou alors tu ne connais pas l'A320 ....
Réponse de le 24/01/2013 à 10:04 :
si il connait bien le Boeing A320, tellement plus stable silencieux et spacieux... ;-))
Réponse de le 25/01/2013 à 8:43 :
presque chaque crash implique un Boeing 737, et personne ne s'en émeu. Jusqu'à quand ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :