Spatial : Français et Américains à couteaux tirés aux Emirats Arabes Unis

 |   |  606  mots
lancement d'Helios 2B de Kourou Copyright Reuters
lancement d'Helios 2B de Kourou Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Les Emirats Arabes Unis souhaitent s'équiper de deux satellites d'observation. Les groupes tricolores Astrium et Thales Alenia Space font de la résistance face aux Etats-Unis.

Guerre des sables entre Français et Américains aux Emirats Arabes Unis. Astrium et Thales Alenia Space (TAS), qui font cause commune dans cette compétition, ne désarment pas face à la nouvelle proposition de Lockheed Martin. Et pour cause, le montant de ce contrat est supérieur à 500 millions d'euros. Selon des sources concordantes, le groupe américain qui a fait une nouvelle offre technique très intéressante aux Emirats pour remporter un appel d'offre portant sur la fourniture de deux satellites d'observation, a obligé les deux groupes français à réviser leur proposition sous la pression des Emiratis, très opportunistes pour demander une nouvelle offre aux constructeurs tricolores. Initialement, Astrium et TAS étaient pourtant les favoris d'un premier appel d'offre pour la fourniture de deux satellites d'observation ayant une résolution de 50 cm face à Raytheon, qui était 20 % plus cher, selon nos informations.

Mais l'irruption de Lockheed Martin a changé complètement la donne. Le groupe américain a vu un contrat annulé par la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA), une agence du département de la défense des Etats-Unis qui a pour fonction de collecter, analyser et diffuser le renseignement géospatial en utilisant l'imagerie satellite. Avec un satellite fabriqué sur les bras, le groupe américain a sauté sur l'opportunité de le proposer aux Emirats. D'autant que ce satellite - Digital Globe - a une résolution de 34 cm, bien supérieure à celle proposée dans le cadre du premier appel d'offre. Washington s'est également mis au service de son industrie en signant avec Abu Dhabi un accord intergouvernemental régissant les conditions d'utilisation du satellite.

Réaction française

Les Français ont été forcés à réagir face à cette nouvelle proposition, qui a rebattu les cartes. Demandé par les industriels depuis plusieurs mois, un accord intergouvernemental, exigé par les Emiratis, a finalement été signé par la France. Lors de son passage aux Emirats la semaine dernière au moment du salon de défense IDEX, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a paraphé à la satisfaction des Emiratis cet accord avec le prince héritier, Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan. Et il a convenu de revenir aux Emirats avec une nouvelle offre française définitive et engageante six semaines après.

Aujourd'hui, Astrium et Thales Alenia Space, qui se sont chamaillés pour tirer les prix au plus bas mais sont condamnés à travailler ensemble sous la vigilance de Paris - l'Etat a été très clair, il veut une offre commune - , sont actuellement en train de travailler sur une nouvelle offre technique améliorée pour se remettre au niveau de celle de Lockheed Martin. Ce qui n'est pas du tout irréalisable pour les deux partenaires. Deux solutions sont actuellement étudiées. Soit dégrader une version d'un satellite de type Helios, soit augmenter la performance d'un satellite de type Pléiades.

La France en bonne position

La France n'a pas perdu la compétition. Loin de là. L'offre française sera au moins au même niveau que celle de Lockheed Martin même si elle sera réévaluée au niveau du prix par rapport à la première offre en raison de son amélioration technique. D'autant que des développements non récurrents seront facturés. Les deux partenaires sont d'ailleurs en train de définir un produit générique qui sera ensuite proposé à l'export. Comme quoi les exigences émiraties ont du bon... Enfin, les conditions d'utilisation des satellites américains sont tellement strictes qu'elles ne devraient pas satisfaire les Emiratis. Celle de Paris sont beaucoup plus souples.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2013 à 12:34 :
l'expression "à couteaux tirés" est totalement contre-productive et donne une image beaucoup trop agressive de ce qui n'est qu'une saine concurrence : "les exigences émiraties ont du bon". Cet article pue antiaméricanisme franchouillard, alors que la France ne négocie qu'au nom d'une industrie européenne comme le relèvent les commentaires.
a écrit le 26/02/2013 à 20:14 :
Pour une question de performance de technologies il me semble judicieux que le satellite soit de Lockeed martin et le systeme lanceur francaise Arianne meme si pour certains specialistes les avis sont partages.Arianne a prouve son serieux dans le domaine lanceur contrairement au lanceur sovietique.
a écrit le 26/02/2013 à 14:01 :
Si les E.A.U. prennent plaisir à nous narguer concernant rafale et satellite le voisin d'en face,mamoud, est preneur des deux références!!!
a écrit le 26/02/2013 à 10:33 :
"le groupe américain....ont obligé". Quid de l'accord du sujet et du verbe? Apparemment, le métier de relecteur n'existe plus..
a écrit le 26/02/2013 à 8:56 :
va déménager aux émirats ! pour observer quoi ? les militaires ou les cortèges de chameaux dans le désert ? il faudrait qu'ils soient équipés d'une autodestruction au cas ! par nécessité
Réponse de le 26/02/2013 à 10:41 :
L'Iran plutot non?
a écrit le 26/02/2013 à 8:17 :
"Les groupes tricolores Astrium et Thales Alenia Space" === Euh... pas tout à fait exact, Michel caribol ! ===Astrium est une filiale du groupe européen, présente en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Espagne.=== Thales Alenia Space est une coentreprise franco-italienne.==== Il est donc faux de dire que ce sont des entreprises françaises ! ===
Le titre de votre article devrait être : Spatial : Européens et Américains à couteaux tirés aux Emirats Arabes Unis. merci de corriger !
Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Astrium ====http://fr.wikipedia.org/wiki/Thales_Alenia_Space
Réponse de le 26/02/2013 à 9:46 :
Vous avez tout a fait raison les 2 groupes ne sont que partiellement francais.Dailleurs il est sujet de groupes tricolores ce qui ne veut rien dire car de nombreux pays sont "tricolore".Je pense que l'on parle de la France et de ses alliers commerciaux face aux USA .Aussi tricolore.
Réponse de le 26/02/2013 à 10:09 :
Bonjour, je suis en partie d'accord avec vous mais l'offre est portée par la France. Voilà pourquoi ce raccourci. Bien à vous. Michel Cabirol
Réponse de le 26/02/2013 à 10:41 :
vos remarques sont tout à fait bonne, mais il s'agit ici d'un contrat de gré à gré (d'état à état) et c'est bien la France qui est impliquée et ce seront les équipes françaises qui seront concernées par ce contrat
Réponse de le 26/02/2013 à 11:45 :
Le spatial comme l'aviation civile plus que militiare sont euroopéens voilà pourquoi nous pouvons nous mesuere sans pb aux américains. Reste un ecueil et non des moindre le jeu des monnaies et là l'Union n'est pas en phase avec la concurrence. Dernier point on voit que l'orgueil de Dassault aviation avec la complicité économique de différents gouvernmments dont le triste M. Chirac ont misé sur le contribuable français au lieu de miser sur l'Europe. Seule une grande union industrielle en Europe pourra sortir le continent de la crise
Réponse de le 26/02/2013 à 12:16 :
Oh, Euro monte face au dollar LOL
Réponse de le 26/02/2013 à 13:42 :
Merci Michel Cabirol d'intervenir dans les commentaires, c'est une excellente idée qui permet au lecteur de ne pas voir "dériver" les commentaires en l'absence de l'avis du journaliste... Après chacun apprécie selon ses opinions!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :