Dissuasion nucléaire : le M51 bon pour le service sur "Le Triomphant"

Grâce au succès du tir d'essai du missile balistique M51 depuis le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) "Le Triomphant", le système d'armes de ce SNLE et du M51 a été validé en conditions opérationnelles.
Michel Cabirol

3 mn

Le missile balistique stratégique de nouvelle génération M51 équipe aujourd'hui trois des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de nouvelle génération (SNLE-NG) a annoncé le ministère de la Défense
Le missile balistique stratégique de nouvelle génération M51 "équipe aujourd'hui trois des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de nouvelle génération (SNLE-NG)" a annoncé le ministère de la Défense (Crédits : Reuters)

Avec le succès du tir d'essai du missile balistique M51 vendredi en baie d'Audierne depuis le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) "Le Triomphant", le système d'armes de ce SNLE et du M51 a été validé en conditions opérationnelles. Ce missile de nouvelle génération "équipe aujourd'hui trois des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de nouvelle génération (SNLE-NG)", a précisé vendredi le ministère de la Défense dans un communiqué. Le passage de l'ensemble de la force océanique stratégique à cet armement est prévu "d'ici à la fin de la décennie", a-t-il expliqué. C'est le huitième tir d'essai du M51 depuis novembre 2006, dont quatre à partir d'un SNLE.

Le tir d'essai du missile M51 a eu lieu vendredi matin à 9h18 avec "succès" depuis un SNLE situé dans la baie d'Audierne (Finistère), a indiqué le ministère de la Défense. Le missile, dépourvu de sa tête nucléaire, a été suivi tout au long de sa phase de vol par les moyens du centre d'essais de la direction générale de l'armement (DGA), dont le bâtiment d'essais et de mesures Monge, a précisé l'Hôtel de Brienne. La zone de retombée se situe dans l'Atlantique Nord, à plusieurs centaines de kilomètres de toute côte, assure le ministère.

Un succès qui efface complètement l'échec de mai 2013

Ce nouveau tir d'essai entre dans le cadre du développement de la nouvelle version du missile M51 inscrit dans les objectifs de la loi de programmation militaire 2014-2019. Il efface complètement l'échec d'un tir d'essai d'un M51 le 5 mai 2013, qui s'était auto-détruit au large du Finistère après son décollage du Vigilant. Entretemps, un tir avait été effectué fin septembre 2015 du centre de la DGA Essais de missiles, sur le site de Biscarrosse (Landes).

Le 5 mai 2013, un missile M51 tiré depuis un SNLE avait explosé en plein vol à 25 km des côtes finistériennes peu après son départ. L'incident avait été classé secret défense. Les recherches pour retrouver les débris du missile s'étaient achevées le 23 juillet en baie d'Audierne.

Ce missile a connu "un fonctionnement erratique dès son lancement avant de se mettre en auto-sûreté et de se détruire après une trentaine de secondes de vol", avait précisé le Délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon, lors d'une audition à l'Assemblée nationale en mai 2014.

Quelles étaient les causes de cet échec?

Laurent Collet-Billon avait pointé des insuffisances graves dans la maîtrise de la qualité des industriels de la filière missile balistique, notamment Airbus Defence and Space, pour expliquer l'échec de l'essai du M51. L'enquête avait "mis en évidence des lacunes dans les plans qualité des industriels. Nous y remédierons, même si un nouveau dispositif est difficile à mettre en place compte tenu de la faible cadence de production des missiles", avait-il expliqué en mai 2014.

Depuis, Airbus Group et Safran ont réorganisé leurs activités spatiales et militaires. Ainsi, ils ont finalisé jeudi dernier la constitution de leur coentreprise Airbus Safran Launchers (ASL). C'est l'aboutissement de la réorganisation de la filière spatiale européenne destinée à accroître sa compétitivité face à la concurrence, notamment américaine, avec en ligne de mire le prochain lanceur Ariane 6. C'est aussi le cas pour la filière de la dissuasion nucléaire. La création d'ASL "répond à un besoin essentiel de souveraineté et constituera un acteur clé de la dissuasion nucléaire française", a ainsi souligné Jean-Yves Le Drian.

"Cette dernière étape matérialise l'aboutissement de l'initiative stratégique majeure engagée en 2014 pour redéfinir le secteur européen des lanceurs et servir encore mieux les intérêts stratégiques français, allemands et européens", ont déclaré les deux groupes dans un communiqué commun.

Michel Cabirol

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 01/10/2016 à 11:48
Signaler
Porté maximum annoncé pour le M-51-2 plus de 10 000 Km, Le M-51 comporte plusieurs stade de développement. Nombre de tête 6 (têtes multiple de type MIRV) + des leurres. Les têtes sont durci contre toute interception. Vitesse d'ascension du m...

à écrit le 06/07/2016 à 20:55
Signaler
Bonne nouvelle. Le monde reste un endroit dangereux et il n'est pas superflu de renforcer et d'améliorer sa défense. Les régimes perturbés sont encore nombreux (Corée du Nord, Arabie Saoudite, Etats-Unis ou Turquie) et à défaut de pouvoir se placer ...

à écrit le 06/07/2016 à 20:07
Signaler
1/ Relisez le traité. 2/ Nul ne dit que le M51 aide d'autres états à acquérir des capacités nucléaires militaires. La prolifération c'est ça!! 3/ Le traité prévoit explicitement la "prolifération civile".

à écrit le 04/07/2016 à 20:56
Signaler
La russie dispose du missile Satan 2, avec des têtes multiples, il peut atteindre la France en moins 30 minutes, un seul missile suffit à raser la France, les Russe pratique la politique de la force et on ne peut négociation que de la même façon en y...

le 04/07/2016 à 22:40
Signaler
Absolument d'accord avec vous. Et La France doit maintenir sa capacité et sa recherche. Ne jamais minorer la menace potentielle et d'ailleurs TOUJOURS bien réelle. Quiconque doit etre dissuadé. Il serait souhaitable qu'en cas de victoire de Nicolas S...

le 06/07/2016 à 20:10
Signaler
"Alors qu'une centaine de missile de croisière naval équipés de tête nucléaire et lancé par des SNA permettrait d'économiser probablement une 10 milliards €" 1/ A combien estimez vous le coût d'un vecteur de type Scalp Naval et de ses têtes nucléai...

à écrit le 04/07/2016 à 19:45
Signaler
Chaque missile coute 120 millions €, un SLNE en emporte 15 soit 1,8 milliards par SNLE. Il est prévue d'avoir 60 missiles M51 soit 7.2 milliards €. Le cout d'un SLNE est de 2.4 milliards soit pour les 4 SLNE la somme de 9.6 milliards €. Le cout tota...

le 05/07/2016 à 14:24
Signaler
Économiser 10 milliards pour en faire quoi ? les dépenser en prestations sociales ?

le 05/07/2016 à 22:36
Signaler
Oui et de l'autre, les parents ne touchent que les allics au 2 ieme enfant, les moins de 25 ans ne touchent ni rmi ni rsa, donc 80 milliards en injustice . 60 milliards aux grandes entreprises 70 milliards de niches aux grandes entreprises 40 millia...

le 01/10/2016 à 11:37
Signaler
Un scalp naval à une portée maximum de 1000 km seulement et sa vitesse ne dépasse pas le mur du son, c'est un missile subsonique qui n'est absolument pas pensé pour des tirs balistiques et pour emporté plusieurs tête nucléaires à cible multiple, et ...

à écrit le 04/07/2016 à 19:33
Signaler
Pourquoi s'obstiner a lancer les missiles balistiques depuis la baie de Douarnenez ? Alors que les installations du CEL sont le mieux adaptées depuis près de 50 ans ! Proximité de l'Ile-Longue ? Cadeaux aux Bretons de M. le ministre de la Défense ?...

à écrit le 04/07/2016 à 17:07
Signaler
@ BONJOUR : A quoi sert ces dépenses pharaoniques à quoi peuvent elles servir à DEFENDRE NOTRE PAYS QUELLE BELLE BLAGUE ! l'ennemi est déjà sur notre sol, dans nos villes, dans nos quartiers et ces missiles ne serviront à rien même pas pour défendre...

le 05/07/2016 à 13:14
Signaler
Tout cet argent finance les entreprises de défense françaises et la recherche française. Les technologie utilisées dans ce genre de programme s'exportent et sont utilisées dans d'autres applications. Conclusion, financer ces programmes c'est finance...

à écrit le 04/07/2016 à 14:04
Signaler
Oui une bonne nouvelle c'est une bonne chose ! La plus mauvaise, reste une partie du budget militaire à été différé sur 2017 !!! Moyen de tromper les chiffres, laisser croire qu'ils tienne le CAP ! La Tribune n'en parle pas...... ?

à écrit le 04/07/2016 à 11:17
Signaler
Heureusement que ce sous-marin ..ne fut baptisé Normal 1er ...!

à écrit le 04/07/2016 à 10:35
Signaler
La France imposera toujours sa stratégie Européenne sinon tout cela ira entre les mains du FN et c'est inenvisageable, donc les déficit Français ... les autres pays sont la pour les combler.

le 04/07/2016 à 19:45
Signaler
peut-on savoir ce que le FN vient faire dans ce dossier??

à écrit le 04/07/2016 à 8:40
Signaler
Missile M51 développé en violation du traité de non prolifération d'armes nucléaires, comme quoi quand les états le veulent ils savent parfaitement transgresser, peut-être même qu'ils utilisent le principe de l'intérêt général. On aimerait bien égale...

le 04/07/2016 à 13:22
Signaler
C'est absolument faux. Le M51 remplace les anciens missiles devenu obsolete donc il n y a pas d'infraction au traité.

le 04/07/2016 à 15:23
Signaler
Vous ne faites que jouer sur les mots mais les faits sont là, le M51 est bel et bien un nouveau missile nucléaire d'ailleurs vous ne dites pas le contraire, et les faits sont têtus.

le 04/07/2016 à 15:47
Signaler
J'aimerais bien savoir en quoi ce missile transgresse le traité de non prolifération.

le 04/07/2016 à 19:31
Signaler
Si c'est un nouveau missile cela veut donc dire que les français continuent de fabriquer des missiles nucléaires et que le traité de non prolifération d'armes nucléaires implique de ne plus construire de nouveaux missiles nucléaires. Je ne pense ...

le 04/07/2016 à 19:47
Signaler
Fondamentalement le traité vise à éviter qu'un état en aide un autre à développer une capacité nucléaire. Le M51 n'est pas commercialisé et vise à remplacer des missiles obsolètes tout en améliorant les performances de précision et de portée ce qui n...

le 05/07/2016 à 9:19
Signaler
Vous voulez donc me dire que le traité de non prolifération d'armes nucléaires permet quand même la prolifération d'armes nucléaires ? Je vous crois sur paroles, vu le niveau de compromission de nos dirigeants et leur capacité à nous enfumer c'es...

le 05/07/2016 à 14:33
Signaler
Revoyez la définition de "prolifération"....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.