Latécoère prévoit de supprimer près du tiers de ses effectifs en France

 |  | 495 mots
Lecture 3 min.
Près de 500 poste en France pourraient disparaître.
Près de 500 poste en France pourraient disparaître. (Crédits : Remi Benoit)
Après avoir déjà supprimé 1.000 postes hors de France, l'équipementier aéronautique tricolore a présenté ce vendredi aux représentants du personnel un "projet de transformation et d'organisation" du groupe qui conduirait à 475 suppressions de postes en France. Soit quasiment le tiers des effectifs dans l'Hexagone qui s'élèvent à 1.504 salariés.

Coup dur pour les salariés français de Latécoère et la région Occitanie. Après avoir déjà supprimé 1.000 postes hors de France, l'équipementier aéronautique tricolore a présenté ce vendredi aux représentants du personnel un "projet de transformation et d'organisation" du groupe qui conduirait à 475 suppressions de postes en France. Soit quasiment le tiers des effectifs en France qui s'élèvent à 1.504 salariés.

"Ce projet doit permettre d'assurer l'avenir de Latécoère dans un contexte de crise profonde. Il s'agit notamment d'adapter l'outil de production pour répondre aux enjeux stratégiques du groupe et assurer le maintien de son empreinte industrielle en France sur le long terme", indique Latécoère dans un communiqué.

Le nombre de suppressions de postes aurait dû être plus important sans le travail "étroit" effectué avec le gouvernement, assure le groupe.

"Nous avons réussi à préserver 150 emplois et éviter la fermeture de trois sites en France", explique à La Tribune Thierry Mootz, le directeur général délégué de Latécoère. Aujourd'hui, le groupe compte 9 sites dans l'Hexagone.

Le nombre de suppressions de postes revu à la baisse?

Le nombre de suppressions de postes sera connu début 2021, à l'issue des quatre mois de négociations avec les représentants du personnel. Il pourrait être revu à la baisse.

"Nous allons essayer de réduire le nombre", explique Thierry Mootz. Le groupe compte discuter de tous les dispositifs permettant de le faire : chômage partiel de longue durée, APC..., "aucun dispositif n'est exclu, nous n'avons pas de tabous".

Latécoère est frappé de plein fouet par la crise qui frappe l'industrie aéronautique. Le groupe a baissé ses cadences de production de 40%, laquelle a engendré une baisse du même ordre du chiffre d'affaires. Il ne prévoit pas de retrouver son niveau d'activité pré-crise avant 2024-2025.

Selon Thierry Mootz, l'équipementier toulousain n'a pas de problème de trésorerie. Il a obtenu un prêt garanti par l'Etat de 60 millions d'euros et l'actionnaire majoritaire, le fonds d'investissement américain Searchlight, serait prêt à prendre ses responsabilités si nécessaire. Ce plan vise à "faire vivre Latécoère", et de jouer un rôle dans la consolidation du secteur.

« Nous savons que nous prenons aujourd'hui des décisions fortes. Elles sont nécessaires. Pour autant, chacun chez Latécoère a un rôle à jouer pour faire de ce plan de transformation une opportunité de renforcer la compétitivité du Groupe. Ces actions nous permettent de poursuivre les investissements dans nos infrastructures et nos activités de R&T et le développement des compétences de nos équipes, tout en offrant une grande valeur ajoutée et un service de qualité à nos clients. Nous sommes déterminés à prendre pleinement part à l'aventure de l'avion de demain », a déclaré dans un communiqué Philip Swash, le directeur général de Latécoère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2020 à 8:15 :
Pour 500 emplois perdus, c'est la fin du monde à Toulouse ! Bridgestone licencie le double, la cristallerie d'Arc est en sursis... et plus personne n'en parle ! Ou est notre "liberté EGALITE fraternité" ?
a écrit le 25/09/2020 à 16:04 :
Voilà où mènent les inepties des écolos et des vendeurs d'apocalypse climatique. C'est dramatique pour les gens car la planète, elle s'en moque royalement!
a écrit le 25/09/2020 à 14:42 :
C'est très dur en effet, car avec près de 50% des chutes ou annulations de cde voire plus, le secteur ne peut pas faire de miracle.
Mais SVP, limitez au maximum la casse chez les jeunes en CDI, car ils ne reviendront probablement pas, à l'instar de ce qui s'est passé pour moi, jeune ingénieur ds l'industrie du bois des années 80 lors du tournant de la rigueur des années Mitterrand.
Et pourtant, si le pari d'Airbus de définir ds les 5 ans, une rupture technologique majeure avec un avion à carburant H2 vert, a des gdes chances d'être relevé avec succès, un avenir radieux s'ouvre à l'industrie aéronautique européenne, française en particulier, car le ppal argument des écolo dogmatiques vis à vis du transport aérien sera tombé, qui rendra ce dernier à la mode et incontournable.
Réponse de le 25/09/2020 à 19:50 :
Le projet d'avion à hydrogène aboutira au mieux dans 15/20 ans et ne sera pas la panacée car :
1) la fabrication de carburant à hydrogène nécessite un apport important d'énergie ...
2) le moteur à hydrogène rejette de la vapeur d'eau qui est AUSSI un gaz à effet de serre puissant.

A moins de poursuivre la fuite en avant, cette industrie est condamnée.
Réponse de le 25/09/2020 à 22:54 :
Oui. Mais tôt ou tard la vapeur d'eau rejetée ds l'atmosphère et entraînée par ses mouvements, suit le cycle de l'eau en se transformant en eau liquide ou en glace ds les nuages pour finir en eau de ruissellement sur le sol.
Tandis que pour le CO2 et son cycle de dégradation ds l'atmosphère, c'est une autre histoire.
a écrit le 25/09/2020 à 11:28 :
on y arrive
c'etait retarder pour mieux sauter
ca va sabrer mechant!
a écrit le 25/09/2020 à 11:24 :
Ce virus est un plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :