Les Emirats Arabes Unis vont moderniser la flotte de Mirage 2000-9

 |   |  307  mots
Estimé entre 200 et 300 millions d'euros, ce contrat devrait être annoncé lors du prochain salon aéronautique de Dubaï, qui ouvre ses portes le 17 novembre
Estimé entre 200 et 300 millions d'euros, ce contrat devrait être annoncé lors du prochain salon aéronautique de Dubaï, qui ouvre ses portes le 17 novembre (Crédits : Dassault Aviation)
Aux termes de négociations longues et difficiles, les Emirats Arabes Unis et Dassault Aviation ont signé le contrat de modernisation des Mirage 2000-9.

C'est signé ! Deux ans après l'annonce de la modernisation de la flotte des Mirage 2000-9, les Emirats Arabes Unis (EAU) ont discrètement signé il y a quelques jours le contrat avec Dassault Aviation à l'issue de très longues et difficiles négociations, selon des sources concordantes. Estimé entre 200 et 300 millions d'euros, ce contrat devrait être annoncé lors du prochain salon aéronautique de Dubaï, qui ouvre ses portes le 17 novembre. Lors du dernier Dubai Air Show en novembre 2017, c'était le ministre de la Défense des Emirats Arabes Unis qui avait annoncé cette opération de modernisation de l'appareil de Dassault Aviation et de ses équipements. Les EAU avaient également annoncé vouloir moderniser leur flotte de 80 F-16 pour un coût de 1,77 milliard de dollars (pièces de rechange et support).

"Les forces armées des Émirats arabes unis ont annoncé leur intention de signer un contrat avec Dassault et Thales pour moderniser leur Mirage 2000-9 avions" avait déclaré en 2017 dans un communiqué Son Excellence le major-général Ishaq Saleh Al-Balushi, chef de la direction exécutive des industries et du développement du ministère de la Défense.

"Dassault Aviation, partenaire sans faille des Émirats Arabes Unis depuis plus de 40 ans, est pleinement engagé à répondre aux besoins opérationnels et à soutenir les défis stratégiques des forces aériennes émiriennes lors des prochaines décennies", avait de son côté assuré le PDG de l'avionneur, Eric Trappier, cité dans un communiqué publié il y a deux ans. Le Mirage 2000-9, qui est un avion de combat polyvalent (air-air et air-sol), a été commandé par les seuls Emiriens. Par ailleurs, les EAU ont également signé en mars dernier l'acquisition auprès de la France de deux corvettes Gowind fabriquées par Naval Group. pour un montant d'environ 750 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2019 à 22:51 :
300M€ pour moderniser une soixantaine d'avions, on peut bien se demander ce que ça peut couvrir.
Pour la cinquantaine de M2000 Indiens, avec certes un important volet offset, il en avait quand même coûté 1,4Mds pour moderniser avionique et capteurs et intégrer de nouveaux armements.
Les M2000-9 partent certes de moins loin, mais ça ressemble à une modernisation à minima, surtout quand on compare au budget consacré par le même pays pour moderniser des F-16 block 70 qui n'étaient pas bien vieux non plus.
Réponse de le 18/11/2019 à 11:06 :
C'est vrai que la différence du cout de modernisation entre les 2 flottes d'appareils laisse songeur . 2 hypothèses possible, soit il s'agit d'une modernisation minimale, histoire de ne pas être trop larguer et d'envisager une commande de Rafale (F4 ? ) pour avoir les premiers exemplaires en 2025 . Ou alors c'est que les émiratis ont décidé d'arrêter d'avoir une double flotte et qu'ils envisagent à long terme d'avoir une flotte 100% F35 et qu'ils ont vont arréter à terme à s'équiper en avion Dassault en leur signant ce petit contrat en guise de lots consolation.
Réponse de le 18/11/2019 à 12:19 :
@Jason Bourne
Toujours un plaisir de vous croiser ici! A ce tarif là, je pense en effet que ça n'ira pas très loin, mais je me demande comme vous ce que cela cache.
Le problème, c'est que d'un côté les F-16 vont subir une modernisation nettement plus lourde, ce qui laisse penser que les émiratis ne vont pas s'en débarrasser tout de suite, et de l'autre le F-35 sera sans doute bientôt 'accessible' aux pays du Golfe. Quand ça arrivera, on peut donc songer que ce ne sont pas les F-16 qui seront remplacés...
Mais c'est quand même un engagement de la part des émiratis, parce que même dans 10 ans ces mirage 2000 auront encore de la valeur, ce qui posera à nouveau la question de repreneurs potentiels.
a écrit le 16/11/2019 à 9:30 :
"a t on besoin d un biréacteur pour faire la police du ciel en France?"

Alors là, cette phrase-là, je l'entendais déjà à la fin des années 70, à l'Ecole de l'air….
prononcée par de petits esprits, bornés, de l'époque du Mirage III et des R45 (ces couloirs de navigation basse-altitude qu'on faisait en 40 minutes) mais aussi des F1C et des zones C22 (zones de combat où on s'amusait bien…. à 60 km de la base!)
et c'est pourquoi, dans TOUTES les opérations suivantes, on s'est retrouvé avec des avions aux pattes courtes qui passaient leur temps à ravitailler (et qui emmenaient une, voire deux bombinettes…)
On a abandonné le Mirage 4000 car "l'armée de l'air n'avait pas besoin de biréacteur pour…" (encore une fois !)
et puis après, on a débuté les études d'un Rafale monoréacteur (que tout le monde a oublié sauf moi) qui devait s'appeler le Novi, et qu'on allait réaliser, au début des années 90, avec et pour ….. la Yougoslavie ! (avouez que ce n'est pas de chance, aucun de ces "experts" n'avait prévu ce qui s'est passé ensuite)
Réponse de le 18/11/2019 à 7:55 :
Bonjour Stormy
Hormis le fait que tu as entendu cette question à l'Ecole de l'Air quand tu étais jeune , tu ne réponds sur le fond à la question.
Un vieil ingénieur d'une autre école d'ingénieur aéronautique " borné mais curieux de connaitre tes explications un peu courte sur le rayon d'action du M2000.En effet le M53 des années 1970 aurait pu être modifié en insérant de nouvelles techno pour être plus économe en carburant et cela à mon sens "borné" dans le cadre d'un budget raisonnable
a écrit le 15/11/2019 à 22:58 :
Un mirage 2000-9 servi par un émirati expérimenté sous les cieux du Yémen vaudra toujours mieux qu’un rafale Qatari, bien que les 2 lieutenants-pilotes des 2 pays arrivent chacun à leur base avec grosses Mercedes et chauffeurs le matin!!
a écrit le 15/11/2019 à 20:46 :
Les mirage 2000-9 Ons pouver leur efficacité en opération... S'est une bonne machine fiable . Et á la pointe de la technologie.
Maintenant, la modernisation prochaine sera sûrement la dernière. Dè nouvelle machine arrive , donc îls sera sûrement remplacer prochainement. Mais sela reste une bonne affaire pour le pays àu moyen limités...
Réponse de le 15/11/2019 à 21:16 :
et en vrai français, vous l'avez? là ça pique les yeux...
a écrit le 15/11/2019 à 11:05 :
Pour ceux qui suivent l'actualité des avions de chasse, on espérait plutôt que les E.A.U signent un contrat pour l'acquisition du Rafale ou du moins une lettre d'intention étant donné que leurs avions commencent à prendre un coup de vieux par rapport aux pays du voisinage : Typhoon et Rafale pour le Qatar, Typhoon, Super Hornet pour Oman et Koweit , Rafale pour l'Egypte...Bref, je suis étonné que ce pays se laisse larguer par rapport à ses voisins auquel leur jeu favori est qui est ce qui a la plus "grosse". Enfin bref, ce contrat de modernisation de 300 millions est toujours bon à prendre et il fournira du travail à Dassault, Thales et leurs employés.
a écrit le 15/11/2019 à 9:40 :
Il y a une quinzaine d'années, Dassault a finitivement fermé la ligne de fabrication des Mirage 2000 de Mérignac et détruit les outillages pour ne conserver que le Rafale en catalogue. Je pense que c'était une grave erreur commerciale. Il y avait un énorme marché pour des versions très modernisées du Mirage 2000 comme le -9, qui combine une cellule, des commandes de vol electriques et un moteur certes pas de dernière génération mais néanmoins toujours très performants, avec une électronique (radar, navigation, guerre électronique) et un armement directement issus de ceux du Rafale, donc au top de la technologie ou presque. Au final, on obtient un appareil - certes monomoteur et pas bimoteur, certes pas embarquable, certes moins 'discret' - qui offre 75 ou 80% des capacités du Rafale pour 50% de son coût. Avec un tel avion, Dassault avait un boulevard à l'exportation pour des forces aériennes qui n'ont pas les moyens pour le Rafale mais veulent néanmoins un avion performant. C'est la stratégie que les USA appliquent depuis 45 ans avec le F16 de Général Dynamics, avion monomoteur dont la cellule n'est plus toute jeune (il est de la même génération que le Mirage 2000), mais qui reste très performant et dont les versions récentes (Block 50/52) très modernisées se vendent comme des petits pains sur toute la planète.
Réponse de le 15/11/2019 à 10:16 :
Un contrat sur les produits militaires n'est pas du ressort du seul industriel car il ne lui appartient pas (c'est le pays qui paye la R&D).
Sans soutien de l'état, Dassault ne pouvait pas exporter de nouveaux modèles pour alimenter ses lignes de production.
C'est une décision qui repose sur la stratégie de l'état : la rationalisation des missions sous un seul modèle d'avion.
Si vous voulez savoir si c'est une bonne idée a posteriori, regardez les contrats export des gripen : il y a un marché certes, mais pour un poussin comme SAAB et comme l'est Dassault face aux industriels américains et leur soutien politique, il ne reste que des miettes. Insuffisantes pour entretenir la R&D et la production pour un avion sans achat du pays d'origine (cf la suède qui soutien le gripen). Et on contredit l'ambition de départ : un seul avion pour toutes les missions : le tout Rafale.
Moralité : il n'y a pas d'erreur commerciale mais une décision politique qui repose sur des avis d'experts militaires dans un cadre budgétaire contraint.
Réponse de le 15/11/2019 à 10:50 :
La vente à l'export d'avions de combat, comme pour tt matériel militaire sophistiqué est avant tt très fortement influencée par la géopolitique du moment où des accords cciaux bilatéraux.
Et malgré la supériorité technologique manifeste de firmes comme Dassault, les groupes US sont quasi intouchables ds les zones sensibles au moyen Orient ou ds les pays de 'l'est, ou qd l'oncle Sam fait du chantage en Europe en surjouant le rôle de l'OTAN.
Ex récent, Naval Group menacé par la diplomatie et la contre proposition de groupes US ds son projet très avancé de livraison de frégates à la Grèce ( pourtant projet négocié d'État à État !!)
Autre ex: Dassault qui s'est retiré de l'appel d'offre de renouvellement des avions de combat canadiens qui avantageaient trop les matériels américains...Et on passe ss silence, les marchés manqués avec la Belgique, le DK,la Pologne,la Suède...cdlt
Réponse de le 15/11/2019 à 12:01 :
Je partage l analyse faite. Sans soutien de l état difficile pour Dassault de maintenir la chaîne du M2000. Mais c est là où le ministre de tutelle et les militaires devraient à mon sens prendre mieux en compte la dimension INDUSTRIELLE de leur choix. Et franchement en tant que citoyen,ingénieur aéronautique et petit pilote a t on besoin d un bireacteur pour faire la police du ciel en France?
L Italie par exemple passe de toute petite commande des produits italiens pour les labelliser " armée italienne" et les vendre ensuite à l export.
Réponse de le 15/11/2019 à 13:20 :
Si il n'y a plus de client,ça ne sert à rien de conserver la ligne d'assemblage,peut-être que vous dites vrai pour les M2000-9 mais on ne pouvait pas conserver une ligne de production sans commande en espérant que ça vienne car à la fin c'est l'état qui paye pour chaque avion produit.
Comme les Leclerc,on pouvait continuer la production car apparemment les Saoudiens et Indien en auraient voulus mais regarder juste le temps qui sépare la fin de production et leurs demandes.
On a pas de madame Irma et on ne peut pas se permettre de produire des appareils en pensant qu'un pays va venir et nous les acheter.
Dans le cas américain,ils ont un marché intérieur bien plus intense et énorme en plus d'avoir une supériorité géopolitique pour leurs ventes et production d'appareil,donc eux peuvent le faire et continuer à produire ces appareils,nous c'est plus complexe.
Et comme dit au-dessus,même Saab peine à la vente de son SAAB plus performant que le M2000,monomoteur et moins chère que le Rafale donc je pense que ça n'en valez pas la peine de continuer à produire le M2000,on aurait fait quelques ventes mais ça n'aurait pas rapporter grand chose ou aurait eu un intérêt particulier.
Réponse de le 15/11/2019 à 14:45 :
Justement, le F16, encore moins cher, aurait quasi tout raflé face au M2000, à la fois plus onéreux et pas furtif.
Dassault n'avait pas les moyens de garder 2 produits.
C'était mieux de se concentrer sur le segment premium, et pour aboutir au SCAF, peut être le futur meilleur système au monde.
a écrit le 15/11/2019 à 8:44 :
un mirage dans le desert c'est plutot normal

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :