Observation spatiale : comment Thales se relance en force

 |   |  610  mots
l'Alliance spatiale (Thales Alenia Space et Telespazio) a signé un partenariat de grande ampleur sur le plan industriel et commercial avec la société spatiale américaine Spaceflight Industries, qui prévoit notamment de lancer une constellation de 60 petits satellites de haute résolution avec une fréquence de très haute revisite
l'Alliance spatiale (Thales Alenia Space et Telespazio) a signé un partenariat de grande ampleur sur le plan industriel et commercial avec la société spatiale américaine Spaceflight Industries, qui prévoit notamment de lancer une constellation de 60 petits satellites de haute résolution avec une fréquence de très haute revisite (Crédits : Thales Alenia Space)
L'Alliance spatiale (Thales Alenia Space et Telespazio) a signé un partenariat avec Spaceflight Industries. Cette société spatiale américaine prévoit notamment de lancer une constellation de 60 petits satellites de haute résolution avec une fréquence de très haute revisite. Thales participera à la fabrication des satellites.

Thales réservait bien une surprise dans l'observation spatiale optique. Car il n'était pas question pour l'électronicien de laisser un boulevard à son partenaire et concurrent préféré Airbus sur ce marché, notamment en France au moment où les travaux préparatoires post-CSO (Composante spatiale optique) débutent. Et si les équipes ont pu douter en interne au cœur de l'hiver sur la volonté de Thales de rester sur ce marché en pleine croissance, elles vont comprendre que leur groupe ne lâche vraiment pas ce marché, qui lui a procuré de belles satisfactions commerciales et technologiques avec des contrats emblématiques (Hélios 1 et 2, Pléiades et CSO en France, satellites espions vendus au Maroc, en Turquie, aux Émirats Arabes Unis...).

Le groupe, présidé par Patrice Caine, qui a suivi de très près ce dossier, va d'ailleurs faire bien mieux que ce qu'il faisait jusqu'ici. Comment ? Selon des sources proches du dossier, l'Alliance spatiale (Thales Alenia Space et Telespazio) a signé un partenariat de grande ampleur sur le plan industriel et commercial avec la société spatiale américaine Spaceflight Industries, qui prévoit notamment de lancer une constellation de 60 petits satellites de haute résolution avec une fréquence de très haute revisite. C'est le premier étage de la fusée dans la stratégie de Thales pour se relancer en force dans l'observation spatiale optique. Un second viendra plus tard.

"Airbus nous a finalement beaucoup aidés, avait-on expliqué en interne en début d'année. Nous avons tout reconstruit."

Closing attendu dans trois à quatre mois

Dans le cadre de ce partenariat, Thales Alenia Space (TAS) et Telespazio vont prendre une participation minoritaire dans le capital de Spaceflight Industries "pour un montant global de plusieurs dizaines de millions d'euros en plusieurs fois", explique-t-on à La Tribune. Ce nouvel apport financier va permettre à Spaceflight Industries de lancer son projet de constellation de satellites d'observation dont le design a déjà été développé par sa division BlackSky.

Le closing (conclusion de l'opération) est attendu dans trois ou quatre mois une fois les autorisations des autorités réglementaires américaines en poche. La question d'un proxy pour limiter les pouvoirs de Thales pourrait se poser... mais le groupe serait semble-t-il confiant.

Partenariat industriel et commercial

Les deux partenaires ont également prévu de constituer une joint-venture entre TAS et Spaceflight Industries, qui sera chargée dans un premier temps de fabriquer les satellites de la constellation, puis de construire des petits satellites pour de nouveaux clients. Pour l'heure, le partage du capital ne serait pas encore déterminé mais Thales va toutefois exercer le contrôle paritaire de la gouvernance avec Spaceflight. Le groupe d'électronique va amener à la société américaine son expérience et son expertise dans la fabrication des satellites et des constellations. Ce qui va réduire le risque de production et le temps de commercialisation pour Spaceflight Industries.

Enfin, Telespazio et Spaceflight vont mettre en œuvre un accord de commercialisation pour s'adresser avec des prix compétitifs au marché de l'observation spatiale (gouvernements, B2B, voire B2C), en marchant sur les plates-bandes d'Airbus et, surtout, de la société américaine DigitalGlobe, qui détient environ 70% de parts de marché. Les deux concurrents de Thales Alenia Space ont d'ailleurs déjà consenti d'énormes investissements. "Avec ce partenariat, l'Alliance spatiale aura une offre différenciante grâce à un taux de revisite extrêmement important des satellites de la constellation, qui est le nouvel axe fort de l'observation optique", explique-t-on à La Tribune. Thales est donc de retour dans l'observation spatiale et cela va se voir...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2017 à 13:47 :
C'est un publi reportage? pour TAS ou Spaceflight Industries....Nous n'étions pas habitué à autant d'humour dans les colonnes de ce journal ;-)
Réponse de le 18/09/2017 à 10:07 :
J''aime toujours autant l'humour des Airbus boys...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :