Le roi de la photo se diversifie dans... les soins cosmétiques

 |   |  360  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le japonais fujifilm lance Astalift, une gamme d'anti-âge, avec une ambition internationale.

Les Japonais ont de l'audace en matière de diversification. Fujifilm le prouve en lançant en mars prochain sa première gamme de soins cosmétiques en France. Le roi de la photo et des solutions bureautiques, qui réalise 19,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires (à mars 2011), est moins connu pour sa branche scientifique et médicale qui s'est constituée notamment par l'acquisition de plusieurs laboratoires pharmaceutiques ces dernières années.

C'est grâce à la force de frappe de la recherche et développement de cette branche et à ses connaissances en matière de photographie que Fujifilm justifie sa diversification. « La pellicule photo est composée de collagène, qui résiste au temps grâce à des antioxydants. Ajoutés à notre travail sur l'infiniment petit, ces éléments, à la base des soins pour la peau, nous donnent une légitimité que beaucoup de grands groupes n'ont pas pour lancer des crèmes anti-âge », explique le président de Fujifilm en France, Renaud Thierry.

La gamme, baptisée Astalift, à base de l'antioxydant Astaxanthine, sera composée d'une dizaine de produits (de 20 euros le démaquillant à 80 euros le sérum). La France sera la tête de pont d'un lancement européen. Mais les crèmes sortiront aussi en Chine et aux États-Unis. « Notre ambition est d'entrer dès 2013 dans le top 10 des marques de soin en France, à côté d'un Shiseido », déclare Renaud Thierry. « Fujifilm est en plein rêve, il faut du temps et des preuves de résultat pour s'imposer », souffle-t-on chez L'Oréal.

Bouleverser le marché

La bataille des cosmétiques « technologiques » est en tout cas lancée avec le géant français. L'Oréalcute;al vient en effet de s'offrir Pacific Bioscience Laboratories, une PME américaine qui commercialise Clairsonic, un protocole de nettoyage pour la peau très high-tech. « Les géants du numérique sont venus bouleverser notre marché de l'argentique, à notre tour de bouleverser les cosmétiques », provoque Renaud Thierry. La gamme Astalift, habillée de rouge et or, a déjà pris 6 % du marché japonais des soins en quatre ans et ne cesse de progresser depuis son lancement.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2011 à 13:24 :
Fuji a sauté le pas .Les logiciels photos permettent de "lessiver "nos rides,autant vendre directement les cosmétiques qui arrivent au meme résultat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :