La Normandie, une nouvelle terre de conquête pour la vigne

Dossier. Depuis la libéralisation des plantations de 2016, la Normandie est (re)devenue une terre de conquête pour la vigne. Mais les projets d’installations, de plus en plus nombreux, restent risqués. Gare aux chimères, préviennent les pionniers à l’intention des vignerons en herbe que les supposées vertus du changement climatique précipitent vers le bocage. Il serait dommage que des vins de piètre qualité viennent saper ce qui n’est encore qu’un (petit) embryon de filière, expliquent-ils.

5 mn

A la tête du vignoble des Arpents du Soleil, Gérard Samson fait figure de pionnier. Il s'est installé en 1995 dans le Pays d'Auge.
A la tête du vignoble des Arpents du Soleil, Gérard Samson fait figure de pionnier. Il s'est installé en 1995 dans le Pays d'Auge. (Crédits : DR)

Commençons par battre en brèche une idée reçue. La Normandie, le pays de la pomme à cidre, n'a pas toujours été une terra incognita du vin. Les premières traces datent remontent à l'époque romaine. Entre le Moyen-âge et la du fin du 19ème siècle, du raisin poussait en abondance aux abords des abbayes où les moines levaient facilement le coude. Mais le phylloxera et la concurrence des crus du bordelais, moins chers et de meilleure qualité, ont eu raison de la viticulture normande. Depuis quelques années pourtant, une petite dizaine de défricheurs tentent d'y implanter à nouveau des vignobles.

Quand le sol donne le La

Gérard Samson a été le premier. Installé dans le village de Grisy (Calvados), au milieu des haras et des vergers qui font la réputation du pays d'Auge, cet ancien notaire formé aux finesses de la vinification règne sur Les Arpents du Soleil: un vignoble bio de neuf hectares planté sur un paléosol de 65 millions d'années, « sur le même étage géologique que la Côte deNuits».

Lui n'a pas attendu que le soleil y brille davantage pour se lancer. « Mon choix n'est en aucune façon lié au changement climatique mais à la qualité exceptionnelle d'un terrain à ses racines viticoles historiques », insiste t-il. Pas plus qu'il n'a attendu 2016, date à laquelle la France a assoupli la réglementation en matière de plantations. Ses premiers ceps ont été mis en terre en 1995 au terme d'un bras de fer homérique avec les pouvoirs publics. « Le ministère m'a accordé une autorisation du bout des lèvres à titre expérimental, après trois ans de vifs débats», se souvient-il, un peu amer.

Un quart de siècle plus tard, le vigneron -également converti à l'oenotourisme- ne roule pas carrosse, loin de là. « Heureusement que j'ai été notaire dans une autre vie», s'amuse t-il. Mais le pari est gagné. Au prix de multiples tâtonnements et de « très gros investissements», sa production -l'une des rares sous ces latitudes- s'offre régulièrement les honneurs du guide Hachette des vins. Pour autant, Gérard Samson observe avec circonspection le nouvel engouement que suscite la viticulture dans les régions septentrionales.

« Il s'agit ni plus ni moins d'un effet de mode, une sorte de fantasme latin qui oublie le fait que le vin est d'abord une affaire de terroir et de savoir-faire » s'agace t-il.

Mode ou pas, les projets d'installation tendent effectivement à se multiplier dans ce grenier à blé qu'est la Normandie. « Nous sommes de plus en plus souvent approchés par des porteurs de projets viticoles» confirme t-on à la Chambre d'agriculture.

Vignerons sans prétention

Dans l'Eure, Delphine Prévost et Matt Angwin ont franchi le pas. Le couple revendique un solide bagage. Elle est ingénieure agronome formée à l'œnologie, lui dirigeait en Cornouailles le seul vignoble britannique (Camel Valley) frappé du sceau de la Reine. Implanté dans le riant village de Ferrières-Haut-Clocher sur la propriété des parents agriculteurs de Madame, leur vignoble (8.400 pieds), en pente douce comme il se doit, donnera ses premières grappes en 2024. Comme Gérard Samson, eux tablent très peu sur les effets du changement climatique, préférant s'inspirer du modèle d'Outre Manche où ils rappellent que Taittinger s'est offert 200 hectares au Sud de Londres.

« Nous n'avons pas la prétention de faire un vin rouge rond et équilibré, ce serait trop risqué, détaille Delphine Prévost. Nous allons opter pour une méthode traditionnelle de vins effervescents avec un nouveau cépage avec lequel nous sommes sûrs de ne pas aller dans le mur ».

 Une option judicieuse pour leur voisin du pays d'Auge. « Le champagne est né parce que le raisin avait des problèmes de maturité, rappelle t-il. Cela risque d'arriver souvent en Normandie».

Les Bordelais peuvent dormir sur leurs deux oreilles

Installé depuis 2015 à Freneuse à quelques kilomètres de Rouen où il cultive 5.000 pieds sur un coteau, Edouard Capron partage cette approche prudente même s'il se dit surpris des taux de maturité « vraiment très élevés» atteints lors des premières vendanges. « Il y a peu de chances que le futur Gevrey Chambertin naisse ici. Moi j'essaie de faire le meilleur vin du monde mais je sais qu'il ne le sera pas, admet-il modestement. En revanche, nous pouvons apporter autre chose : un petit goût de Normandie». C'est manifestement aussi l'avis de la Région qui a réuni, le 28 septembre, un petit cercle de vignerons installés ou en devenir dans l'idée de mettre sur pied avec eux « un plan de filière». Là encore, l'approche est prudente.

« On sait bien que la Normandie ne fera pas concurrence au bordelais et que nous serons sur des produits de niche» tempère Clothilde Eudier, vice-présidente en charge de l'agriculture.

Le Conseil régional est néanmoins disposé à accompagner les porteurs de projets pour peu que ceux-ci soient formés et « s'inscrivent dans une démarche mûrement réfléchie». Comprendre : pas question de soutenir les tocades de quelques doux rêveurs qui viendraient saper les efforts des plus exigeants. Delphine Prevost souscrit à ce point de vue. « Une qualité médiocre serait préjudiciable à toute cette filièrenaissante» prévient-elle.

Son confrère des Arpents du Soleil invite pour sa part à se méfier des chimères. « Avec le réchauffement climatique, beaucoup croient que le rideau de fer est tombé mais il y aura peu d'appelés et beaucoup de déçus ». Les futurs viticulteurs sont prévenus.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 11/11/2021 à 18:29
Signaler
Il faut lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions. L'auteur sous forme de fiction policière évoque comment de prestigieux domaines viticoles sont achetés par de riches chinois. Disponible en librairie et via les sites de vente sur interne...

à écrit le 11/11/2021 à 13:12
Signaler
Notre problème avec la vigne, c'est que l'on ne voit que ce que l'on veut avoir dans une bouteille! Cette vigne a bien d'autre vertu, si on sait la laisser s'épanouir, et participera a notre survie sur cette planète!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.