Produits chimiques dans les couches pour bébés : des parents portent plainte

 |   |  394  mots
(Crédits : Reuters)
Cette action en justice fait suite à une alerte lancée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), à la suite de laquelle le gouvernement français avait donné en janvier "quelques mois" aux fabricants pour diminuer la présence dans les couches de ces substances pouvant présenter des "risques" à long terme pour les êtres humains au tout-début de leur vie.

Une association de parents a déposé une requête devant le Conseil d'État pour connaître le nom des marques de couches qui contiennent des substances chimiques potentiellement à risque pour les bébés, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué.

Après une alerte lancée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), le gouvernement français avait donné en janvier "quelques mois" aux fabricants pour diminuer la présence dans les couches de ces substances pouvant présenter des "risques" à long terme.

Les fabricants de couches pour bébés s'étaient engagés "à indiquer les composants sur leurs emballages" et à mettre sur le marché des couches ne comportant "pas de substances intentionnellement ajoutées susceptibles de présenter des effets allergisants cutanés".

L'Association pour la santé des enfants (anciennement Association des victimes de Lactalis) et trois parents exigent par une requête en référé de connaître "le nom des marques concernées, et le retrait/rappel des couches concernées en raison de leur risque pour la santé des enfants".

Depuis l'alerte, "rien n'a été fait", condamne l'association, qui avait demandé à trois ministères de suspendre la vente des couches incriminées.

"Quand il y a risque sanitaire, des mesures immédiates doivent être prises et il est de la responsabilité de l'Etat d'informer les parents des marques à éviter. Quand on sait que près de 7.000 couches sont portées par un enfant, il y a de quoi s'inquiéter", a souligné Quentin Guillemain, le président de l'association, également porte-parole du parti Génération Ecologie.

La direction de la répression des fraudes (DGCCRF), qui avait réalisé les premières analyses de couches, a répondu dans le journal Le Parisien qu'elle n'avait pas étudié toutes les marques.

"Pointer du doigt une marque laisserait penser qu'une autre est meilleure alors qu'on ne l'a peut-être pas analysée", a expliqué Loïc Tanguy, directeur de cabinet à la DGCCRF, soulignant par ailleurs que ces études dataient de deux ans déjà.

L'Anses avait été saisie en janvier 2017 par le gouvernement après un article du mensuel 60 millions de consommateurs.

Les produits incriminés sont notamment deux parfums (butylphényl méthyle propional et hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde), ainsi que certains hydrocarbures aromatiques polycycliques (parfois cancérogènes), des dioxines et des furanes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2019 à 22:45 :
Ca me fait marrer que le porte parole d'un parti écologiste se fasse de la pub sur les couches jetables a errations e ecologiques et economiques
a écrit le 11/06/2019 à 22:37 :
L'état est complice, visiblement.
a écrit le 11/06/2019 à 15:14 :
bref, dans un grand cadre de souffrance morale insupportable, plein de parents pas avides d'argent pour deux sous iront demander de l'argent a procter et gamble
evidemment, ces memes parents ne porteront pas plainte contre les fabriquants de couches bon marches distribuees dans des supermarches adeptes du low cost!
quand on a autant de souffrance, on va la ou il y a de l'argent, meme si on n'a achete qu'un seul paquet de 20 sur les 7000 utilisees ( facture a l'appui, faisant office de preuve..........)
en fait c'est comme avec les medicaments, on n'a jamais vu personne porter plainte contre des fabriquants de generiques, qui plus est localises hors de france!
une intense souffrance, ca n'empeche pas d'etre pragmatique, surtout quand on veut plein de fric
a écrit le 11/06/2019 à 13:43 :
J'ai écrit au cabinet du ministere de la santé en 2017 pour signaler l'inaction du ministre pour le problème du petrole dans les couches.
Leur réponse fut " attendfe...politique européenne,m..."

Depuis il y a eu le glysphosate dans les couches...

Ce ministere ne sert à rien.
Mais nous coute très cher.
a écrit le 11/06/2019 à 13:32 :
Une bonne initiative, il serait temps que les gens se réveillent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :