Le patron de Porsche quitte le groupe

 |   |  402  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Porsche annonce ce jeudi la démission avec effet immédiat du président du directoire contesté, Wendelin Wiedeking. La décision a été prise à l'issue d'un conseil de surveillance avancé au cours duquel le constructeur de voitures a ouvert la voie à une prise de participation à son capital du Qatar et à la création d'un groupe intégré avec Volkswagen. Ce dernier doit également réunir son conseil de surveillance dans la journée.

Après des mois de conflit, le feuilleton économique autour d'un rapprochement entre Porsche et Volkswagen prend fin ce jeudi. Avec une victime de taille : Wendelin Wiedeking, le président du directoire de Porsche donné déjà sur le départ depuis plusieurs jours, va effectivement quitter le groupe.

Porsche a annoncé ce jeudi la démission avec effet immédiat de son patron, ainsi que de son directeur financier Holger Härter.  Wiedeking est remplacé comme prévu par le précédent responsable de la production, Michael Macht. Le président du directoire se voit offrir une indemnité de 50 millions d'euros et le directeur financier la somme de 12,5 millions d'euros.

La décision a été annoncée à l'issue d'un conseil de surveillance, qui s'est tenu un jour plus tôt que prévu. Au terme de la réunion, Porsche a ouvert la voie à une prise de participation à son capital du Qatar, en préambule à la création d'un groupe intégré avec son compatriote Volkswagen.

"Le conseil de surveillance de Porsche a, lors d'une réunion extraordinaire, donné unanimement pouvoir au directoire de mener à leur terme les discussions avec la Qatar Holding LLC sur une montée au capital de Porsche ", annonce le groupe dans un très bref communiqué.

Un peu plus tôt, Porsche avait déjà annoncé le feu vert du conseil de surveillance pour une augmentation de capital d'au moins 5 milliards d'euros, sans toutefois préciser qui allait y participer. 

Ces deux annonces correspondent aux plans préparés par le patron de porsche, Wendelin Wiedeking, qui voulait ainsi éponger au moins en partie les lourdes dettes du groupe, d'environ 10 milliards d'euros liées au rachat en janvier dernier de 51% du capital de Vollswagen. Mais le patron allemand voulait absolument conserver dans la foulée l'indépendance de son groupe.

Son départ indique ainsi que le conseil de surveillance a opté pour l'autre projet industriel développé par le président du conseil de surveillance de Volskwagen, et cohéritier de Porsche, Ferdinand Piëch. Ce dernier veut que son groupe rachète les activités automobiles de Porsche, qui deviendrait une nouvelle marque du numéro un européen de l'automobile. Le Qatar pourrait alors prendre une participation dans ce groupe intégré.

On devrait être fixé sur le sort de Porsche dans la journée avec le conseil de surveillance de Volkswagen.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La prime à l'incompétence continue ses praques indécentes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet homme a pas mal bricolé et spéculer et son départ en est la sanction.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C4EST TRISTE LICENCIER AVEC 50 MILLIONS DS LA POCHE ET PORCHE COMME VOITURE DE SERVISES CA C'EST DU LICENCIMENT?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :