L'essai auto du week-end : VW Sharan, pour les très, très grandes familles

 |   |  657  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Il est immense, pratique, efficace et sobre. Du rationnel à 100%. Il n'y a pas grand-chose à lui reprocher, sinon un peu de moelleux et de chaleur.

Efficacité pure. Voilà un engin rationnel, costaud, sérieusement conçu et fabriqué, pratique et très habitable. Les grandes familles y trouveront leur compte. L'esthétique, classique, sobre, sans fioritures, suggère la robustesse. Même chose à l'intérieur, où tout est à sa place. C'est clair, logique, destiné à bien vieillir sans se démoder. La qualité ne se sent pas seulement à la vue et au toucher, mais aussi à l'ouïe. Même sur chaussée en mauvais état, il n'y a pas ni grincements ni crissements. Etonnant sur un monospace à fauteuils séparés, une configuration habituellement génératrice de bruits en tous genres.

Espace partout

L'accessibilité est excellente, même si les portes coulissantes électriques (en option à 675 euros) sont lourdes à ébranler, la place à l'arrière formidable, le coffre aux formes géométriques généreux. On peut même faire coulisser les sièges du deuxième rang ou les rabattre pour dégager encore plus de place dans la malle. Le "Pack Family" (990 euros) donne la possibilité de deux sièges supplémentaires pour une configuration à sept places.

Pas si encombrant que cela

Le véhicule est évidemment long et large. Mais, une fois admis le gabarit, le Sharan ne se révèle pas si encombrant que cela. On est aidé par une bonne visibilité panoramique. Le gros Volkswagen braque bien et son comportement routier se révèle exemplaire pour un monospace, sûr, agile, précis. Sous des bourrasques de vent et sur des routes à moitié inondées, notre Sharan n'a jamais bronché. Il n'est même pas pataud et procure un certain agrément de conduite.

Moteur exceptionnellement sobre

Le moteur TDI de 140 chevaux n'est pas un foudre de guerre. Mais les performances sont suffisantes et l'élasticité de ce diesel le rend plaisant à utiliser en toutes circonstances. Notre modèle d'essai était doté de la fameuse boîte à double embrayage DSG à six vitesses (à 1.750 euros), qui procure une incroyable réactivité en position "Sport". Idéal pour un parcours sinueux ou montagneux. Et l'ensemble n'a pas consommé plus de 7,4 litres de gazole aux 100 kilomètres sur un parcours autoroutier, routier et urbain. Une valeur exceptionnelle, compte tenu du gabarit. C'est incontestablement le plus sobre des grands monospaces !

Produit très abouti mais rugueux

Le Sharan est un produit très abouti, d'une rigueur que pourraient lui envier tous ses concurrents. Il faudra toutefois composer avec une certaine rugosité, typique des produits Volkswagen. Le moteur n'affiche pas l'onctuosité des mécaniques HDi de PSA. La transmission automatique est quand même bien brutale (en "Sport") sur les premiers rapports. Evidemment, on peut se mettre en position "D", mais, là, les réactions sont trop molles. Les suspensions assez fermes manquent de moelleux, tout comme les sièges. Enfin, l'accueil n'est pas spécialement chaleureux. Quelle austérité !

Un peu moins cher que les concurrents

Quant au prix, il est assez élevé dans l'absolu. Mais, à 36.340 euros avec le TDI de 140 chevaux en finition Confortline, le véhicule est tout de même un peu moins cher qu'un Ford Galaxy ou un Renault Grand Espace équivalent. En revanche, si l'on ne tient pas trop à l'image de marque Volkswagen, signalons le frère jumeau espagnol Seat Alhambra, en tous points identique au Sharan, mais affiché à 34.350 euros dans une exécution comparable. Soit 2.000 de moins. De quoi réfléchir. Le nouveau Sharan ? Un choix pleinement justifié si l'on doit trimbaler une grande famille.

 

Modèle d'essai : Volkswagen Sharan TDI 140 Confortline : 36.340 euros
Puissance du moteur : 140 chevaux (diesel)
Dimensions : 4,86 mètres (long) x 1,91 (large) x 1,72 (haut)
Qualités : habitabilité, fonctionnalité, sérieux de conception et de fabrication, comportement routier rigoureux, moteur sobre, boîte automatique DSG efficace (en position "S")...
Défauts : ... mais brutale, fermeté des suspensions et des sièges, présentation austère.
Concurrents : Ford Galaxy TDCi 140 Titanium : 37.150 euros ; Peugeot 807 2,0 HDi 136 Premium Pack : 37.300 euros ; Renault Grand Espace 2,0 dCi 150 25ème anniversaire : 37.400 euros.

Note : 14 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :