Comment l'Iran est devenu le deuxième marché de Peugeot après la France

 |   |  424  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le constructeur français pourrait cette année écouler, un demi-million de voitures sur le marché iranien.

Alors que la 504 du président Ahmadinejad s'est vendue aux enchères 2,5 millions de dollars (1,8 million d'euros), Peugeot reste très discret sur ses activités en Iran. Aléas politiques obligent. Pourtant, le pays représente rien de moins que son deuxième marché mondial, derrière la France. « Peugeot pourrait vendre pour la première fois 500.000 voitures en Iran cette année », affirme à « La Tribune » Jean-Philippe Imparato, directeur des opérations internationales de la firme française. À condition, bien sûr, qu'il n'y ait pas de bouleversement politique. Peugeot y avait écoulé 467.000 véhicules l'an passé, contre 365.000 un an auparavant. La marque s'octroie environ 30 % du marché local.

En fait, Peugeot a hérité de vieux accords passés du temps du chah entre la branche britannique de Chrysler et le groupe local Iran Khodro. En reprenant les activités européennes de Chrysler en 1978, le groupe PSA a trouvé dans l'escarcelle la fabrication d'une vieille Hillman Hunter des années 1960, produite jusqu'à une date récente près de Téhéran sous le nom de Peykan ! Progressivement, Peugeot a supplanté cette berline anglaise par sa 405, un modèle des années 1980, et la petite 206, y compris dans une version locale à quatre portes et coffre séparé.

La 405 intégrée localement

La partie française n'est pas impliquée, financièrement et industriellement, dans les opérations. Elle fournit des pièces détachées pour une fabrication sous licence. La 405 « est intégrée localement quasiment à 100 % et la 206 à 60-80 % », selon les versions. Cela explique que, malgré des volumes de ventes aussi importants, ceux-ci génèrent seulement « 1,5 à 2 % du chiffre d'affaires [hors taxes] du groupe PSA ».

Peugeot dispose d'une « petite équipe dédiée d'une quinzaine de personnes ». Son problème essentiel : veiller aux multiples démarches administratives liées aux affaires avec l'Iran. Première obligation : « Respecter la résolution 1929 de l'ONU qui prévoit tout ce... qu'on ne peut pas faire avec l'Iran. Il y a une interdiction de vendre des pièces ou matériaux à double usage », c'est-à-dire civil et... militaire. Il est également « interdit de travailler avec des personnes ou organismes » suspects. Les règles pour les transactions financières sont aussi « très strictes ». Sans parler des méandres de l'administration locale !

« Il ne faut jamais quitter un pays où on est installé. Nous préparons l'avenir », lâche prudemment Jean-Philippe Imparato. Pour l'immédiat, Peugeot réfléchit à remplacer la 405 locale par une nouvelle berline compacte en préparation, destinée aux pays émergents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2011 à 20:08 :
Bonsoir,

Et pourquoi pas l'Iran ? Pourquoi refuser un marché si fidèle et si prometteur ? Est ce que l'Iran a menacé la France un jour ? Jamais ... Est ce que l'Iran constituera une menace pour la France un jour ? Jamais ... Les Iraniens peuvent acheter n'importe quel produit mais ils ont choisi Peugeot et je pense fort par confiance au peuple Français. Faut il préférer les Etats Unis qui n'achètent quasiment rien à la France ? Ou bien faut il continuer à investir dans des banques Américaines fictives, économie en raison de la crise en France et qui a risqué et continue à risquer d'écrouler les banques Françaises
a écrit le 07/03/2011 à 17:41 :
il faut rappeler que l'iran avait menacé de couler peugeot en bloquant ses ventes en iran, une façon de menacer la france; l'article montre que finalement ce seraient les iraniens les perdants en coulant la succursale et industrie locale( ils perdraient le savoir-faire et des pieces detachées), notre peugeot national etant à peine egratigné.
a écrit le 06/03/2011 à 19:13 :
PAS TRES CATHOLIQUE DE VENDRE A CE PAYS QUI VA BIENTOT DETENIR L ARME NUCLEAIRE REGARDEZ LES AUTRES PAYS DU MAGRHEB SI DEMAIN LE PEUPLE SE REBELLE QUE DIRONS NOUS
a écrit le 06/03/2011 à 10:36 :
Je comprend mieux pourquoi Ahmadinejad a vendu sa 504 blanche pour 2,5 millions de dollars sur le web !
Réponse de le 07/03/2011 à 1:45 :
salut ebay dites moi savez -vous que l'inventeur d'ebay est iranien??? le nom pierre omidyar vous dis quelque chose??? un génie parmi tant d'autres...
donc si ahmadinejad a pu vendre sa 504 a ce prix la je dis chapeau c'est qu'il l'art et la manière de defendre son produit.
a écrit le 05/03/2011 à 22:27 :
Bel exemple d'une coopération réussie Si on respecte la règlementation ( douanière, financiére et autre ) commercer avec l'Iran est sans problème et c'est un partenaire fidèle
a écrit le 05/03/2011 à 16:06 :
@que Peugeot en profite, on a vu ce que donne les "chasses gardées" ou "succès commerciaux" français en Irak par exemple. Comme quoi nos intérêts ne sont pas les intérêts des yankees.
a écrit le 05/03/2011 à 15:48 :
un jour viendra ou les mollahs partiront et les iraniens boycotteront les marques qui ont soutenue se regime !!!
Réponse de le 05/03/2011 à 19:19 :
Juste pour votre culture personnelle, l'entreprise qui fabrique des Peugeot en IRAN est une entreprise iranienne. Pas de boycott à prévoir à terme, ce serait se tirer une balle dans le pied.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :