Débrayages chez Renault à la veille des négociations salariales

 |  | 326 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Des sites du constructeur ont connu des arrêtes de travail ce jeudi. Les syndicats réclament des hausses de salaires.

Des salariés ont cessé le travail chez Renault  pendant une heure ce jeudi sur plusieurs sites en France, à la veille de la deuxième réunion vendredi des négociations annuelles obligatoires sur les rémunérations. La CGT et la CFDT ont appelé à la mobilisation sur l'ensemble des sites de Renault (Douai, Cléon, Rueil, Sandouville, Le Mans, Flins), rejoints selon les usines par la CFTC, Sud ou FO. Au Technocentre Renault de Guyancourt (Yvelines), 450 salariés, selon une source syndicale, ont répondu à l'appel de la CFDT, CFTC, CGT et Sud et débrayé une heure dans la matinée pour "exiger une meilleure reconnaissance et remettre ainsi davantage de justice sociale dans l'entreprise".

Revendications sur le pouvoir d'achat

"Renault se porte bien et a les moyens d'augmenter nos salaires", assure l'intersyndicale dans un communiqué, mettant en parallèle la haute rémunération du PDG Carlos Ghosn et le gel des salaires depuis trois ans. "On en a marre du double discours, le sentiment d'injustice est très fort", a indiqué à l'AFP Christian Morel (CGT). La CFDT et la CFE-CGC ont par ailleurs lancé une pétition qui sera remise vendredi à la direction. Elle porte sur le maintien du pouvoir d'achat (avec une hausse de 4,5% des salaires), l'équité dans les rémunérations, et davantage de reconnaissance, selon  Fred Dijoux (CFDT).

Bons résultats 2011

Renault a annoncé la semaine dernière un bénéfice opérationnel maintenu en 2011 à 1,1 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires en hausse de 9,4% à 42,63 milliards. La marge ressort à 2,6% (2,8% en 2010). Sur la seule activité automobile, le bénéfice opérationnel a légèrement baissé à 330 millions l'an passé, avec une marge de 0,8% (contre 1,1% précédemment). Le résultat net du groupe au losange a quant à lui baissé de 38,7% à 2,14 milliards d'euros. A ce résultat, l'allié Nissan a toutefois contribué pour 1,33 milliard, le suédois AB Volvo dont Renault est actionnaire de référence pour 136 millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2012 à 21:47 :
mr SARKOZY avait pourtant promis (discours de 2007) << qu'aucune société française ou étrangère implantée sur le territoire et faisant des bénéfices ne pourra tant que je serai président: délocaliser, ou supprimer l'outil de travail ! >> je ne vais pas énumérer le nombre des dites sociétés visées s'expatrier , fermer pour retourner dans leurs pays respectifs , voir même "partir à la cloche de bois " laissant sur le carreau les ouvriers et tout ceci dans l'indifférence totale de l'état et ses représentants !! (pour RENAULT: indifférence calculée ? l'état étant actionnaire de renault tient à ce que le losange rapporte un maximum évidemment!)
a écrit le 24/02/2012 à 21:12 :
est-ce bien aux ouvriers de renault qu'il faut jeter la pierre? mais aux dirigeants du groupe qui lèchent les pieds des actionnaires parce que la donne à changé! on implante une usine sur chaque continent et on fait tourner celle qui "coute" le moins au détriment des autres ! renault c'est << nissan , lada, dacia, samsung,>> usine au brésil , en corée, au portugal , au maroc,la roumanie , en russie ,exit la belgique ,derniers frémissements en espagne ,partenariats en inde ,.........)la france est devenue le "parent pauvre " du groupe et des fuites laissent présager une fermeture à moyen terme des ensembles de montage (on est + bon quà ça !...selon l'actionnariat )
a écrit le 24/02/2012 à 17:10 :
si ça continue Renault va doubler son usine au Maroc où le SMIC est à 250?
a écrit le 24/02/2012 à 17:09 :
et apres ils vont se plaindre des delocalisations ! Si ça continue Renault va doubler son usine du Maroc où le SMIC est à 250?
Réponse de le 24/02/2012 à 22:06 :
ne tapez pas sur le dos des ouvriers qui défendent juste leur pouvoir d'achat mais sur les actionnaires qui veulent faire du( gros ) fric rapidement et poussent la direction à fermer, délocaliser, supprimer plusieurs milliers d'emplois au seul et unique nom du : PROFIT immédiat!! tout cela malgré les promesses de notre président ( qui à vite fermé les yeux lorsque renault s'est expatrié ) que HP , flodor ,sont partis à la cloche de bois après avoir fait casser toutes les machines de production , que seb , moulinex soient implantés au mexique , que les ouvriers français des bateaux "francetélécom " poseurs de cables sous-marins soient sauvagement débarqués pour y faire place à un équipage srilankais sous -payés et asservis !! doit'on continuer la liste??
a écrit le 23/02/2012 à 19:50 :
Je croyais que Renault avais délocalisé toute sa production dans les pays à bas cout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :