Démission brutale du patron de Renault Trucks

 |   |  341  mots
DR
DR
Le président de Renault Trucks, Heinz-Jürgen Löw, a annoncé ce matin sa démission devant un Comité Central d'Entreprise extraordinaire réuni pour l'occasion.

Heinz-Jürgen Löw aurait répondu à une « opportunité de poste en Allemagne, son pays d'origine », a expliqué Charlotte Roudovski, porte-parole de la société. Dans les faits, son départ, qui intervient à quelques semaines du lancement officiel de la nouvelle organisation décrétée par Volvo AB, propriétaire de Renault Trucks, intervient dans un contexte tendu.
Si le déploiement du nouvel organigramme avait placé Heinz-Jürgen Löw à la tête de Renault Trucks d'un point de vue juridique, le pilotage effectif et opérationnel, a, lui, été centralisé à Göteborg, en Suède, où se trouve le siège de Volvo AB.

Le dirigeant rejoindrait la concurrence

La semaine dernière, un journal de la région de Cologne en Allemagne, annonçait la fermeture de la filiale commerciale allemande de Renault Trucks basée à Brühl, entraînant 80 licenciements. D'après les rumeurs, cette annonce aurait pu provoquer la colère d'Heinz-Jürgen Löw, qui n'aurait « pas eu son mot à dire, alors qu'il est censé diriger la marque ». Est-ce la goutte d'eau qui a fait déborder le vase ? « A-t-il été poussé dehors ? Ou s'est-il trouvé confronté à des conséquences de la réorganisation qui heurtaient ses convictions profondes ? », s'interroge Anne Couturier-Dufour, à la CGT. « Sous prétexte de réorganisation, des services complets sont disloqués, chaque salarié doit repostuler à sa fonction, et depuis un an, le Volvo Way [la charte qui présente les valeurs du groupe, NDLR] est bafoué ».
Officiellement, Heinz-Jürgen Löw, qui n'était pas présent lors de l'annonce de sa démission aux représentants du personnel, rejoindrait la concurrence. Mercedes-Benz ? DAF ? Scania ? Ou Man, comme il se murmure dans les couloirs ? Renault Trucks préparant le lancement d'une nouvelle gamme de camion au premier semestre 2013, tous les ponts sont désormais coupés entre le groupe et son ancien président.

Les sites français de Renault Trucks (Bourg-en-Bresse, Blainville et Lyon) affichent entre 3 et 5 jours de chômage partiel en novembre et en décembre 2012.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2012 à 16:00 :
Volvo , poids lourds bientot Chinois après les vl ....la crise de ce ype de véhicule n' affécte pas que RT . Les
ventes chez les autres sont aussi en berne .
a écrit le 30/11/2012 à 13:45 :
Pas de clause de non concurrence?
a écrit le 30/11/2012 à 11:37 :
L'histoire est très simple: en 2001 Renault VI a vendu son coeur au Suédois!!! Ce qui c'est passé en Allemagne la semaine passé en petit (envoyer 85 employés au chomâge) va se passer de plus au long à Lyon, à Bourg en Bresse, à Blainvile etc.! Et Renault-Trucks ne va plus exister d'ci pas longtemps!
a écrit le 30/11/2012 à 0:37 :
Renault Trucks fait partie du group Volvo, mais reste un sociétéfrançaise qui fabrique en France!
a écrit le 29/11/2012 à 23:12 :
Renault truc est toujours français?
Réponse de le 30/11/2012 à 7:16 :
Production en France (+ de 1500 salaries en Rhone Alpes) mais Renault Trucks est suedois
Réponse de le 30/11/2012 à 9:23 :
Renault n'a que le nom de francais il fait parti du grouppe volvo et est subalterne dans ce groupe. C'est aussi une des raisons pour laquelle le chef est allemand et logiquement il rejoint ses compatriotes allemands qui sont concurrents de Renault.Cette marque au mom francais est en perte de vitesse, Herr Loew l ne veut plus etre du cote des perdants.Pour simplifier.
a écrit le 29/11/2012 à 22:16 :
qu'est-ce qu'on en a à faire ? Il est remplaçable, et puis ne partage pas ses gains. Alors hein...
a écrit le 29/11/2012 à 22:10 :
La vieille dame malade qu est renault trucks rentre dans la tourmente. quitte ou double? Apres des annees ou toute logique financiere semblait absente, des annees ou les managers megalos etaient plus preoccupe a gerer des clubs de foot qu a organiser leur entreprise, voila que la fete est finie. La reorganisation menee par volvo est certe violente a plus d un egard, mais comment faire pour reconstruire sans couper les branches pourries? Sans faire sauter les petites baronnies et les reseauxen tous genres qui gangrainent cette entreprise. Comme dit niko, cet homme n a pas demontre grand chose, il est mieux qu il parte et pourvu que quelques autres partent...plaignons plutot les employes restants qui vont devoir payer pour l incompetence qui a ete le vrai dirigeant de rt
a écrit le 29/11/2012 à 20:10 :
depart d un homme competent mais qui n a pas demontre grand chose depuis ces 7 dernieres annees a la tete de l organisation commerciale de renault trucks.
Réponse de le 29/11/2012 à 21:19 :
@ nico77 ; avait il les mains libres...? au tout début de la prise de Renault truck par Volvo il y avait une grosse
défiance des Suédois voir un certain mépris à l'égard de leurs collègues Français. La réussite des moyennes
gammes les à refroidis. Aujourd'hui il serait intéressant d' avoir l' opinion des gens du cru....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :