Les voitures électriques ne font pas recette, ni en France ni en Allemagne

 |   |  267  mots
Peugeot Ion Copyright Peugeot
Peugeot Ion Copyright Peugeot (Crédits : Photo Peugeot)
2.695 véhicules électriques neufs ont été immatriculés en Allemagne sur les onze premiers mois de l'année. En France, on en a écoulé 2.271 au premier semestre à peine. Pas franchement le succès!

2.695 véhicules électriques neufs à peine ont été immatriculés en Allemagne sur les onze premiers mois de l?année. En outre, le parc allemand roulant de véhicules électriques mais aussi hybrides (thermiques-électriques) atteindrait actuellement environ 75.000 unités. Le gouvernement de Berlin craint du coup de ne pouvoir atteindre son objectif d'un parc d?un million de véhicules "verts" d?ici à 2020, selon Automobilwoche.

0,2% du marché en France

En France, les immatriculations de voitures électriques neuves  ont atteint 2.271 voitures au premier semestre, selon le CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles), soit 0,2% du marché total seulement. Les immatriculations de modèles hybrides neufs dans l'Hexagone ont juste frisé les 10.351 (toujours sur les six premiers mois), soit 1% du marché. 12.500 unités autos neuves dites "vertes" au total, ce n'est pas terrible! On est encore très, très loin, de la vision de Renault d'un segment des électriques purs représentant 10% du marché mondial en 2020...

Offre réduite

Il est vrai que l'offre est réduite. La gamme d'électriques comprend essentiellement en Europe des véhicules de test, pas vraiment commercialisés. PSA propose toutefois aux clients les Peugeot Ion et Citroën C-Zéro, dont 1.300 exemplaires de chaque ont été immatriculés en France sur onze mois ! Renault compte dans sa gamme les Kangoo ou Fluence Z.E. ainsi que le quadricyle Twizy, en attendant la Zoé en toute fin d'année, début janvier. En hybrides, l'offre comprend surtout les Toyota Prius et Yaris, les Peugeot 3008 et 508, Citroën DS5, et quelques hauts de gamme allemands (Audi, Mercedes, BMW, Porsche)... très chers.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2017 à 20:21 :
La suppression des voitures à essence ou diesel, entièrement d'accord!. Mais encore faudrait-il encourager par des aides ou subventions le développement des voitures à piles à combustible; or, de ce côté la France est à la traine par le nombre de stations de distribution d'hydrogène par rapport à ses voisins immédiats. Pourtant la France ne manque pas d'idées (Start-up McPHY) et de grosses sociétés comme Air Liquide, première mondiale dans le secteur des gaz industriels. Nos politiques ont-ils pris conscience que l'Economie de l'Hydrogène prédite par l'américain Jeremy Rifkin pourrait être la prochaine révolution industrielle, créatrice de millions d'emplois.
a écrit le 12/12/2012 à 15:44 :
Les véhicules électriques ont tous un défaut majeur : le manque d'autonomie ! et un prix d'achat trop élevé !
Messieurs les constructeurs : n'êtes vous pas capables d'écouter les usagers ?
Personnellement un véhicule hybride me conviendrait totalement : en effet j'aurai la certitude de rouler sans produire de CO2 et de pouvoir finir mon trajet en cas de décharge totale de mes batteries.... Question de prix !
a écrit le 12/12/2012 à 9:21 :
Il y a peu de temps on tirait à boulet rouge sur les constructeurs qui ne faisaient pas le pari de l'électrique, même notre président conseillait à PSA de changer de stratégie pour son site de Rennes afin que des véhicules électriques y soient fabriqués . Maintenant le vent a tourné, en fermant Fessenheim le signal est donné, on va pédaler pour recharger les batteries. Ou alors avec tous ceux qui brassent de l'air on peut lancer un nouveau programme d'éoliennes ...
Réponse de le 12/12/2012 à 11:53 :
Le nouveau programme d'éoliennes a déjà été lancé par le gouvernement de Nicolas Sarkozy pendant qu'on devisait sur ces sujets.
a écrit le 11/12/2012 à 23:49 :
"Les voitures électriques ne font pas recette, ni en France ni en Allemagne" : elle ne fait recette nulle part au monde.

- plus chère qu'un véhicule thermique équivalent
- autonomie beaucoup trop limitée
- des heures pour recharger les batteries
- durée de vie trop limitée des batteries
- quasiment aucune borne pour la recharger

Comment ces voitures pourraient-elles avoir du succès?
Réponse de le 12/12/2012 à 0:39 :
Pourtant la hausse des ventes est de 68% pour les véhicules utilitaires, pas mal dans le contexte actuel quand les thermiques sont la plupart en forte baisse.
a écrit le 11/12/2012 à 18:52 :
1 million de voitures électriques = 1 centrale nucléaire en plus
Renault peut s'attendre de toute façon à un désastre industriel
Réponse de le 11/12/2012 à 21:09 :
On ne peut sérieusement poser une telle équation car cela dépend trop de la catégorie de ces véhicules électriques. Tout varie selon qu'ils pèseront deux tonnes ou deux cents kilogrammes et selon qu'ils se rechargeront anarchiquement ou de façon contrôlée par ERDF.
a écrit le 11/12/2012 à 18:06 :
Heu... revoyez vos chiffres, il s'est vendu plus de 800 Peugeot ION entre Juillet et Aout
Réponse de le 11/12/2012 à 21:09 :
Il faut dire qu'elle était presque gratuite !
a écrit le 11/12/2012 à 14:22 :
La voiture électrique telle qu'elle existe actuellement n'a pas d'avenir, le système Renault de louer les batteries ne peut concerner que les véhicules de société et la formule ressemble plus aux anciens relais de chevaux d'autrefois qu'une véritable innovation. Tant que l'électrique sera limité en Km et dispendieux, il sera marginal. Je crois plus en la pile à combustible car elle se rapproche plus de nos besoins en déplacements actuels.
Le véhicule électrique actuel ressemble plus aux montres digitales de première génération où il fallait utiliser "les 2 mains" pour voir l'heure, celle qui portait la montre et l'autre pour appuyer sur le bouton. Ce n'est que l'apparition du "cristaux liquides" qui ont mis au rebut les bonnes vieilles aiguilles (enfin presque)!
On peut toujours dire comme certains commentaires, il faut bien commencer, c'est vrai, mais çà ne concerne que les riches, et je ne pense pas que se soit leur préoccupation première!
Réponse de le 11/12/2012 à 14:38 :
Oui mais comme déjà dit plus en dessous, l'hydrogène il faut analyser sa production et donc son rendement de production et à partir de quoi, son stockage, transfert, sa distribution, ses risques, la durabilité des matériaux, son rendement final et global et ses coûts globaux (réseau, maintenance etc). Quand on regarde la totalité le véhicule éléctrique a au moins autant d'atouts sinon plus pour des applications pas entièrement identiques mais pas si éloignées. Il y a aussi les pac méthanol et des véhicules comme la danoise Qbeak qui ont un intérêt.
Réponse de le 11/12/2012 à 19:01 :
Merci pour votre commentaire, je suis conscient des difficultés, ne serait-ce du fait qu'il faut plus d'énergie pour "craquer" l'eau, que celle que l'hydrogène rendrait, mais c'est peut-être là que les énergies renouvelables pourraient être utiles. Les japonais travaillent dessus, c'est déjà bon signe!
Il faut être optimiste et croire en nos chercheurs!
Réponse de le 13/12/2012 à 14:17 :
hyundai avec l'ix 35 fin 2012
http://www.gts-mag.be/hyundai-presente-le-ix35-fuel-cell-a-hydrogene/
a écrit le 11/12/2012 à 14:02 :
La vraie offre de production de passe à prix concurrentiel et sur un marché propice au VE (petites voitures), c'est la ZOE de Renault. Donc si dans un an le bilan de ZOE est catastrophique, on pourra dire que c'est un problème en effet. Même s'il y a aussi le problème des infrastructures.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:22 :
actuellement le marché n'est pas révélateur car crise oblige et pétrole pas encore très cher. On ne peut pas juger sur 1 an mais plusieurs années. La plupart des marques sont en baisse. Si le prix du pétrole devait s'envoler çà changerait la donne rapidement à terme.
Réponse de le 12/12/2012 à 4:08 :
Vous en avez de la chance de pouvoir estimer que le pétrole n'est pas encore trop "CHER"!!! Moi je le trouve horriblement cher et le constate quand la chaudière se met en route et à la pompe. Les taxes sont elles si indolore pour vous? Veinard.
a écrit le 11/12/2012 à 13:36 :
Tout le monde dit que la voiture électrique ne va pas marcher à cause des bornes de recharge inexistantes à ce jour...
Aussi surprenant que cela puisse paraître je ne suis pas d'accord...
Les bornes viendront après les voitures, quand la rentabilité de ces investissements sera démontrée pas avant.

S'agit-il d'une impasse pour autant ? La vraie question est combien de français ont : 2 voitures dans le foyer + 1 garage.
Sur ce genre de foyer ne pas avoir une des deux voitures en électrique va vite s'avérer une idiotie.
La question est : est-ce que cela représente un marché de lancement suffisant ? Ce que j'ignore... Si quelqu'un à des stats.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:27 :
Plusieurs chaînes de supermarchés dans le monde et entre autres installent des bornes pour lesquelles elles ont un intérêt. En France çà a déjà commencé. Avant d'avoir un maillage complet çà demande quelques années mais on ne voit pas pourquoi ce serait si long vu les avantages et que les véhicules électriques sont souvent équipés de systèmes de localisation de ces bornes.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:58 :
A part prévoir l'augmentation du prix de l'essence, j'aimerais qu'on m'explique les "avantages" de la voiture électrique. Déplacements intra-urbains? Développons les transports en commun ! Déplacements extra-urbains ? Hors sujet, autonomie insuffisante pour de longs trajets. Ecologie? Les batteries épuisent à vitesse grand "V" les ressources naturelles (bien plus vite que l'essence !), il faut bien produire cette électricité et il faudra aussi recycler ces batteries (ouch).
Réponse de le 11/12/2012 à 15:42 :
Et l'hydrogène vous le produisez comment ? sa densité énergétique et relative vous le stockez comment et vous recycler l'ensemble des contenants la plupart polluants et très difficiles voire impossibles à recycler comment ? vous le distribuer comment ? à quel coût ? vous assurez la maintenance et les coûts comment ? sur la durée vous assurez les risques comment ? Vous vous arrêtez aux batteries commercialisées actuellement pas aux travaux en cours ou l'autonomie des batteries n'est plus un problème au même titre que pour les pac donc pourquoi 2 poids 2 mesures. Le recyclage des batteries, surtout vu que leur prix par rapport aux véhicules est élevé et jusqu'ici sa ressources relativement limitée pour le lithium n'est pas insurmontable. Pour l'épuisement des batteries les progrès sont notables aussi. Les pac çà s'use aussi et le rendement global de toute la chaîne n'est pas bien élevé. Enfin pour ceux qui veulent recharger leur véhicule chez eux et ils sont nombreux, vous leur proposez de produire et stocker leur hydrogène ? Il pourront aussi gonfler un Zeppelin et faire une jolie explosion à Noël !
Réponse de le 11/12/2012 à 16:14 :
Pour la production : avec l'électrolyse on est autour de 2euros le kilo d'hydrogène (équivalent à 4L d'essence), certains parlent encore de diviser ce prix par 10 ! Total est intéressé par la réalisation de station hydrogène, il en existe déjà d'ailleurs en Allemagne. Un réservoir à hydrogène haute pression coûte dans les 2000?, BMW (il me semble) se donne comme objectif de passer à 300? d'ici 2015. Les réservoirs les plus efficaces (-253°C) ne sont hélas qu'à l'état de prototype, mais la recherche fait son chemin. Pour les batteries on peut évidemment améliorer les concepts, mais quelles sont les chances de trouver des batteries efficaces (poids/volume/énergie stockée) à partir de ressources disponibles en grande quantité? Ce que je vois c'est que dans tout les cas (hydrogène/électrique/pac/surement d'autres...) on est au début des recherches, mais que l'électrique présente quand même le plus d'inconvénients. Pour l'idée de stocker de l'hydrogène chez soi, ça m'a fait rire, mais soyons un peu sérieux : si les batteries se rechargeaient en un temps comparable à un plein d'essence, et que l'autonomie était satisfaisante, aucun soucis pour faire comme à présent : le plein en station.
Réponse de le 11/12/2012 à 17:12 :
@ :-) : il y a la solution développée par Better Place pour changer automatiquement une batterie en moins de 10 mn. Renault la propose sur la Fluence.
a écrit le 11/12/2012 à 13:22 :
Dans ce problème il y a conflit entre vaticinations écologiques, rêves économiques et la réalité les pieds dans la boue quotidienne. L?élément dominant dans le choix, indépendamment du coût ou de l?écologie, c?est l?emploi et c?est ce choix qui est très limitatif, actuellement pour le moins.

A quoi destinez vous votre voiture ?

Si c?est pour aller où vous voulez quand vous voulez alors il vous faut une voiture thermique (chien vagabond) car la voiture électrique actuelle est complètement dépendante de la recharge (chien en laisse). Quant bien même y aurait-il une borne de recharge tous les 100 m, il faut au minimum 3 heures pour une recharge complémentaire et 8 heures pour une recharge complète. La voiture tout électrique actuelle est limitée aux petits déplacements urbains ou périurbains dans un rayon maximum de 40/50 Km de son point d?attache.

A la recherche d?un compromis, si vous voulez un chien vagabond mais écologique vous pouvez penser à une hybride. Mais, car il y a un gros mais, pesez bien aussi les limites actuelles de son efficacité pour ne pas être déçus (fonction du modèle = hors d?usage à plus de 120 Km/h, fonction tout électrique en dessous de 10/30 Km/h seulement et si la batterie est chargée et en bon état ?) L?avantage est de récupérer l?énergie de décélération, l?inconvénient c?est de traîner en permanence un surpoids, sans parler de la surcharge financière amortissable en 75/90000 Km. La voiture hybride actuelle est très bien pour rouler dans les embouteillages, elle est exclue des autoroutes
Réponse de le 11/12/2012 à 14:05 :
La réalité est que la plupart des gens ont des chiens en laisse plutôt que des chiens vagabonds ! (et çà vaut mieux) et qu'un chien en laisse a une "durée de vie" hors batterie de plus de 2 millions de km comparée à 200.000 km tout au plus pour le "vagabond" thermique. Donc dans la réalité et compte tenu d'ailleurs du fait que beaucoup de véhicules ne circulent pas tout le temps ni tous les jours, il y a un créneau assez important pour l'électrique en pratique et sous réserve, sauf à changer de batterie en cours de route, de prendre le train ou l'avion pour les distances au delà des 100 à 300 km d'autonomie en général selon les modèles courants. Beaucoup de professionnels sont déjà concernés et on avantage à l'électrique de même que l'environnement et la santé des gens.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:26 :
en théorie, vous avez très certainement raison, et en pratique, les gens n'achètent pas ces bagnoles...cherchez l'erreur...je pense que vous êtes près à intégrer l'ENA...vous êtes le roi du calcul comme tous les fonctionnaires de bercy ou les pseudo experts...qui ne comprennent toujours pas pourquoi avec leurs savants calculs ils se trompent régulièrement...
Réponse de le 11/12/2012 à 14:58 :
Les dirigeants de General Motors, Renault Nissan, Toyota, Chrysler etc ou par ailleurs de l'AIE n'ont pas fait l'Ena comme beaucoup de consultants de sociétés d'études spécialisés et pourtant ils conviennent de chiffres relativement corrects pour les véhicules électriques à divers horizon dont 2020. Idem les firmes chinoises dont parmi d'autres l'une vient par exemple de remporter en relevant son offre d'achat élevée le groupe de batterie pour véhicules électriques A123 Systems, c'est pas pour des prunes. La crise actuelle impacte quasiment tous les véhicules. Vous ne relevez pas par contre que les hausses de ventes de véhicules électriques utilitaires sont en hausse de 68%. Vous vous n'êtes ni prêt d'être expert ni d'intégrer l'Ena ! et finalement vous proposez quoi, les thermique avec la hausse du pétrole à venir ? l'hydrogène sans voir tous les coûts, contraintes et inconvénients comparés aussi ? Il n'y a pas de solution miracle mais il y en a plusieurs et l'électrique est une voie d'avenir comme l'hydrogène, par contre le thermique il suffit que le pétrole monte un peu et çà bloque. Mis vous qui êtes un génie Miroboland vous allez nous éclairer ?!
a écrit le 11/12/2012 à 11:20 :
Montebourg la star du pipo avait promis face au PSE de PSA de lancer la voiture electrique en France car lui avait une stratégie industrielle: 50 % des administations devait commander ces autos
à date voyez vous des voitures de la poste , de la mairie de Paris ....???électriques et voyez vous dans la rue des bornes de chargemenrs
rien que du baratin et donc zéro ventes de voitures o combien nécessaires
mrs les Ministres agissez pour la planète plutôt que pour votre égo !
Réponse de le 11/12/2012 à 12:07 :
Tout à fait d'accord avec cette analyse, le belattre montebourg à encore une fois prouvé son incompétence et sa méconaissance total de l'économie et de l'industrie automobile et les politiques sont bien plus préocupés par leurs avenir personnel que par le bien étre des Francais et de la planéte, ils sont complétement incompétent mais ne s'accroche à leurs statuts. Quand des décideurs venu de la société civil qui eux ont déja fait preuve de leurs compétences et connaissent l'économie
Réponse de le 11/12/2012 à 13:20 :
messieurs les bobos parisiens, certes, monsieur montebourg est un "guignolo", et très certainement incompétent à ce poste et seulement intéressé par sa seule carrière, le problème en fait n'est pas là, d'une part les bagnoles électriques coutent plus cher que les français moyens ou la poste ou la ville de paris ne sont disposés à mettre, et d'autre part, si l'on changeait pour ce mode de transport, il faudrait augmenter le parc nucléaire actuel d'au moins 40 à 50 %; donc ce sont des "fables" que les verts, les politiques ou le écolosbobos parisiens égocentrés nous servent...le français n'ont ni les moyens ni la volonté de mettre en place ce mode de transports, ce n'est pas plus compliqué que cela...
Réponse de le 11/12/2012 à 14:07 :
ce que vous dites n'est pas étayé :
1) qui a parlé de tout convertir à l'électrique ? on parle de 10% du marché en 2020 au grand maximum, et dans ce cas là pas besoin de plus de centrales
2) au contraire : la recharge des batteries permet la nuit d'absorber le surplus de consommation et pendant les pics de production si elles sont branchées elles peuvent servir d'appoint (par exemple aux heures de pic au lieu de consommer sur le réseau vous pouvez pomper dans votre batterie que vous avez chargé la nuit. Tous ces fonctionnement sont en étude et vont petit à petit émerger et voir le jour, mais ça prendra un peu de temps...
3) le problème est bien celui que vous mentionnez, à savoir le prix des batteries. Mais d'après les constructeurs, une fois qu'on produit en suffisamment grande masse, le prix devrait baisser par effet volume, plus les progrès technologiques. Il faut amorcer la pompe.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:09 :
Faux pour le parc nucléaire augmenté de 40 à 50 % d'une part et pour le tout véhicule électrique d'autre part ! C'est pénible de lire des énormités pareilles, appofondissez le sujet sur des sites en pointe avant d'écrire n'importe quoi !
Réponse de le 11/12/2012 à 21:14 :
Par ailleurs, pour ce qui est de la pure vérité, oui je croise souvent des véhicules électriques et oui il y a des bornes de rechargement un peu partout dans Paris et près de Paris. Donc, la vérité pure...
a écrit le 11/12/2012 à 11:19 :
Oui l'électrique est une impasse. Les moteurs et batteries de ces machines ont besoin de terres rares pour fonctionner (aimants permanents....). Si la France entière s'équipait en voiture électrique, on épuiserait toutes les ressources disponibles sur terre, au main des Chinois qui plus est. Alors imaginer que toute l'Europe ou toute la planète roule en électrique, c'est ce moquer du monde.
L'hydrogène reste une piste très intéressante. On a découvert des bactéries qui produisaient de l'hydrogène au contact de l'eau. or de l'eau il y en a des quantités immenses sur cette planète....
Réponse de le 11/12/2012 à 12:03 :
Personne n'a jamais dit que l'on allait équiper tout le monde de véhicules électriques mais çà répond à un créneau et des impacts favorables importants dans plusieurs domaines. De plus si tous les chinois avait un véhicule ne serait-ce que thermique on manquerait déjà de ressources et ils auraient bien des problèmes d'importations d'énergie et de pollutions en plus. Electrique et hydrogène sont 2 voies favorables avec leurs inconvénients et avantages respectifs mais aussi évolutions dont il faut tenir compte, il n'y a pas lieu en l'état de prétendre que l'une doit éliminer l'autre.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:05 :
Vous auriez quelques précisions à nous donner ? Merci.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:14 :
Totalement d'accord ! De plus l'hydrogène est une solution assez avancée : la pile à combustible est bloquée à un remplacement "économique" du platine mais le moteur à explosion avec l'hydrogène - dont on a une maîtrise exceptionnelle - est très prometteur. Je ne comprends pas que personne n'en parle. Pour les médias en général (et donc l'inconscient collectif) la voiture du futur est électrique...
Réponse de le 11/12/2012 à 13:28 :
Le monde entier est bien équipé en moteur électrique et en batteries et me semble-t-il le monde est toujours en place... Les Chinois n'ont toujours pas envahi le monde ? C'est à se demander ce qu'ils attendent...

Cessons ce syndrome français de refuser toute forme de progrès sous prétexte que ce n'est pas une solution parfaite... en ce disant promis la prochaine c'est la bonne.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:16 :
L'hydrogène il faut analyser sa production et donc son rendement de production et à partir de quoi, son stockage, transfert, sa distribution, ses risques, la durabilité des matériaux, son rendement final et global et ses coûts globaux (réseau, maintenance etc). Quand on regarde la totalité le véhicule éléctrique a au moins autant d'atouts sinon plus pour des applications pas entièrement identiques mais pas si éloignées. Il y a aussi les pac méthanol et des véhicules comme la danoise Qbeak qui ont un intérêt.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:31 :
Ce n'est pas sous prétexte de progrès qu'il faut accepter la première technologie venue. Par exemple, l'hydrogène (désolé, je n'ai que ça comme exemple, mais il en suffit d'un), est bien plus proche d'un produit viable que les véhicules électriques. Il faut absolument lancer la recherche pour les transports de demain... mais sur le papier l'électrique est une solution morte-née.
Réponse de le 11/12/2012 à 15:13 :
Je ne refuse pas le progrès. je dis juste qu'il faut développer les pistes viables comme l'hydrogène plutôt que l'électrique.
Réponse de le 11/12/2012 à 15:28 :
Le méthanol est bien plus pratique que l'hydrogène pour info. Mais pour ce dernier et comme vous ne donnez pas d'arguments, j'ai du mal à comprendre pourquoi vous n'analysez pas de manière aussi critique tout le bilan de la chaîne énergétique, des coûts, contraintes etc. de l'hydrogène comparé à l'électrique. Il y a des données très techniques sur les pac, également des hybrides pac/batteries etc. Et quand on fait le cumul de tous les avantages et inconvénients de chaque filière il n'y a pas une technologie qui se distingue de façon absolue. Dire que l'électrique est une solution morte née alors qu'il y a plus de 200 sociétés qui sont sur ce thème dans le monde et non des moindres dans la seule construction auto, çà semble très extrêmiste et affirmatif ! Pourquoi les 2 filières ne se développeraient-elles pas en parrallèle comme en hybrides ? Je trouve toujours très dangereux d'éliminer d'office une voie à un instant t de connaissances et de données, c'est le plus sûr moyen de se tromper comme ce fût souvent le cas dans le passé. Les batteries ont un potentiel d'évolutions élevé comme on l'a vu en autonomie, ressources etc (li-air, Na-ion etc) et les applications des batteries aussi. La pac ne recouvre pas les mêmes aspects donc les 2 sont indispensables pour l'avenir.
Réponse de le 11/12/2012 à 21:18 :
Le défaut de ce raisonnement, c'est qu'un moteur électrique n'utilise pas fatalement des aimants permanents en neodyme ou autre terre rare. En fait, cela ne concerne que les moteurs à champs tournants à aimants permanents mais on n'est pas non plus obligé de construire ce type de moteur, les trains n'en utilisent pas. C'est juste parce que c'est plus facile et plus léger qu'on en est dépendant.
a écrit le 11/12/2012 à 11:15 :
Bonjour
Le tableau de Mebdeliev fixe depuis plus de 100 ans la capacité par mole d'un couple énergétique permettant de faire une batterie.
À partir de là les calculs sont simples et le nombre de couples limité. Encore plus limité si l'on s'en tient aux métaux et terre rares disponibles en abondance dans la nature.
Les CITA d'après guerre dont certaines circulent encore étaient déjà très optimisée.
Un gain a été possible en améliorant le process et un autre en variant les couples. Le groupe Bolloré est à mon sens celui qui le mieux travaillé ( batterie/ véhicule urbain optimisé/ modèle économique de transport proximité par essence ).
On comprend mal les dérives de certains PDG , ils sortent pourtant de Bonnes écoles.
PSA avait lancé un véhicule , il en a été fabriqué 6000 environ pour 60000 attendus ! Il en reste 25 à la Rochelle qui assurent leur mission de proximité avec brio.
Pour l'hybride ce n'est pas pareil mais ça reste un véhicule thermique avec optimisation électrique.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:10 :
Le couple li-air et Na-ion est prometteur et par ailleurs le solaire plasmonique aussi. En solaire la SolarWorld GT destinée à démontrer la bonne marche d'un véhicule solaire de taille standard pour 2 à 3 personnes en l'état actuel (100 km/h et 375 km d'autonomie et +) a fait des dizaines de milliers de km et a démontré sa bonne fiabilité avec très peu de batteries. En outre ses vitrages n'étaient pourtant pas solaires ce qui eût été encore mieux et des groupes comme Corning travaillent sur des vitrages solaire
Réponse de le 11/12/2012 à 12:11 :
Le couple li-air et Na-ion est prometteur et par ailleurs le solaire plasmonique aussi. En solaire la SolarWorld GT destinée à démontrer la bonne marche d'un véhicule solaire de taille standard pour 2 à 3 personnes en l'état actuel (100 km/h et 375 km d'autonomie et +) a fait des dizaines de milliers de km et a démontré sa bonne fiabilité avec très peu de batteries. En outre ses vitrages n'étaient pourtant pas solaires ce qui eût été encore mieux et des groupes comme Corning travaillent sur des vitrages solaire
Réponse de le 11/12/2012 à 22:20 :
@ Toto 2001: Le tableau de Mendeleïev ...
a écrit le 11/12/2012 à 11:11 :
Rien d'étonnant à tout cela. Les voiture électriques présentent au gris intérêt en ville (faibles distance parcourues) et un intérêt moindre en dehors de la ville. Hors, c'est justement lorsque l'on dispose d'une maison, dans laquelle on peut installer une borne de recharge, que la voiture électrique devient utilisable. En ville, impossible de recharger la voiture électrique dans le parking de l'immeuble. Impossible de la recharger dans la rue. Tant que cette situation durera, aucun espoir à l'horizon.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:13 :
Il y a une loi qui est passée sur ce sujet. Les copropriétés doivent installer des bornes de recharge en plus de faire un bilan énergétique pour les copropriétés de moins de 80 habitants et un audit énergétique pour celles supérieures à 80 habitants.
a écrit le 11/12/2012 à 10:05 :
L?électrique, c'est l'avenir, mais sans infrastructures, c'est normal que ce ne soit pas un succès.
L'offre n'est pas vraiment pléthorique, et il faut en plus développer un réseau de recharge (quitte à recycler les milliers d'anciennes pompes abandonnées sur le territoire) L'électrique n'a pas suffisamment d'autonomie, et cela peut nous permettre de créer des emplois (l'électrisation du pompiste :D ).
j?espère que rever que ma prochaine voiture sera électrique, (soit d'ici 10 ans au rythme ou je vais) n'est pas qu'une utopie.
Réponse de le 11/12/2012 à 10:32 :
L'électrique est une impasse (production, durée de vie, temps de charge et recyclage des batteries, autonomie, coût), j'espère bien que dans dix ans on parlera d'autres solutions (hydrogène?)!
Réponse de le 11/12/2012 à 11:03 :
Je ne suis pas si convaincu de l'impasse (actuelle peut être) mais j'ai quand meme confiance dans nos ingénieurs et nos commerciaux (un peu moins) pour une réduction des couts. N'oublions pas une règle de base de production : l'économie d'échelle, c'est pas avec 2000 modèles qu'on risque de faire baisser les couts de production.
Quoi qu'il en soit, je pense que plus on s'écarte des énergies non renouvelables, mieux c'est.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:23 :
Non l'électrique n'est pas une impasse ! Electrique et hydrogène évoluent et les 2 solutions sont valables ! A chaque fois on veut enterrer une technologie (les véhicules électriques étaient majoritaires dans le monde jusqu'en dans les annéees 30 et c'est la production en série de Ford et le démarreur notamment qui ont changé la donne avec de plus une collusion automobile et industrie pétrolière qui cherchait de nouveaux débouchés et a perduré) mais elle renat tout le temps. Donc ne pas refaire l'erreur de croire que les véhicules électriques vont encore disparaître, ce serait une perte de temps de plus et notoire car l'électrique c'est aussi le stockage, smart-grid et meilleure gestion de l'électricité.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:25 :
L?électricité n'est pas une énergie renouvelable en soi. Le nucléaire nécessite de l'Uranium, sinon pétrole ou charbon... Le renouvelable est marginal.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:28 :
Le problème est justement la voiture électrique à grande échelle ! 38 millions de véhicules en France il me semble. Imaginons que le parc deviennent électrique, vu que c'est l' "avenir" (ce qui voudrait déjà dire qu'on a trouvé des batteries alternatives, vu que toutes celles qui marchent demande des ressources qui seront éteintes dès l'ascension de véhicules avec 300kgs de batteries...). Que se passera t'il quand 10 millions de français brancheront leur véhicule à charger le soir? Il faut déjà une heure pour recharger une Zoe avec une prise de 22 kW (!!!). Aucune énergie renouvelable ne pourra encaisser cette demande :la voiture électrique appelle au nucléaire de grande échelle.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:56 :
Déjà l'objectif n'est pas de remplacer en l'état actuel tout le parc automobile, d'autant qu'il est massif en poids et peu efficient. Ensuite la plupart des véhicules font moins de 70 km par jour et la plupart du temps sont en fait à l'arrêt donc faux problème celui de la recharge, tout le monde ne va pas charger le soir à 20 h pile, une partie aura eu lieu en journée. Le calcul a été maintes fois fait pour l'ensemble de l'Europe et compte tenu du bénéfice du stockage électrique et dans l'hypothèse où tout les véhicules seraient électriques, on atteint une quinzaine de centrales en plus seulement pour donner un ordre d'idée. Aux Etats-Unis les marques comme GM etc vendent des véhicules électriques et aident les gens à s'équiper de solaire etc Dans les cas où la gestion de l'énergie ou la recharge sur le lieu de travail ne suffisent pas pour certains une batterie rechargée en journée à domicile peut apporter le complément nécessaire. Les suisses ont un concept de véhicule électrique qui monte sur les trains donc là aussi autre piste notable parmi bien d'autres et pour faire court.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:56 :
Déjà l'objectif n'est pas de remplacer en l'état actuel tout le parc automobile, d'autant qu'il est massif en poids et peu efficient. Ensuite la plupart des véhicules font moins de 70 km par jour et la plupart du temps sont en fait à l'arrêt donc faux problème celui de la recharge, tout le monde ne va pas charger le soir à 20 h pile, une partie aura eu lieu en journée. Le calcul a été maintes fois fait pour l'ensemble de l'Europe et compte tenu du bénéfice du stockage électrique et dans l'hypothèse où tout les véhicules seraient électriques, on atteint une quinzaine de centrales en plus seulement pour donner un ordre d'idée. Aux Etats-Unis les marques comme GM etc vendent des véhicules électriques et aident les gens à s'équiper de solaire etc Dans les cas où la gestion de l'énergie ou la recharge sur le lieu de travail ne suffisent pas pour certains une batterie rechargée en journée à domicile peut apporter le complément nécessaire. Les suisses ont un concept de véhicule électrique qui monte sur les trains donc là aussi autre piste notable parmi bien d'autres et pour faire court.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:10 :
Si on parle de voitures électriques intra-urbaines avec des services de type auto-lib', je pense qu'il s'agit en effet d'un moindre mal (mais pourquoi pas un service de transport en commun -électrique pourquoi pas- efficace à ce moment la?). "Seulement" une quinzaine de centrale supplémentaires ?! C'est énorme, la France (deuxième derrière les Etats Unis) en compte 19 !
Réponse de le 11/12/2012 à 12:42 :
Désolé, je voulais dire une quinzaine de réacteurs pour l'Europe ! Et j'ajoute toujours pour un ordre d'idée qu'en remplacant l'électroménager actuel par des A3+ comme les frigos (2e poste souvent après le chauffage) etc en Europe c'est environ 12 réacteurs en moins. Les chinois ont un programme d'aide en cours actuellement pour remplacer l'électroménager + climatiseurs etc consommateurs et les chiffres à l'échelle chinoise sont édifiants. Donc celà pour dire que les véhicules électriques peuvent trouver leur place avec quelques évolutions et sur un créneau assez important. Sur le transport oui vous avez entièrement raison mais çà ne peut pas répondre à tout endroit, toute heure et toutes utilisations quand même, il faut rentabiliser donc traffic nécessaire et l'urbanisme ne s'y prête pas toujours.
Réponse de le 11/12/2012 à 21:19 :
L'électricité n'est pas une ressource énergétique, ce n'est pas une énergie, c'est un vecteur de transmission de l'énergie.
a écrit le 11/12/2012 à 9:57 :
Les chiffres de M. Verdevoye sont complétement faux (mais ce Monsieur ne s'embarrasse jamais de vérifier ses sources...).
Sur 11 mois, il s'est immatriculé en France 5432 voitures particulières électriques (dont 1322 Citroen C Zero et 1343 Peugeot Ion) et 3414 utilitaires légers (dont 2701 Kangoo).
Sur le fond il n'a pas tort, le marché n'a toujours pas démarré, mais la démonstartion est plus probante avec des chiffres exacts.
a écrit le 11/12/2012 à 9:49 :
Sans réseau, l'électrique n'a aucun intérêt...
Réponse de le 11/12/2012 à 11:25 :
Cà dépend de l'évolution des batteries et du temps de recharge. Les magasins entre autres ont tout intérêt à développer des bornes et du solaire par exemple.
a écrit le 11/12/2012 à 9:48 :
C'est surtout le business modèle de Renault et Peugeot qui pose problème.

Acheter une voiture à un prix exorbitant par rapport à une thermique équivalente,avec une autonomie entre 10 et 15% de la thermique et ajouter une location de batterie de 70 ? par mois. Economiquement, il est plus intéressant de rester au thermique.

Contrairement à nos énarques et autres pseudo tête pensante, les français savent calculer et faire un budget prévisionnel.
Réponse de le 11/12/2012 à 10:22 :
Prix exorbitant ? La Zoé va être proposée pour 14000 euros (bonus écologie déduit) environ + 79 euros par mois pour la location des batteries en ajoutant 15 euros par mois d?électricité. Ça change de 200 euros par mois de gazole.. Arrêtez de colporter de fausses idées !
Réponse de le 11/12/2012 à 10:39 :
Dont combien de sous pris directement dans les caisses de l'état ? Ensuite 200?/mois de gazole, c'est pas loin 3000 kms /mois (donc si c'est du trajet boulot-dodo 150km par jour ! ). Je doute que sur ce genre de kilométrage l'intérêt de l'électrique soit flagrant...
Réponse de le 11/12/2012 à 11:08 :
Le bonus écologie, c'est pour l'extraction dans les Andes du lithium : on pollue chez les autres mais moins chez nous. 79?/mois ça fait une rente annuelle de près de 1000? pour le constructeur quelque soit l'utilisation de la voiture. Si une voiture fait 7 ans ça fait donc 21000? pour le constructeur pour une voiture. Ils ne sont donc pas vraiment perdant (sans compter le bonus "écologie").
Réponse de le 11/12/2012 à 11:13 :
...14 000 euros bonus écologique déduit: le bonus / malus est ce qui coule l'industrie automobile Française.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:39 :
Oui mais il faut intégrer au calcul global les plus de 20 milliards d'importations de fossiles pour les seuls véhicules thermique qui creusent notre endettement, les coûts de raffinage externes avec retour en France, les maladies et cancers relevés à grande échelle sur la population dans le temps et son impact sur le budget de la sécuritté sociale, l'impact des polluants automobiles thermiques par ailleurs sur d'autres aspects (terres agricoles en bordure des routes, corrosion des bâtiments, impacts sur les forêts et cultures (ozone etc), ressources en eaux, stations d'épurations etc. Et là le bilan global devient plus avantageux pour l'électrique et le sera plus encore en France plus il y aura de renouvelables. Il faut tenir également compte des évolutions techniques dont le potentiel est encore élevé sur les véhicules électriques et du potentiel de baisse des coûts par le nombre de ventes, les prix ont déjà baissé. Quant à la pollution par le lithium elle est moindre que celle du pétrole dans le monde, sans parler des schistes bitumineux ou des forages au Niger, en Alaska et à grandes profondeurs de mêmes que les impacts très durables et lourds sur le climat et ses conséquences.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:39 :
Oui mais il faut intégrer au calcul global les plus de 20 milliards d'importations de fossiles pour les seuls véhicules thermique qui creusent notre endettement, les coûts de raffinage externes avec retour en France, les maladies et cancers relevés à grande échelle sur la population dans le temps et son impact sur le budget de la sécuritté sociale, l'impact des polluants automobiles thermiques par ailleurs sur d'autres aspects (terres agricoles en bordure des routes, corrosion des bâtiments, impacts sur les forêts et cultures (ozone etc), ressources en eaux, stations d'épurations etc. Et là le bilan global devient plus avantageux pour l'électrique et le sera plus encore en France plus il y aura de renouvelables. Il faut tenir également compte des évolutions techniques dont le potentiel est encore élevé sur les véhicules électriques et du potentiel de baisse des coûts par le nombre de ventes, les prix ont déjà baissé. Quant à la pollution par le lithium elle est moindre que celle du pétrole dans le monde, sans parler des schistes bitumineux ou des forages au Niger, en Alaska et à grandes profondeurs de mêmes que les impacts très durables et lourds sur le climat et ses conséquences.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:02 :
@Electro+ Aucune énergie renouvelable ne pourra assurer la consommation monstrueuse nécessaire à la recharge d'un véhicule électrique. Les évolutions techniques possibles? Pas tant que ça, un moteur électrique à déjà un très haut rendement, on ne pourra pas vraiment le faire consommer moins pour les mêmes performances. Donc les évolutions concerneraient la manière de stockage (volume, prix, temps de charge) mais assez peu l'énergie nécessaire. Le problème du Lithium est déjà un écologisme douteux comme le soulignait Thargor, mais aussi que les ressources naturelles nécessaires à de "bonnes" batteries commencent déjà à manquer pour les petites batteries que nous consommons (quelques grammes...).
Réponse de le 11/12/2012 à 13:19 :
Sur la partie moteur électrique peu d'évolutions probables on est d'accord. Par contre sur tout le reste (dont poids et même encore aérodynamisme on peut mieux faire = les japonais ont par exemple un modèle dont le nom m'échappe très aréodynamique, il ont malgré tout pu encore récemment l'améliorer d'un facteur 2 !). Et bien sur batteries, mode de charge, gestion de charge etc. Pour lithium voir entre autres lithium /air et projet IBM, autonomie 800 km etc http://researcher.watson.ibm.com/researcher/view_project.php?id=3203 ou les batteries Na-Ion entre beaucoup d'autres. Les capacités des renouvelables sont très fortes en plus dans toutes les gammes solaires PV, thermique, plasmonique, CSP etc, énergies des océans, osmotique, hydrolien etc, offshore, hydraulique (des milliers de chutes torrents, déversoirs en Europe capable de fournir 200 millions de foyers (voir département hydraulique de l'Université de Munich par exemple = Prs Albert Sepp et Peter Rutschmann et travaux idem en Norvége, on oublie trop cette catégorie qui n'a quasiment aucun impact environnemental désormais), géothermie, biomasse, gazéification, biogaz, microalgues etc et bien sur efficience = beaucoup de marge. Il y a aussi les projets Desertec qui démarre en région Mena, Asie et un projet idem à l'Est vers la Russie pour alimenter de manière diversifiée l'Europe entre autres. Pour les petites batteries beaucoup de solutions. Il n'y a toutefois pas lieu de calquer le modèle énergivore actuel et de remplacer tous les véhicules par des électriques bien sûr et de grosse taille en plus. Par ailleurs le fait d'électrifier les voies de camions sur la partie droite des autoroutes etc comme en Suisse et Suède permet de les mettre en mode "train" donc réduire les accidents avec un chauffeur en tête, les autres qui se reposent et un convoi qui passe en mode électrique (il y a des dizaines de km en test en Suisse et Suède et le bilan est positif). Donc beaucoup de pistes mais il faut changer progressivement de modèle et innover car au plan mondial le rendement que l'on fait de toutes les énergies n'est que de 11%, le reste est exothermique, c'est dire si on a des progrès à faire !
a écrit le 11/12/2012 à 9:28 :
Est-ce-que les 2 Kangoo papamobiles sont comptabilisées ?
a écrit le 11/12/2012 à 9:27 :
Comme toujours on a voulu mettre la charrue avant les boeufs. Quid de l'approvisionnement en courant ?
Réponse de le 11/12/2012 à 10:00 :
Personne n'en parle. Il est vrai que pour la majorité des Français, les problèmes que pose la production et le transport de l'électricité sont ignorés.
a écrit le 11/12/2012 à 8:55 :
Pas vraiment étonnant. L'autonomie et les performances des voitures électriques ne sont aucunement en rapport avec le prix qu'elles valent. Puis ce sont des voitures condamnées à faire du centre ville alors que les mesures anti voitures y sont de plus en plus drastiques ! Ensuite, même au niveau écologique c'est pitoyable : quid des centaines de kilos de batterie qu'il faudra recycler? Quid du pic de consommation quand les gens rentrent chez eux si tout le monde en été équipé? Enfin, alors qu'avec la demande des pays émergeant en téléphones et PC portables on voit déjà arriver l'épuisement des ressources naturelles pour les batteries les plus 'efficaces', on va en mettre 300 kilos dans chaque voiture ?
Il est temps de penser à des vraies solution d'avenir, pas de s'engager dans une impasse pour on ne sait quelle raison. C'est à se demander s'il n'y a pas des gens bien placés qui essaient de nous faire croire que c'est la seule solution...
Les voitures hybrides ont plus un effet placébo (ou placé-bobo) : efficaces de temps en temps, mais dans des conditions bien précises. En dehors de celles ci consommation et pollution similaires à un bon moteur thermique, pour une complexité mécanique (qui à un coût!) bien supérieure.
J'avais vu une étude que j'aime à croire : la voiture la plus écologique, c'est celle qu'on garde ! Même avec une antiquité (dans une certaine mesure je suppose), peu d'intérêt à changer de voiture uniquement dans un but écologique : cela déclenche un recyclage nécessaire, la fabrication d'une nouvelle voiture, son transport souvent d'un pays lointain, etc...
Réponse de le 11/12/2012 à 9:14 :
Je roule en Toyota Prius de fonction et je suis le parfait Placé-bobo !
Réponse de le 11/12/2012 à 9:29 :
La solution serait donc de dédier les voitures aux transports citadins et pourtours et d'exclure toutes les autres voitures (les véhicules utilaires urbains:bennes ordure,motocrotte et autres peuvent etre "électrifiés".On gagnerait en pollution,en bruit ,en CO2 et en économie d' essence ou GO .Quant au prix ,il est certes peu attractif ,mais on peut estérer qu'il baissera avec l'effet de serie.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:15 :
La solution serait surtout de repenser les aménagements urbains et modes de vie pour limiter les déplacements des individus.
a écrit le 11/12/2012 à 8:35 :
Vérifiez vos chiffres de vente en France sur 11 mois de Ion et C-Zéro, c'est un véritable scandale d'écrire de tels mensonges, il en va de la crédibilité de la Tribune ! allez faire un tour sur http://www.automobile-propre.com/dossiers/voitures-electriques/chiffres-vente-immatriculations-france/ .
Réponse de le 11/12/2012 à 8:48 :
Apprenez à lire: les chiffres sont sur les 11 premiers mois en Allemagne et sur le 1er semestre en France. Les japonaises Ion et C-Zéro ont été "vendues" suite aux promotions faites en juillet/août et ne rentrent pas dans ces chiffres
Réponse de le 11/12/2012 à 9:32 :
Ce qui est écrit : " PSA propose toutefois aux clients les Peugeot Ion et Citroën C-Zéro, dont 105 et 6 exemplaires seulement ont été immatriculés en France (sur onze mois)! " (Copier/coller de l'article)
Réponse de le 12/12/2012 à 17:47 :
Sur les 11 premiers mois de 2012, 1342 Peugeot iOn et 1322 Citroen Czero ont été immatriculés en France.
Réponse de le 13/12/2012 à 20:08 :
Ils ont enfin été corrigés! Hallucinant, les erreurs que l'on peut trouver dans les articles de la Tribune. N'y a-t-il plus de rédacteur pour corriger les papiers des stagiaires?
Réponse de le 15/02/2013 à 1:42 :
Vous trouverez des voitures électriques d'occasion à des prix abordables sur ce site:
http://www.energie-ecologie-economie.com/Produits.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :