PSA fabriquera des voitures pour GM, mais l'alliance franco-américaine se restreint

PSA produira à Sochaux des monospaces pour Opel, filiale allemande de GM. Mais les synergies prévues entre le français et l'américain seront finalement divisées par deux. La grande alliance débouche sur de simple accords de coopération. Les négociations avec le chinois Dongfeng battent leur plein.

4 mn

(Crédits : reuters.com)

PSA Peugeot Citroën annonce ce jeudi qu'il va produire dans son usine de Sochaux un futur monospace compact pour le compte de son partenaire GM. Il fabriquera en clair le successeur du Zafira d'Opel, filiale allemande de l'américain. C'est un pendant à l'accord d'octobre dernier, prévoyant la fabrication des futurs minispaces des deux groupes chez General Motors à Saragosse (Espagne).

Ces deux familles de véhicules seront développées "sur des plates-formes PSA". Les premiers véhicules issus de l'alliance devraient être commercialisés à partir de 2016. Un  programme portant sur une nouvelle  génération de véhicules utilitaires légers est également lancé. "Nous allons produire plus de 700.000 véhicules par an" dans le cadre de cette coopération, souligne le groupe auto français.

L'Alliance se retreint singulièrement

Au-delà de ces annonces, PSA ne peut cacher que l'alliance stratégique mondiale avec GM nouée triomphalement  fin février 2012 est bien plus restrictive que ce qu'il escomptait initialement. PSA chiffre d'ailleurs les synergies avec son allié américain "à environ 1,2 milliard de dollars par an à partir de 2018" (870 millions d'euros)... Ce qui représente tout de même une baisse de presque moitié par rapport aux 2 milliards envisagés au départ. Pas terrible.

Il est vrai que, entre-temps, le français et l'américain ont abandonné les projets phares d'une plate-forme conjointe pour petits véhicules et d'un moteur à essence de petite cylindrée. l'Alliance se limite donc in fine à des coopérations techniques et industrielles. Elle sera également concentrée sur le périmètre européen, alors que PSA espérait que GM pourrait l'aider hors du Vieux continent.

Mais, visiblement, le groupe du Michigan, qui a forcé PSA à sortir d'Iran pour se conformer au diktat de Washington, n'entend pas du tout soutenir PSA là où il est fort, comme au Brésil! Non, ce qui intéresse GM, c'est uniquement de trouver une solution pour sortir Opel de son marasme. La filiale germanique est en déficit chronique et perd régulièrement des parts de marché.

Encore des dépréciations d'actifs

Si l'Alliance négociée par le président Philippe Varin se retreint singulièrement, le redressement financier de PSA ne s'annonce pas non plus très enthousiasmant. PSA a en effet  annoncé ce jeudi, dans un style alambiqué, qu'il dépréciait encore une fois les actifs de sa division automobile. Une dépréciation "qui pourrait s'élever à environ 1.1  milliard 'euros". Ce qui "viendra en diminution du résultat du groupe". Aïe. Le groupe avait déjà enregistré l'an dernier une perte nette de plus de 5 milliards d'euros, un déficit historique dû en partie aux 3 milliards d'euros de dépréciation d'actifs.

Le groupe a toutefois confirmé "son objectif de réduire au moins par deux sa consommation de free cash-flow opérationnel en 2013", soit encore 1,5 milliard d'euros. En revanche, PSA ne s'engage nullement sur un un flux de trésorerie à l'équilibre fin 2014, comme il l'avait promis l'an passé!

Enfin, en mal d'argent frais, le groupe automobile français en crise profonde, qui devrait changer de président l'an prochain avec l'arrivée de Carlos Tavares, "confirme étudier des nouveaux projets de développement industriel et commercial avec différents partenaires, y compris Dong Feng Motor, ainsi qu'un projet d'augmentation de capital. Il n'y a aucun accord sur les termes d'une éventuelle opération. Ces discussions sont à un stade préliminaire", souligne le consortium.

20% pour Dongfeng et l'Etat français

Le conseil de surveillance de  PSA Peugeot Citroën a approuvé le principe d'une augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros impliquant le groupe public chinois Dongfeng et l'Etat français, annonçait mercredi l'agence Reuters. Cette proposition, qui n'a pas encore été finalisée, prévoit une augmentation de capital préférentielle avec droits de souscription pour les actionnaires existants et une augmentation de capital réservée, dont le prix serait fixé à moins de sept euros par action, a ajouté une source proche du dossier.

Selon les termes de la proposition, Dongfeng et l'Etat français prendraient chacun environ 20% du groupe, tandis que la famille Peugeot verrait sa participation ramenée à 15% environ, a poursuivi la source. Le capital de PSA Peugeot Citroën est contrôlé aujourd'hui à 25,2% par la famille fondatrice - qui possède 37,9% des droits de vote - et son allié américain General Motors qui en détient 7% depuis la dernière augmentation de capital de 2012.

GM a fait savoir qu'il "renonce à son droit de mettre fin (...) à l'Alliance dans l'éventualité d'une prise de participation de certains tiers au capital de Peugeot". Cela signifie que l'américain ne s'opposera pas à une prise de participation éventuelle du chinois Dongfeng.

4 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 12/12/2013 à 15:17
Signaler
LE C3 Picasso passe de la Solevnie à l'Espagne mais les produits GM et PSA sur base PSA (chassis-moteurs-boîte) . Le monospace GM pass sur plateforme EMP2 donc chassis-moteur-boîte PSA ..

à écrit le 12/12/2013 à 12:29
Signaler
Quelle salade !!!! Et si Varin s'en allait TOUT de suite, ça ne serait pas mieux ?? Enfin, ce que je craignais, c'était la liquidation de PSA par GM, ouf, on l'a échappé belle !! Mais les chinois....que vont ils faire de PSA ??? Faudrait que Montebou...

à écrit le 12/12/2013 à 12:21
Signaler
" Les négociations avec le chinois Dongfeng battent leur plein." Ben non ! C'est " les négociations avec le chinois Dongfeng battent son plein " qu'il faut écrire, parce qu'il ne s'agit pas d'un pronom possessif, mais d'un nom : " son ". " La fête ...

le 12/12/2013 à 14:43
Signaler
Je me rappelle avoir appris...

le 12/12/2013 à 18:22
Signaler
Eh non! Les deux acceptions existent et sont tolérées. Car les interprétations diffèrent sur l'origine du "son plein"

à écrit le 12/12/2013 à 11:15
Signaler
en voilà des bonnes nouvelles que Papa Varin met dans les souliers des actionnaires ....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.