DS précise son ambitieuse feuille de route électrique

 |   |  534  mots
La DS7 Crossback sera le premier modèle de la marque à proposer une motorisation E-Tens, une hybride essence rechargeable, pour mi-2019.
La DS7 Crossback sera le premier modèle de la marque à proposer une motorisation E-Tens, une hybride essence rechargeable, pour mi-2019. (Crédits : DS Automobiles)
La marque premium du groupe automobile français PSA vise 35% de ses ventes en version électrifiée (100% électrique ou hybride) à horizon 2025. Elle estime que le créneau de l'électrification offre une fantastique fenêtre de tir pour se positionner face aux autres marques Premium.

L'électrification de l'automobile va-t-elle avoir un effet « reset » sur le segment des voitures Premium, comme l'a déjà démontré Elon Musk avec Tesla. C'est un peu le rêve de DS, la marque automobile française, propriété de PSA : que toutes les marques premium se retrouvent sur la même ligne de départ.

Un concept-car présenté en mars 2016

La marque automobile qui est en plein lancement de la DS7 Crossback, son premier SUV en Europe, a donné des précisions sur sa stratégie d'électrification. L'entreprise emmenée par Yves Bonnefont a confirmé que chacun des six modèles qui doivent arriver dans les six prochaines années, sera disponible dans une version électrifiée : 100% électrique ou hybride rechargeable. Cette gamme sera labellisée sous le nom E-Tens, rappelant le concept-car présenté en mars 2016 au salon de Genève (ci-dessous). DS vise 35% de ses ventes sous ce label à horizon 2025.

E-Tens, le concept-car de DS

Pour Arnaud Ribault, directeur du commerce monde, l'hybridation doit permettre aux motorisations de gagner en performance sur la puissance moteur mais également sur le couple moteur. « Nos voitures feront du 0 à 100 km/h en moins de 7 secondes », annonce-t-il. L'hybridation permettra aussi à la gamme de s'équiper des quatre roues motrices (4X4).

L'écueil des moteurs 6 et 8 cylindres évité

Selon lui, E-Tens est aussi important que la stratégie dite produit (celle des modèles) puisque cette gamme doit positionner DS sur le thème de l'électrification, là où l'offre des autres marques premium est encore embryonnaire. Autrement dit, DS estime que l'hybridation est une opportunité de combler son retard dans sa perception premium par la clientèle. La victoire de son écurie dans le Grand Prix de Formula E de Hong Kong le 3 décembre dernier, participe à cette stratégie de positionnement. C'est aussi un moyen d'éviter la difficulté de s'équiper en moteurs 6 ou 8 cylindres, que le groupe PSA ne possède pas, alors même qu'ils sont très demandés par la clientèle premium.

Cette semaine, PSA a d'ailleurs annoncé la constitution d'une coentreprise avec le groupe japonais Nidec pour le développement et la construction de moteurs électriques pour les voitures hybrides ou électriques. La volonté de Carlos Tavares étant d'internaliser et ainsi de sécuriser la technologie de l'électrification. Il s'agit également de maitriser la chaîne de valeur afin d'intégrer la technologie dans les plateformes du groupe, un véritable gage de qualité, selon Patrick Lucas, le patron des programmes du groupe PSA.

Une offre compétitive

C'est le DS7 Crossback qui inaugurera la ligne E-Tens mi-2019 avec un moteur essence maison (le Puretech 4 cylindres) de 200 chevaux et, l'hybridation permettra de monter jusqu'à 300 chevaux. Le prochain modèle, dont la marque n'a pas encore dévoilé les contours, sera équipé, lui, d'une motorisation 100% électrique.

Mais DS considère que l'offre hybride doit néanmoins rester compétitive. Une DS7 Crossback de 225 chevaux, dans sa finition la plus élevée, coûte aux environs de 55.000 euros. Sa version E-Tens s'élèvera autour de 65.000 euros. Le défi de DS sera en réalité de la rendre aussi compétitive sur les prix que sur les performances sur route...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2017 à 20:56 :
Ce qui est plutôt ridicule, c'est justement de persister à fabriquer des 6 et 8 cylindres voire 12 pour de puissantes voitures qui polluent et qui rouleront sur des routes heureusement bientôt limitées à 80 km/heure !!!....

Hérétique donc sans aucun intérêt : Il faut vraiment avoir envie de jeter son argent de la sorte. Mais que voulez-vous, des frimeurs qui ne savent plus quoi faire de leur argent tant ils en ont (on ne nous dit pas comment).... ils y en aura toujours !..
Réponse de le 13/12/2017 à 12:11 :
les nouvelles auto-mobiles pourront rouler jusqu'à 250/km/h sur nombre de portions de routes (moyennant une surtaxe gouvernementale bien sûr !
a écrit le 11/12/2017 à 20:50 :
Citroën n'a pas su faire fonctionner le poste de radio de ma DS 5 et la boite automatique
est archaïque .Comment peut elle prétendre à innover quand on ne sait pas faire fonctionner le "basique" ?
Réponse de le 11/12/2017 à 22:31 :
.... à partir de votre cas particulier car, en ce qui me concerne, un autre cas particulier, j'en suis à ma 2ème C5, gardée 8 ans pour la première et ma deuxième entame sa 10éme année. Excellente voitures, fiables, confortables et très agréables routières.
Réponse de le 11/12/2017 à 22:40 :
Néanmoins, je suis d'accord avec vous, Citroên n'est déjà pas foutu de faire des véhicules de moyenne gamme avec une fiabilité correcte, il n'y a aucune raison qu'ils sachent faire des véhicules premium.

Finalement Renault, dont les Dacia (amère ironie) sont les véhicules les plus fiables du parc, est plus crédible quand il monte en gamme. Au moins on sait qu'ils maitrisent les bases.
a écrit le 11/12/2017 à 18:57 :
a quoi ca sert un veau a 45.000 euros pour rouler a 80 sur route et 50 bientot 30 en ville??????
( et 100 sur autoroute, comme avec les trabans)
a rien sauf a creer des emplois bien payes dans l'electorat de ceux qui chient sur la voiture..........
donc la roue va tourner, et a force d'emm les gens, la couleur du baton ne sera pas celle qu'on croit.......
Réponse de le 27/12/2017 à 11:50 :
Pour rouler à 30 km/h en ville et dans le confort (pas dans les trous), silence et sans pannes plus une garantie de 6 ans P/MO et moteur essence 200.000 km cela fait vingt ans que j'achète les hybrides de Toyota...petites et grandes!
Le discours de M.Ribault de chez Citroën est ridicule et dérisoire...
Renault vient de "sortir" une caricature de voiture "hybride"...et elle est en diesel et boite mécanique...c'est le grand foutage de gueule...à un prix totalement surfait de 33.000 euros !
Chez Citroën pareil...une hybride va sortir à plus de 60.000 euros...ils de moquent du monde, et le plus triste c'est que ce sera invendable à ce prix à l'export! Une revue grand public fait un sondage et la question est de savoir si l'industrie automobile française va remonter internationalement avec deux voitures (une Citroën et une Renault sportive)...le public des naïfs à répondu à 80% oui !
a écrit le 11/12/2017 à 14:35 :
Quelle hérésie !... son empreinte écologique est catastrophique à l'échelle industrielle espérée. Il faudrait quand même élargir le regard hors de son périmètre immédiat à dit-on 1 € / 100 km.
La fréquente recharge des téléphones portables est un vrai cauchemar dans leur disponibilité et l'on veut reporter ça aux voitures électriques !!!.....

La motorisation thermique ayant encore de belles décennies encore devant elle, (on ne manque pas de pétrole, seulement du pétrole de surface), de mon point de vue, je continue à rester un convaincu de l'hybridation car elle s'intègre instantanément dans les infrastructures routières et autoroutières SANS AUCUNE modification, mais SURTOUT PAS celle qui nous est proposée aujourd'hui, à motorisation thermique principale, que je trouve aberrante, garante des profits pétroliers et inventée par eux.

La bonne hybridation, pour moi, restera encore à motorisation électrique principale, le thermique non connecté aux roues, ne servant qu'à produire de l'électricité par l'intermédiaire d'une génératrice (un moteur électrique inverse) pour alimenter le moteur électrique de la voiture et recharger d'éventuelles batteries non indispensables dans les entrées de gamme : en somme un groupe électrogène embarqué.
Je dis batteries non indispensables car le thermique tournerait alors en permanence comme dans les 95% des voitures du parc actuel mais contrairement à ces dernières, dans de bien meilleures conditions : régime constant en particulier soit minimum d'usure, de consommation et de pollution.

Ceux qui dénigrent cette configuration oublient à plaisir que, dans leur hybride préférée, la fonction groupe électrogène existe déjà puisque c'est bien le thermique qui fait tourner un moteur électrique pour produire de l'électricité.
a écrit le 11/12/2017 à 14:27 :
Existe-t-il des jeux Rummikub à plus de 4 joueurs merci pour vos réponses
a écrit le 11/12/2017 à 14:10 :
Les chinois installés au Maroc vont certainement les faire redescendre sur TTT'erre !
a écrit le 11/12/2017 à 14:10 :
pretendre au premium avec de pauvres 4 cyl ? sans aucun 6 cyl ni 8 cyl ? ridicule !!
a écrit le 11/12/2017 à 11:05 :
Un réveil un peu tardif par rapport à Tesla. Même si Tesla semble confronté à des problèmes de processus industriels, cela ne pas durer.
Il ne faudrait pas négliger le fabricant Chinois BYD qui semble vouloir passer "du rêve à la réalité" en implantant une usine au Maroc.
Pour se rassurer on pourrait se dire qu'ils n’oseront pas s’attaquer au segment haut de gamme ? C’est impossible à imaginer bien sur.
C’est un peu comme s’ils se mettaient à fabriquer des ordinateurs (Sunway TaihuLight), à se développer dans les fintech (KPMG classement 2017 des Fintech leaders dans le monde), ou à vouloir faire du vin haut de gamme « Des vignes et des hommes - Chine : révolution dans le vignoble ».
a écrit le 11/12/2017 à 9:32 :
Ce qui est important dans l'hybridation c'est l'autonomie réelle ( et pas celle du catalogue - ici seulement de 50 km - cela représente combien en réel ?) dans les conditions les plus difficiles, c'est à dire en h!ver.
Probablement un but de 100 km fera une grande différence dans l'attractivité de telles voitures. A présent on ne voit rien venir.
a écrit le 11/12/2017 à 7:38 :
Je prefere conserver mon 6 cylindres trois litres. Douceur et volupte et forte puissance quant necessaire. Tant qu'il y aura du petrole, les premiums essence continueront d'etre fabriques avec une clientele attitree. Faire 500 bornes en electrique doit etre d'un ennui. Le ronron d'un v6.......
Réponse de le 11/12/2017 à 8:39 :
ouais c'est un peu comme les pets silencieux : aucun intérèt !
Réponse de le 11/12/2017 à 10:53 :
Le ronron du V6 de quelle marque parlez-vous?
A présent avec les moteurs encapsulés on entend presque rien sur un v6 mais on pollue à l' allemande!
Et pour des limitations à venir à 80 kms, carton rouge camarade, carton rouge.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :