Les loueurs de voitures en quête d'un nouveau modèle économique

 |   |  1857  mots
Les plus jeunes sont moins intéressés par la possession d'une voiture.
Les plus jeunes sont moins intéressés par la possession d'une voiture. (Crédits : iStock)
Les loueurs n'ont pas su anticiper la révolution des mobilités. Ils tentent aujourd'hui de rattraper leur retard, mais restent circonspects sur les offres de certaines startups.

Mais où sont passés les loueurs de voitures ? À l'heure où Uber, Klaxit, BlaBlaCar et autres Free2Move occupent le terrain médiatique, les acteurs traditionnels de la location (Europcar, Sixt, Avis, Budget, Enterprise, Hertz, Ada...) tardent à prendre en marche le train de la révolution des mobilités. Un paradoxe frappant, puisque les loueurs de voitures étaient les plus légitimes pour devenir incontournables sur ce marché. Historiquement, ils ont été les premiers à proposer une offre qui éloigne le consommateur du modèle de propriété automobile pour se tourner vers un modèle fondé sur l'usage.

C'est pourtant cette rupture conceptuelle - « je n'ai pas forcément besoin d'une voiture qui pollue, coûte cher et ne sert que durant 5 % de ma vie, mais d'un déplacement » - qui est à la base de cette révolution culturelle, aussi appelée « Mobility as a Service » (MaaS). Or, les loueurs n'ont jamais réussi à s'appuyer sur le digital pour aller au-delà d'offres très classiques focalisées sur les voyages d'affaires et les vacances. Curieusement, ils ont laissé le champ libre au développement de startups bien décidées à dépoussiérer ce métier. Et à venir grignoter leurs marges, voire à les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2019 à 9:45 :
La chaise à porteur c'est écolo et ça ne laisse pas de crottin.
a écrit le 18/02/2019 à 10:25 :
Un bon sujet, alors que la location à long terme semblerait être la solution contre la pollution et la crise économique on ne voit que des tarifs prohibitifs comme la twizy qui n'est pas grand chose à 200 euros par mois alors qu'à 20 euros 10000 fois plus de gens s'y mettraient et on serait quand même dans un prix bien plus adapté à ce qu'on loue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :