"Point S est un groupe international qui va poursuivre son expansion"

 |   |  745  mots
Pour Christophe Rollet, Point S doit s'implanter dans 55 pays d'ici 5 ans et détenir au moins 5% de parts de marché.
Pour Christophe Rollet, Point S doit s'implanter dans 55 pays d'ici 5 ans et détenir au moins 5% de parts de marché. (Crédits : Point S)
Christophe Rollet, directeur général de Point S, vient d'annoncer une série de partenariats qui étend le réseau d'entretien automobile notamment en Amérique du Nord. Il explique la stratégie d'internationalisation de Point S, mais également l'évolution du groupe dans les services.

LA TRIBUNE - Point S vient d'annoncer une série de partenariat à l'étranger qui est devenu votre premier levier de développement.

CHRISTOPHE ROLLET - Nous sommes déjà une société très internationalisée puisque nous sommes implantés dans 33 pays aujourd'hui. Mais il est vrai que nous n'allons pas nous arrêter là puisque nous visons dans les cinq ans à venir les 50 pays avec 5.000 points de vente, contre 3.600 aujourd'hui.

Notre dernière actualité c'est le renforcement de notre présence en Amérique du Nord puisque nous venons de signer un partenariat pour installer notre enseigne dans la partie anglophone du Canada qui nous permettra d'avoir 260 Point S dans le pays, et 600 à terme. Aux Etats-Unis, nous nous attaquons à la côte Est où nous avons ouvert quatre points de vente.

Jusqu'ici, nous étions essentiellement installés sur la côte ouest avec 200 points de vente. Notre stratégie est d'atteindre au minimum 5% de parts de marché dans chaque pays où nous sommes implantés, avec l'idée d'atteindre les 10 voire 15% de parts de marché, ce qui représente un seuil ambitieux. L'enjeu pour nous est de développer notre notoriété et peser dans les négociations avec les fabricants, et permettra de consolider notre réseau auprès des indépendants.

Votre stratégie consiste à nouer des partenariats de franchise avec des réseaux... Pourquoi ne pas entrer dans leur capital pour sécuriser ces partenariats qui peuvent du jour au lendemain partir rejoindre un autre réseau ?

L'acquisition ne fait pas parti de notre ADN, cela ne veut pas dire que nous n'allons jamais le faire. D'ailleurs, nous l'avons déjà fait en Hongrie ou au Portugal mais c'était pour accompagner le développement d'un réseau, nous sommes, depuis, sortis du capital. Il reste que nous sommes encore dans le capital de nos partenaires au Royaume-Uni et en Italie.

Mais aujourd'hui, nous estimons qu'une prise de participation n'est pas nécessairement bien vécue par nos partenaires. Nous préférons miser sur la relation humaine et notre expertise pour pérenniser nos partenariats. En outre, j'ajoute qu'un partenariat nécessite de lourds investissements marketing. Si un réseau décide de quitter notre réseau au bout de dix ans, il sera perdant.

De notre côté, nous n'aurions pas de problèmes pour relancer un réseau puisque la marque aura été installée grâce aux investissements de notre ancien partenaire. Nous pourrions même récupérer les indépendants de ce réseau qui voudraient rester sous nos couleurs. Comprenez qu'adhérer au réseau Point S c'est profiter d'une expertise complète en termes de marketing, de process d'achat, d'animation réseau de développement. On leur apporte un package complet.

De nombreux observateurs estiment que l'avènement de la voiture électrique menace le marché de l'entretien puisque la plupart des pièces de la chaîne de traction aura disparu. Comment percevez-vous cette perspective ?

D'abord, la voiture 100% électrique, ce n'est pas pour demain. Nous ne nions pas que ce modèle aura toute sa place dans le parc automobile un jour, mais au rythme actuel de 15 à 20.000 voitures vendues par an, nous avons encore du temps. Ensuite, la voiture électrique aura toujours des pneus à changer. Je rappelle que l'entretien des pneus génère 75% de notre chiffre d'affaires.

Ensuite, Point S ne veut pas être vu comme un simple vendeur de pneus et pièces, nous voulons développer un ensemble de services qui va de la conciergerie, au point de contrôle spécifique à des utilisateurs de services d'auto-partage... Nous avons également fait de l'expérience client un levier de fidélisation client.

Pour cela, nous avons installé des espaces d'attente avec de la wi-fi pour les clients qui souhaitent travailler en attendant la fin d'un service. Celui-ci est équipé d'une télévision qui sert à présenter Point S, ses services, mais également des informations locales comme la météo, la prochaine brocante du coin.

Mais, nous voulons également exploiter davantage le développement de solutions pour les grandes flottes d'entreprises comme la possibilité de faire de la gestion de parc. Il existe beaucoup de services qui intéressent ces grands comptes comme la maintenance préventive grâce à de la télématique embarquée, mais aussi du dépannage grâce à une fonction de géolocalisation... Point S a encore de belles années devant lui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2018 à 13:50 :
Je fréquente cette enseigne depuis 1 an après avoir été déçu par un de ses principaux concurrents (E.....r pour ne pas le nommer). On est certes bien loin de l'accueil paradisiaque tel qu'il est décrit dans l'article (pas de wifi, ni de chauffage), mais j'y ai trouvé un personnel très compétent, à l'écoute et à des tarifs raisonnables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :