Rivian, le rival de Tesla, fait une entrée en fanfare à Wall Street

Le constructeur de véhicules électriques a fixé son prix d'introduction à 78 dollars, soit bien au-dessus de la fourchette de 57 à 62 dollars envisagée il y a moins de dix jours. Alors qu'elle n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière sur la production, l'entreprise américaine profite de l'engouement des investisseurs pour les véhicules électriques.
Rivian a été fondée en 2009 par Robert Scaringe, un passionné de voitures qui a voulu dès la fin de ses études se concentrer sur un moyen de transport peu polluant.
Rivian a été fondée en 2009 par Robert Scaringe, un passionné de voitures qui a voulu dès la fin de ses études se concentrer sur un moyen de transport peu polluant. (Crédits : Mike Blake)

En trois mois, la valorisation de Rivian, fabricant de gros véhicules électriques soutenu par Amazon et Ford, a plus que doublé. L'Américain va entrer ce mercredi en Bourse sur les chapeaux de roues en démarrant à 67,9 milliards de dollars de valorisation (69,7 milliards si il exerce l'option d'émettre des titres supplémentaires.) Cet été, le constructeur américain de pick-up, SUV et camionnettes électriques, était estimé à 30 milliards. La société vaut ainsi désormais presque autant que le mythique constructeur Ford qui a investit (80,4 milliards), et ce, alors même qu'elle vient à peine de sortir ses premiers véhicules de la chaîne de production.

Rivian a fixé mardi soir son prix d'introduction à 78 dollars, soit bien au-dessus de la fourchette de 57 à 62 dollars envisagée il y a moins de dix jours. Au vu de la forte demande, elle a aussi augmenté le nombre d'actions émises.

De fait, pour lancer cette année la production d'un pick-up et d'un SUV électriques, les besoins en financement de la société basée dans le Michigan sont colossaux. Cette introduction en Bourse lui permet de récupérer au moins 11,9 milliards de dollars d'argent frais.

Rivian est d'ailleurs pour l'instant encore largement déficitaire.

Depuis 2019, elle a levé 10,5 milliards de dollars, dont 2,5 milliards en juillet dernier au cours d'un tour de table dont les chefs de file ont été Amazon et Ford.

Le géant du e-commerce a d'ores et déjà pris commande de près de 100.000 camionnettes électriques de livraison dont on ne connait pour le moment qu'un modèle prototype. De son côté, Ford devrait posséder 13% des parts de Rivian après son entrée en Bourse.

L'entreprise a été fondée en 2009 par Robert Scaringe, un passionné de voitures qui a voulu dès la fin de ses études se concentrer sur un moyen de transport peu polluant.

En embuscade sur le marché des SUV

Aux contours arrondis, pouvant tirer jusqu'à 5 tonnes et rouler environ 500 kilomètres avec une recharge, son pick-up baptisé le R1T est vendu au prix de base à 67.500 dollars. Rivian prévoit aussi d'écouler ses premiers SUV, véhicules au croisement du 4x4 et du monospace, en décembre. Appelés R1S, ils sont écoulés à 70.000 dollars.

Tous ses véhicules sont pour l'instant produits dans une usine à Normal, dans l'Illinois. Mais l'entreprise est entrée en discussion avec le gouvernement britannique pour la construction d'une usine près de Bristol pour un investissement supérieur à un milliard d'euros, rapportait Sky News cet été.

L'entreprise a choisi, comme le groupe d'Elon Musk, de vendre ses voitures directement aux clients et non via des concessionnaires.

Rivian pourrait peut-être tirer son épingle du jeu sur le marché des véhicules utilitaires même s'il y fera face aux ambitions de GM et de sa nouvelle filiale BrightDrop. D'autres constructeurs étrangers se positionnent sur l'électrique tels Nio, Xpeng, Lucid, et Karma.

(Avec agences)

Lire aussi 2 mnRivian, le bras armé de Ford et Amazon contre Tesla, a encore levé 2 milliards de dollars

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 12/11/2021 à 10:17
Signaler
Les américains vont encore une fois nous berner nous crédules et assis sur un matelas de gros moulins à explosion pour l’éternité.

à écrit le 10/11/2021 à 11:34
Signaler
Les banques américaines portent tesla à bout de bras depuis des années et ça commence juste à payer il est bien évident que son premier concurrent est important pour la crédibilité du truc et suivra la même voie, c'est le troisième qui risque d'en ba...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.