Sekurit mise sur le pare-brise du futur « made in France »

REPORTAGE. Pour la filiale de Saint-Gobain, la connectivité et la demande grandissante de confort dans les automobiles font de son produit un véritable gisement d'innovations.
Nabil Bourassi

8 mn

Le pare-brise du futur, conçu par Sekurit, filiale de Saint-Gobain, dans son usine de Chantereine (près de Compiègne). [A l'intérieur de l'article, image agrandissable plein écran]
Le pare-brise du futur, conçu par Sekurit, filiale de Saint-Gobain, dans son usine de Chantereine (près de Compiègne). [A l'intérieur de l'article, image agrandissable plein écran] (Crédits : Infographie La Tribune)

Il est vrai que le temps n'était pas des plus favorables... La grisaille et l'humidité ont jeté une lumière cruelle sur cet agglomérat de vieux bâtiments qui rappellent les vestiges abandonnés de la France industrielle de jadis. Pourtant, après avoir gravi quelques marches, le visiteur découvre ici un univers inattendu d'innovations les plus pointues. Il est d'autant plus surpris qu'il venait voir la conception et la fabrication de pare-brise, un produits tout ce qu'il y a d'ordinaire dans une automobile. Et pourtant, ici, dans l'usine de Chantereine, située à quelques kilomètres de Compiègne, on ne se contente pas de fabriquer des pare-brise, on prépare celui du futur.

Nous sommes chez Sekurit, la filiale du groupe Saint-Gobain, spécialisée dans ce produit indispensable à l'industrie automobile. En matière de verre, le groupe français est riche d'une histoire illustre. Fondée en 1665, par Colbert, le ministre des Finances de Louis XIV, la Manufacture royale des glaces, devenue Saint-Gobain en 1692, a été l'artisan de la célèbre Galerie des Glaces à Versailles, un des symboles du raffinement à la française.

Au coeur de l'ADN du groupe

Trois siècles et demi plus tard, Saint-Gobain s'est diversifié dans les matériaux de construction et d'isolation. L'entreprise pèse environ 41 milliards d'euros de chiffre d'affaires, compte 180 000 salariés dans près de 67 pays, et fait partie des leaders mondiaux dans ses différents métiers. Mais le verre reste au coeur de l'ADN du groupe.

Avec le boom de l'automobile à partir du milieu du XXe siècle, le verre a pris une toute autre place, et Saint-Gobain décide dès 1920 d'en faire une spécialité à travers une filiale baptisée Saint-Gobain Sekurit. Véritable équipementier automobile à part entière, Sekurit est le numéro 2 mondial du pare-brise, et le numéro 1 de la spécialité en Europe. Si sa croissance était hier fondée sur celle du marché automobile, sur le continent européen puis dans les pays émergents, demain, l'entreprise aux 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires, compte tirer à fond le levier de l'innovation.

Des outils ultra-précis

Sekurit revendique sa puissance et son savoirfaire innovant comme l'un des piliers de sa stratégie de développement. Saint-Gobain a ainsi inventé le verre trempé en 1929 (ce verre qui se brise en centaines de petits morceaux), puis le verre feuilleté, devenu obligatoire dans les voitures en 1983. Le verre feuilleté est composé de deux verres qui enferment une très fine couche de PVB (poly vinyl butyral), un polymère. Celui-ci dispose de nombreuses et étonnantes propriétés. En premier lieu, il est beaucoup plus robuste qu'un verre classique, résiste au tentatives d'effraction et aux accidents. En second lieu, un PVB de qualité supérieure est un excellent filtre acoustique et améliore ainsi l'ambiance intérieure d'une voiture, une caractéristique très recherchée par les clients premium. Un autre type de PVB permet également de filtrer les UV, limite l'effet de serre dans l'habitacle et donc l'utilisation de la climatisation. Si le verre feuilleté est obligatoire pour le pare-brise, quelques marques, comme Volvo, ont décidé d'en équiper les vitres latérales et arrière pour un rendu acoustique optimal. Sur le dernier C5 Aircross de Citroën, qui a fait du confort un véritable argument commercial, les vitres latérales avant sont en verre feuilleté sur les finitions les plus luxueuses.

À Chantereine, il ne faut pas se fier aux façades un peu vieillottes de l'usine. Ici on produit 1,6 million de pare-brise par an, et autant de lunettes arrières, mais également 6 millions de vitres latérales. Et pour assurer la meilleure qualité au produit, les lignes de fabrication sont extrêmement modernes grâce à des outils d'une extraordinaire précision. Pour obtenir un parebrise bien calqué et éviter des distorsions optiques de type effet loupe, les deux faces doivent être identiques, et cela se calcule au nanomètre près, avant qu'elles soient fondues dans un four haute température qui leur donne leur forme définitive. Un dernier four à très haute température (jusqu'à 700° C) colle les deux verres, en prenant ce film PVB en sandwich en respectant sa transparence. Enfin, le verre est contrôlé par des opérateurs qui se relaient toutes les vingt minutes pour en vérifier la qualité.

Sekurit, pare-brise du futur, H283, infographie La Tribune

[Le pare-brise du futur. Infographie La Tribune. Cliquez sur l'image pour l'agrandir plein écran]

Un bâtiment fortement sécurisé

À Chantereine, le site compte entre 350 et 400 personnes même si les lignes sont automatisées. La direction tente d'impliquer chaque salarié dans la bonne marche de l'entreprise en tentant d'atténuer les silos hiérarchiques et en instaurant une proximité entre tous. Ici, cols blancs et bleus se croisent dans les allées et les couloirs, se tutoient, se serrent la main. « Nous encourageons le travail collaboratif des équipes pour développer l'autonomie, l'engagement et l'épanouissement de nos opérateurs », explique David Pinturaud directeur des opérations de l'usine. Autrement dit, ici, le management pyramidal a été remisé au placard.

Les opérateurs sont appelés à prendre toutes les initiatives permettant d'améliorer la qualité du travail. « La fierté de nos employés, c'est extrêmement important, j'y tiens. C'est ce qui permet leur implication et donc la performance de l'usine », insiste Manuel Curto directeur général de Saint-Gobain Sekurit France. Pour le directeur des opérations, la sécurité tourne à l'obsession. Il observe avec soulagement le compteur des journées passées sans accident : « 1197 jours » indique le panneau, soit presque trois ans et demi.

L'usine compte beaucoup sur l'industrie 4.0 pour aller encore plus loin dans la productivité, mais aussi dans le confort au travail. « Nous avançons progressivement dans la mise en place de l'industrie 4.0, et constatons déjà un beau potentiel en matière de qualité, et une plus grande agilité dans la production comme dans notre suivi des performances de la chaîne de production », explique Dieter Linnhoefer, directeur R & D de Saint-Gobain Sekurit.

Mais à Chantereine, l'entreprise travaille également sur l'avenir du pare-brise. Le bâtiment consacré à la recherche est fortement sécurisé, à la mesure des enjeux des innovations qui s'y préparent. Parmi les plus prometteuses, Sekurit travaille sur la conception d'un pare-brise ultra-allégé, jusqu'à 5,4 kg en moins. Une aubaine pour les constructeurs qui cherchent à alléger leurs voitures en vue de respecter les objectifs de CO2 fixés pour 2021. Il est communément reconnu que 100 kilos économisés sur le poids d'une automobile permettent d'économiser 1 gramme de CO2 au kilomètre.

Encore plus prometteur : Sekurit veut faire du pare-brise un support d'innovation en vue de l'immense marché de la connectivité : navigation GPS et contenus multimédias, activation des commandes par effleurement, intégration de LED, réalité augmentée, système antibuée, pare-soleil digital... Le pare-brise peut aussi développer des éléments graphiques pour participer au design et au style d'une voiture. Avec l'avènement du véhicule autonome et sa conséquence commerciale, la connectivité, le parebrise pourrait jouer un rôle majeur et élever Sekurit au rang d'entreprise tech incontournable du monde de l'automobile... Oui mais avec des bâtiments flambant neufs, alors !

___

EN CHIFFRES

  • 2 milliards d'euros : le chiffre d'affaires de Sekurit
  • 12.000 : le nombre de salariés employés dans ses usines
  • 37 : le nombre d'unités de production dans le monde
  • 8 : le nombre de centres de R&D

Un marché qui s'internationalise

L'industrie automobile se transforme profondément au point d'effrayer les constructeurs automobiles les plus puissants. Pour Sekurit, c'est au contraire une extraordinaire aubaine. Pour Laurent Cohen-Scali, vice-président ventes et marketing de Sekurit, « l'électrification, mais également la connectivité ou encore les évolutions réglementaires en matière d'émissions sont autant d'opportunités pour nos produits et solutions innovantes dédiés à ces transformations ».Cela tombe à point nommé pour Sekurit, puisque cette demande en produits innovants va permettre de desserrer l'étau de l'inflation des coûts. La fabrication de pare-brise est très énergivore et les prix de l'énergie ne cessent d'augmenter. Les tensions sur les matières premières impactent également les coûts, et les constructeurs sont très peu disposés à répercuter cette inflation incompressible sur les prix d'achat. Seule l'innovation peut permettre à Sekurit de tirer les prix vers le haut.

L'autre défi pour la filiale de Saint-Gobain est de poursuivre son internationalisation. Pour l'heure, Sekurit réalise encore 50 % de son chiffre d'affaires en Europe, 20 % en Amérique du Nord et 25 % en Asie. En Chine, Sekurit dispose de 4 usines (sur les 37 qu'elle compte dans le monde), ce qui, à l'échelle du premier marché automobile du monde est peu. Mais l'entreprise avance méthodiquement sur ce pays complexe et encore très disparate parmi les fournisseurs de pare-brise. Sekurit ne veut pas se lancer dans la course aux volumes et préfère consolider ses positions à travers une offre différenciante. « Notre organisation est mondiale avec une composante régionale, tant dans notre approche produit que dans notre force commerciale pour favoriser l'agilité locale », explique Laurent Cohen-Scali.

Nabil Bourassi

8 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 15/03/2019 à 8:17
Signaler
Attention quand même il ne faut pas que notre parebrise se transforme en écran.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.