Voiture électrique : la bascule aura-t-elle lieu ?

 |   |  725  mots
(Crédits : Shutterstock)
Après un démarrage en trombe en début d'année, les ventes de voitures électriques pourraient se tasser dans le courant de l'année. Pour autant, les constructeurs restent très offensifs avec des gammes bien plus étoffées, mais également en "poussant" les ventes. La question de l'infrastructure de recharge reste également un gros sujet. Mais tout semble désormais prêts pour que le consommateur s'empare enfin de l'électromobilité.

8% du marché automobile, la voiture électrique ? Les chiffres du mois de janvier ont fait exulter les constructeurs automobiles tout heureux d'annoncer cette incroyable percée de la voiture électrique qui avait jusqu'ici plafonné à 2% des ventes. D'aucuns proclamaient que le marché européen avait enfin basculé dans l'électromobilité.

Des chiffres pas significatifs

Il fallait pourtant revenir sur une vicieuse mécanique de chiffres. D'un côté, les concessionnaires ont immatriculé un maximum de voitures thermiques en décembre, ce qui a réduit leur proportion en janvier. D'un autre côté, les constructeurs ont repoussé les livraisons de voitures électriques au mois de janvier afin de les faire figurer dans l'exercice 2020, celui qui inaugure les nouveaux objectifs CO2. "Le début d'année n'est pas réellement significatif, il faudra attendre le deuxième trimestre pour avoir une meilleure visibilité sur la tendance réelle", confirme José Baghdad, responsable du secteur automobile chez PwC.

Pourtant, les constructeurs vont continuer à assurer la promotion de la voiture électrique... A dessein bien entendu, contraints par ces objectifs qui leur promet une amende de 95 euros par gramme de CO2 supérieur à 95 grammes et par voiture. Des milliards d'euros d'amendes si on en croit une étude Jato qui avait transposé cette réglementation aux ventes 2018. Renault lance une Twingo électrique, tandis que Peugeot accélère avec ses 208 et 2008 électrique. Volkswagen déroule son plan électrique avec l'arrivée imminente de l'ID3 qui sera suivie par l'ID4, un SUV électrique présenté début mars. Chez Fiat aussi on s'y met enfin, avec l'arrivée d'une Fiat 500 électrique. Chez les premiums aussi l'offensive est réelle. Mercedes a lancé l'EQC l'an passé, et Audi son E-Tron. BMW arrive avec une nouvelle gamme pour compléter sa vieillissante I3. Bref, les consommateurs auront l'embarras du choix... Mais est ce que cela suffira ? D'après une étude Deloitte, 8% des Français affirment que leur prochain achat sera une voiture électrique... Cela peut paraître peu, en réalité, c'est un doublement en un an... Preuve qu'il y a bien quelques choses qui se passe.

Qu'est ce qui coince alors ? Car pour José Baghdad, le marché de l'électromobilité reste encore largement dépendant des incitations des Etats et des constructeurs. "Tous les pays où la voiture électrique a émergé ont fait l'objet d'une...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2020 à 9:19 :
La voiture 100 % électrique sur batterie est loin d’être la panacée sur le plan environnemental! Les gens ne le comprennent pas beaucoup et surtout s’en fichent. Les primes à l’achat et le carburant (électricité) pas cher les tentent plus que le CO2 émis pour fabriquer les batteries en Chine et surtout pour les recycler. Tous les écolos sont très silencieux sur les émissions émises dans ces deux processus.
Toyota ne s’y est pas trompé je pense, comme d’habitude. Eux qui connaissent bien les batteries (voitures hybrides), ils sont partis sur la voiture électrique sur base H2. Je pense que c’est sur le moyen terme la technologie qui va l’emporter, quand on saura produire et stocker l’H2 de manière propre (sans CO2) et économique.
a écrit le 24/03/2020 à 15:57 :
A pétrole ou électriques, les voitures individuelles doivent être abandonnées pour sauver l'avenir de nos enfants et petits enfants.
a écrit le 12/03/2020 à 16:45 :
A combustion interne ou électrique, cela continuera a se balader seul dans son véhicule, les piétons et cyclistes devront toujours tendre l'oreille pour ne pas se faire surprendre, les vitesses ne seront toujours pas respecter et le nombre de décès sans diminution!
Et bientôt, des véhicules autonomes qui se baladeront sans le moindre humain a bord!
C'est beau l'innovation!
a écrit le 12/03/2020 à 10:39 :
Tout dépend où l'on met le point de bascule. 5%, 10%, 50% ?

Et pour ce qui est de cette année, je pense que le marché sera illisible du fait de toutes les crises qui se percutent et sont en train de brouiller toutes les interprétations.

Et si la chute des cours du pétrole perdure, elle va modifier considérablement les calculs des consommateurs, d'autant plus que le coût de l'électricité va exploser.

Par contre, je suis maintenant persuadé qu'il y a aura d'ici 10 ans une majorité de véhicules neufs vendus en mode électrique pur.
a écrit le 12/03/2020 à 10:37 :
Cet article semble bien inutile, avec un recul d'un mois et dans une crise majeure qui voit exploser les ddes d'aide pour ne pas foutre les gens dehors...qui ont certainement d'autres soucis en tête que de changer de voiture.
Attendons que l'orage passe et que les gens puissent à nx se projeter au delà du très court terme avec comme horizon au mieux le dernier trimestre 2020.
a écrit le 12/03/2020 à 9:24 :
L'autonomie est super importante car le véhicule particulier est surtout utilisé à la campagne dans laquelle notre néolibéralisme économique nous impose de travailler de plus en plus loin par ailleurs notre pouvoir d'achat étant moindre à 23000 euros une Zoé c'est à la limite du foutage de gueule...
a écrit le 12/03/2020 à 8:51 :
"Mais tout semble désormais prêts pour"
tout ... prêt pour ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :