La fusion Lafarge Holcim en quatre points clés

 |   |  383  mots
La nouvelle entité née de la fusion entre Lafarge et Holcim devrait sièger en Suisse. (Photo : Reuters)
La nouvelle entité née de la fusion entre Lafarge et Holcim devrait sièger en Suisse. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les deux géants européens du ciment ont confirmé leur projet de fusion. Voici ce que l'on peut en retenir.

Le mariage entre les deux leaders mondiaux du ciment est confirmé. La fusion du français Lafarge et le suisse Holcim devrait donner naissance au numéro un mondial du secteur. 

  • Objectif: des synergies de 1,4 milliard d'euros

Confronté à la cherté des prix de l'énergie, les deux groupes profiteront de leur fusion pour réaliser 1,4 milliard d'euros de synergies. 

  • Une promesse: pas de fermeture d'usine

Bruno Lafont, le PDG de Lafarge a détaillé ce lundi les modalités de cette union lors d'une conférence de presse. Il a notamment assuré: 

"Il n'y a pas de fermetures d'usines qui sont associées à cette transaction"

Plus tard dans la journée, plusieurs syndicats ont réagi à cette annonce. La CGT redoute que "10 à 20%" des effectifs de Lafarge ne soient supprimés. "Il est clair qu'il y aura en France des cessions", estimait lundi Sylvain Moreno, délégué CGT central chez Lafarge Ciments, cité par l'AFP. Du côté de la CFDT, "on attend de rencontrer les dirigeants", a de son côté affirmé à l'AFP Patrice Ponceau, représentant de l'organisation syndicale.

Au total, Lafarge France compte près de 5.300 salariés et 450 sites dans les activités ciments, granulats et bétons. Le Suisse Holcim exploite en France près de 200 sites et fait travailler 1.800 personnes.

  • Siège en Suisse

La transaction a été approuvée par les deux conseils d'administration. A commencer par le premier actionnaire de Lafarge, notamment, le belge Groupe Bruxelles Lambert GBL (21% des parts). Le siège de la nouvelle entité sera située en Suisse et sera cotée à Zurich et Paris. 

  • Les modalités

Pour fusionner, les deux groupes comptent procéder à des cessions d'actifs afin de se plier aux exigences des autorités de la concurrence. Ils ont indiqué dans un communiqué commun que le montant des cessions représenterait entre 10% et 15% des bénéfices avant intérêts et impôts (Ebitda) de la nouvelle entreprise. En tout, cela correspond à 650 millions d'euros et près de 1 milliard d'euros d'actifs. 

L'offre publique d'échange se fera sur la base d'une action Holcim pour une action Lafarge. L'opération doit être finalisée, au mieux, au premier semestre 2015.

 

(Article créé le 07/04/2014 à 08:57, mis à jour à 14:39)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2014 à 22:45 :
Ce ne sont pas les travailleurs qui produisent qui coûtent cher en France : ce sont les gros pleins de soupe des QG parisiens
a écrit le 07/04/2014 à 22:22 :
Synergie = doublons = licenciements = fermetures d'usines.... CQFD
a écrit le 07/04/2014 à 17:33 :
Qui ne voit pas que la France est en chute libre ?
a écrit le 07/04/2014 à 17:32 :
Pechiney, Arcelor, Lafarge, Total qui vient de délocaliser tout son département finance à Londres (plus personne à Paris), l'Etat français qui a récemment baissé sa participation dans Airbus en deça du seuil critique... On a plus rien. Ah mais si, on a le communiste Ian Brossat adjoint d'Hidalgo en charge du logement qui, malgré ses moins de 1% des voix, va bétonner Paris à tout va avec du béton désormais payé au suisse à coup d'impôts locaux et de déficit municipal pour installer sa clientèle électorale. Ce pays est vraiment foutu.
a écrit le 07/04/2014 à 13:23 :
Junker va nous dire que le déficit ne baisse pas.
a écrit le 07/04/2014 à 13:22 :
Déjà que je payais les impots de beaucoup de grosses entreprises, maintenant je vais payer aussi ceux de Lafarge.
a écrit le 07/04/2014 à 13:18 :
Comment peut on baisser les déficits et la dette ? toutes les entreprises payent leurs impots dans des pays qui du fait de leur petit taille ont une fiscalité presque nulle en matière de société ?
a écrit le 07/04/2014 à 11:36 :
Bye bye SFR, bye bye Lafarge? à quand la suivante ?
Les 35 heures ont tuées l'industrie en France, la fiscalité de Hollande fait partir les sièges sociaux. Heureusement il nous reste l'éducation national et les intermittents du spectacle !
Réponse de le 07/04/2014 à 17:27 :
Ha bon, moi qui croyait que l'éducation nationale s'était aussi des intermittents du spectacle.
a écrit le 07/04/2014 à 10:49 :
Ce qui intéresse seulement ces multinationales , ce sont les sièges dans des paradis fiscaux pour "optimiser" leur impôt sur les sociétés. Prenons Arcelor-Ebay-Amazon (Luxembourg) , Gemalo- Airbus Group (Pays-Bas), Cadburry-Philipp Moris- TYCO- Nissan-Chiquita(Suisse), Microsoft-Apple (Irlande) sans compter les autres dans les iles ou à Singapour où c'est encore plus obscure.
Réponse de le 07/04/2014 à 10:59 :
Le monde entier est un paradis fiscal... ou c'est la France qui est un enfer fiscal ??? Les politiques feraient bien de se poser cette question !!
Réponse de le 07/04/2014 à 12:51 :
@lyon69 si pour vous le monde entier se limite a 4 pays, je recommande la lecture urgente de l'Atlas et vous verrez que le monde compte nettement plus de pays!!!
Réponse de le 07/04/2014 à 17:33 :
La Suisse n'est pas connue pour être un paradis fiscal pour les entreprises (pour les particuliers disposant d'un gros patrimoine si). Les filiales françaises de Lafarge vont continuer a payer leur impôt en France. Maintenant c'est vrai que si vous avez le choix pour la localisation du nouveau siège du groupe, entre la France socialo et la Confédération y a pas photo!
a écrit le 07/04/2014 à 9:50 :
Ça continue! Le QG parisien de Lafarge dégage. Il est vrai que l'immense Montebourg fait ce qu'il faut pour ça. Le socialisme hollandien a un coût énorme mais qu'attendent les Français? Ce pays n'a plus d'avenir. C'est la décadence.....
Réponse de le 07/04/2014 à 10:00 :
Bizarre de faire porter la responsabilité de ce rapprochement à MONTEBOURG.
Deux sociétés privées peuvent faire ce qu'elles veulent quant à leur politique de développement . POLO pense que le PS aurait dû s'en mêler ?
Réponse de le 07/04/2014 à 10:57 :
@pelic : Il me semble que Polo fait le constat que malgré les esbrouffes et l'enfumage de Montebourg, la politique économique de Hollande fait que même la Suisse est plus attractive que la France !
Réponse de le 07/04/2014 à 18:19 :
"même la Suisse est plus attractive que la France ! "

Il vous faut sortir pour voir ce qui se passe dans le monde! La Suisse est IMMENSEMENT plus attractive que la France, et cela sur tous les points, et depuis toujours; cette situation n'a pas attendu le régime Hollande.

Et le pire? Il n'y a pas que la Suisse qui est plus attractive que la France, c'est le cas pour la plupart des pays du monde
a écrit le 07/04/2014 à 9:36 :
Le siège social sera transféré en Suisse, pour des raisons évidentes de synergies
Réponse de le 07/04/2014 à 9:53 :
Mais où est Montebourg pour empêcher ça ?
Réponse de le 07/04/2014 à 9:56 :
Idem pour la fusion Usinor Arbed Aceralia en 2002: cap sur Luxembourg!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :