Encadrement des loyers : le Conseil d'Etat rejette les recours des propriétaires à Paris, Lyon, Bordeaux et Montpellier

Le Conseil d'Etat a rejeté ce mercredi 1er décembre les requêtes d'associations de propriétaires demandant la suspension du décret sur l'expérimentation de l'encadrement des loyers à Bordeaux, Lyon, Montpellier et dans plusieurs communes du Grand Paris.

3 mn

(Crédits : Agence APPA)

Par une série d'ordonnances rendues ce mercredi 1er décembre 2021, le juge des référés du Conseil d'Etat ordonne le rejet des requêtes formulées par les Chambres des propriétaires et copropriétaires de Gironde (UNPI 33), de l'Héraut (UNPI 34), de Lyon (UNPI 69) et du Grand Paris à l'encontre du décret du 2 septembre 2021 fixant le périmètre du territoire retenu pour l'application de l'encadrement des loyers.

Ces quatre chambres syndicales sont opposées à l'application temporaire de l'encadrement des loyers à compter de 2022, et déjà en vigueur dans des communes franciliennes, et attaquent le décret au motif d'une "atteinte grave et immédiate aux intérêts des propriétaires" et d'une "condition d'urgence".

Lire aussi 6 mnImmobilier : à Bordeaux, les prix décrochent de -3,2 % au second semestre

Impossible de retenir la "condition d'urgence"

Une analyse contestée par la ministre de la Transition écologique qui, dans un mémoire enregistré le 19 novembre 2021, demande le rejet de la requête des propriétaires et copropriétaires. La ministre "soutient que la condition d'urgence n'est pas satisfaite, et que les moyens soulevés ne sont pas propres à créer un doute sérieux quant à la légalité du décret attaqué".

Dans sa décision le juge des référés énumère -pour les requêtes formulées par les chambres syndicales de Bordeaux, Lyon et Montpellier- plusieurs points clés dont celui qui synthétise en substance sa décision.

"Il résulte de tout ce qui précède, sans qu'il soit besoin de se prononcer sur l'existence d'un doute sérieux quant à la légalité du décret attaqué, que la condition d'urgence ne peut être regardée comme remplie" ordonne ainsi le juge des référés, qui considère également que "l'exécution du décret litigieux n'est pas susceptible à elle seule d'affecter directement et immédiatement les intérêts de propriétaires".

Ce sont en effet, comme le rappelle le juge, les arrêtés qui seront pris par les préfets de chaque département concerné qui fixeront chaque année les niveaux de loyers par catégorie de logements et par secteur géographique. Or, ces arrêtés ne seront pas pris avant au moins plusieurs semaines.

Pour Paris, l'arrêté a déjà été pris le 3 novembre, mais l'ordonnance considère que l'UNPI "se borne à faire valoir, de façon, générale, les atteintes au droit de propriété, mais n'apporte aucun élément permettant d'apprécier l'ampleur de ces atteintes". Le juge arrive donc à la même décision de rejet de la requête. Pour rappel, en Ile-de-France, neuf communes de Seine-Saint-Denis situées à l'est de la capitale encadrent depuis mercredi 1er décembre les loyers dans le parc privé, cinq mois après l'entrée en vigueur de ce dispositif dans neuf autres villes du département.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 03/12/2021 à 15:16
Signaler
Je crois que tout cela commence à poser problème: les prix flambent à l'achat à cause des taux trop bas, et les loyers sont limités par les revenus des locataires, donc trop bas. Conclusion, la seule pérennité du système repose sur les espoirs de plu...

à écrit le 03/12/2021 à 12:04
Signaler
Effectivement un loyer est très cher composé d'une part importante de taxes et d'une part pour le propriétaire. Il existe aussi des logements pas cher genre squat avec un déco particulière et quelques encombrants plus ou moins ragoutants, tout dépend...

à écrit le 03/12/2021 à 9:45
Signaler
La Justice, un des dernières institutions à tenir à peu près la route tant bien que mal mais qui ne peut pas tenir notre société éternellement à bout de bras comme cela.

à écrit le 03/12/2021 à 2:30
Signaler
Il faut se débarrasser de son immobilier locatif : lois toujours plus nombreuses et contraignantes, fiscalité, charges, entretien, réparations. Que l'état et communes fassent eux-seuls du locatif H.L.M. Que l'investisseur privé se ré-oriente vers les...

le 03/12/2021 à 7:31
Signaler
Vous avez raison les propriétaires sont les boucs émissaires de l’état et des collectivités, on veut leur faire payer l’incompétence des élus à équilibrer leurs comptes

à écrit le 02/12/2021 à 21:49
Signaler
Les propriétaires de la Guillotière (Lyon) vont être ravis de devenir des bailleurs de logements sociaux...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.