La justice française s'empare de l'affaire Mediator

 |   |  437  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) va procéder à un examen préalable du dossier . De son côté, le parquet a demandé la transmission des informations que détient l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Une enquête pénale va être menée concernant le Mediator, un médicament dont les effets secondaires auraient tué 500 personnes en France depuis 1976. Le parquet de Paris a annoncé mercredi avoir saisi une branche de la gendarmerie, l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), pour un examen préalable du dossier.

Le parquet a demandé en outre la transmission des informations que détient l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), auteur de l'étude qui impute au Mediator 500 morts et 3.500 hospitalisations depuis 1976.

Le Médiator, un médicament réservé à l'origine aux diabétiques en surcharge pondérale et qui a été souvent prescrit aux personnes désirant perdre du poids, a été retiré du marché en novembre 2009.

Les premières plaintes pénales déposées à Nanterre, car le siège social des laboratoires Servier, qui fabriquait le Médiator, se trouve dans le département des Hauts-de-Seine, seront transmises au tribunal de Paris, qui dispose d'un pôle spécialisé dans les affaires de santé.

Jacques Servier, fondateur en 1948 du groupe pharmaceutique du même nom, a estimé dans un entretien au Monde du week-end dernier que cette affaire était peut-être une "fabrication" visant à gêner le gouvernement.

Le groupe Servier conteste le chiffre de 500 morts entre 1976 et 2009 mais conseille, comme le gouvernement, aux personnes ayant pris du Mediator d'en parler à leur médecin. Le chiffre de 500 morts "confirme un scandale sanitaire majeur", a dit Charles Joseph-Oudin, avocat des premiers plaignants, sur i>Télé.

"Les victimes sont extrêmement fâchées d'avoir été tenues dans l'ignorance de la nocivité de ce médicament et elles sont déterminées à ce que la justice pénale puisse se pencher sur ces questions", a-t-il ajouté.

Les plaignants, qui souffrent de graves atteintes des valves du coeur, visent dans leurs plaintes les délits de "tromperie aggravée sur la nature, la qualité substantielle et la composition du produit" et la "mise en danger de la vie d'autrui".

Jacques Servier affirme que c'est le laboratoire lui-même qui a décidé, en accord avec l'Afssaps, de retirer le Mediator du marché en 2009. "Le lien entre Mediator et valvulopathie n'est par ailleurs pas prouvé", a dit l'industriel au Monde.

L'Afssaps estime qu'environ cinq millions de patients ont été traités au Mediator en France de 1976 à 2009, dont 2,9 millions pendant plus de trois mois. L'interdiction du Mediator a été prononcée plusieurs années avant la France dans les autres pays européens. Le gouvernement français a commandé une enquête administrative sur l'affaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2010 à 21:29 :
très inquiète car j'en ai consommé, comme dans le témoignage de Muriel ROUSSEL chez THIERRY ARDISSON, SALUT LES TERRIENS, et pour les mêmes raisons que cette dame, OUI LES GÉNÉRALISTES PRESCRIVAIENT FACILEMENT CE MÉDICAMENT, Personnellement, si ont m'avait parlé DIÉTÉTIQUE à l'époque, j'aurai adhéré. Mais plus facile de donner la petite pilule..OUI JE N?ÉTAIS PAS DIABÉTIQUE, qq kilos de trop sans plus à l'époque. ET SURTOUT , classique, divorce, travail, et DEUILS, L'AFSSAPS a bien fait son travail et m'a déjà contactée, aussi je vais prendre rv avec cardiologue le plus tôt possible.Même avant de voir généraliste, c'est la période des sports d'hiver.j'ai tout de même balisé, en recevant le courrier, car je sais bien que les cures dépassaient les 3 mois..Il y a très longtemps, est ce que cela existe toujours, le médecin du quartier passait a la pharmacie en fin de mois. ET QUI N'as JAMAIS attendu dans une salle d'attente et de se faire doubler par une jolie COMMERCIALE, qui venaient placer "ces médocs". En attendant je pense même que ce traitement a par la suite en plus des pp graves cardiaques qu'il pourrait entraîner,
empêcher de "maigrir" OUI CE PRODUIT M'AS ETE DONNE COMME COUPE FAIM je pense même me souvenir 1 le matin /1 à 17 heure, je revoie bien les gélules et la boite bleue gitane, j'ai aussi consommé de l'isoméride,et du dinintel, pas d'ALI, malgré les pubs dans mag féminins. Je savais que ce médicament était plutot réservé aux Messieurs qui mangeaient GRAS, mais comme depuis des années, je mange comme une NANA quoi. Je ne voyais pas la nécessité, de prendre ALI, BIEN EN PUB dans les pharmacies. POUR EN REVENIR AU MEDIATOR, si j'avais connu les CONSÉQUENCES, J4AURAI choisie une autre alternative, le sport , l'hygiène alimentaire, les cures et oui pourquoi PAS...Mais c'était peut être + facile cette pilule, que de faire un VÉRITABLE TRAVAIL SUR SOI, ÇA PRENDS DU TEMPS, ET UNE PERSONNE A l'ECOUTE, QUI SERAIT MÉMÉ EN MESURE DE CONSACRER un peu plus de 10mn pour nous conseiller sur telle ou telle discipline sportive, NOUS CONNAISSANT en principe et nos habitudes et APTITUDES...SPORTIVES.ON EST PAS TOUJOURS ARME, pour un divorce , un deuil, le stress, COMPRENDRE CE QUI SE PASSE, POURQUOI ON GROSSIE, ANALYSER, ET NE PAS PRENDRE DE pilules MIRACLES, QUI PEUVENT BOUSILLER DES VIES.l'ARGENT EST VRAIMENT A l'ORIGINE, DE TOUT CELA, COMBIEN CA A RAPPORTE AU LABORATOIRE LA BOITE BLEUE GITANE ???
a écrit le 02/12/2010 à 18:10 :
Le Groupe Servier commence à dire en France qu'il a retiré le mMédicament assassin avant son interdiction par les autorités.
Il avait déjà procédé de même dans d'autre pays européens (sauf à Chypres).
On retire le médicament trois jours avant son interdiction par saper l'autorité compétente et communiquer.
Ce n'est pas sérieux.
Les prescipteurs (médecins) le savaient tous et sont responsables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :