Philips s'offre l'américain Volcano pour un milliard d'euros

 |   |  236  mots
Philips propose 18 dollars par action Volcano, ce qui représente une plus-value de quelque 57% sur le dernier prix de clôture.
Philips propose 18 dollars par action Volcano, ce qui représente une plus-value de quelque 57% sur le dernier prix de clôture. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le géant néerlandais Philips s'affirme dans le secteur de l'imagerie médicale avec le rachat annoncé mercredi de Volcano, spécialiste des systèmes d'imagerie et de mesure par cathéter.

C'est par une Offre publique d'achat (OPA) amicale que l'ancien spécialiste des téléviseurs se renforce dans le matériel médical. Philips propose ainsi 18 dollars par action Volcano, ce qui représente une plus-value de quelque 57% sur le dernier prix de clôture.

Créer "de nouvelles sources de revenus"

Le conseil d'administration de l'entreprise américaine a approuvé à l'unanimité mercredi 17 décembre la transaction, qui devrait être clôturée au premier trimestre 2015, et recommande l'offre à ses actionnaires. De son côté, Philips a rappelé l'intérêt de cette stratégie dans un communiqué :

"Le regroupement des deux sociétés va permettre de créer de nouvelles sources de revenus récurrents et d'améliorer la croissance des ventes dans un marché de la thérapie assistée par imagerie de 4 milliards d'euros", ajoute le communiqué.

 Renforcer la branche "lifestyle"

Basé à San Diego, en Californie, Volcano produit des systèmes d'imagerie et de mesure médicales intravasculaires par cathéter utilisés notamment dans le traitement des maladies cardiovasculaires. La société a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires d'environ 400 millions de dollars et emploie 1.800 personnes.

Le groupe néerlandais avait annoncé en septembre vouloir se scinder en deux sociétés distinctes, après avoir vendu sa branche téléviseur en 2012. D'un côté la branche éclairage et de l'autre, les activités de santé et de "Lifestyle".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2014 à 17:07 :
Comme Siemens, Philips est une société à dérive lente dont le déclin était prévisible depuis au moins 20 ans. Cette société du Nord doit s'obliger a acheter de la technologie qu'elle s'est montrée incapable de mettre au point. Société de trading à l'origine elle n'a que la vision des autres qu'elle s'accapare lorsque les circonstances le permettent. Intermédiaire de fortune vivant de coups elle n'a aucun projet et avant de devenir une coquille vide, elle à qui la presse moutonnière prêtait il y a peu 10 milliards de réserves de trésorerie (!), peut se plaindre "La mondialisation m'a tuer"
Réponse de le 17/12/2014 à 22:48 :
Raisonnement bien étrange que le votre... C'est le principe des entreprises que de racheter les compétences dont elle ne dispose pas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :