Un atlas des cellules humaines pour "révolutionner le traitement des maladies"

 |   |  536  mots
Le corps humain est constitué de milliers de milliards de cellules. Les scientifiques espèrent les cartographier dans les dix ans à venir.
Le corps humain est constitué de milliers de milliards de cellules. Les scientifiques espèrent les cartographier dans les dix ans à venir. (Crédits : © Ho New / Reuters)
Des chercheurs de Harvard et du MIT, aux Etat-Unis, ainsi que du Sanger Institute and Wellcome Trust, au Royaume-Uni ont lancé l'idée d'un immense atlas où seraient recensées et décrites toutes les cellules humaines. Un projet qui pourrait changer la médecine et la biologie dans les années à venir, selon Sarah Teichmann et Aviv Regev, respectivement directrice de la section génétique cellulaire à l'institut Sanger et président du Broad Institute of MIT and Harvard. Avec l'espoir d'améliorer les recherches sur le cancer ou encore la maladie de Parkinson.

LA TRIBUNE - Que peut apporter concrètement cet atlas des cellules humaines à la science ?

AVIV REGEV & SARAH TEICHMANN - Aujourd'hui, on ne connaît pas le nombre de types de cellules (élément de base fonctionnel et structural qui compose les tissus et les organes des êtres vivants, Ndlr) différentes existant dans le corps. Cet atlas des cellules humaines nous permettra de mieux connaître la nature du corps. Il consiste à réaliser une cartographie de référence dédiée au corps humain, en recensant le type et la propriété des cellules humaines, à travers tous les tissus et les organes. Cet atlas des cellules humaines pourrait impacter presque tous les aspects de la médecine et de la biologie dans les années à venir. Il devrait révolutionner notre compréhension du développement des cellules, ainsi que notre façon d'étudier et de traiter les maladies.

Quelles maladies sont particulièrement concernées ?

En aboutissant à une compréhension complète de l'immunité des cellules dans le corps, cet atlas pourrait aider à prévenir des rejets d'organes ou des maladies auto-immunes. Il aiderait à comprendre l'implication des différentes cellules dans les tumeurs pour peut-être aider à mieux traiter le cancer. Connaître toutes les cellules du cerveau aiderait également à diagnostiquer et traiter des maladies comme Parkinson.

Vous comptez établir cette carte des cellules du corps humain en dix ans au mieux. Pourquoi cela va--t-il prendre autant de temps ?

C'est une initiative globale et de très grande ampleur. Pour rappel, la première initiative de ce genre rentrait dans le cadre du projet du génome humain (un programme lancé en 1990, Ndlr). Il a permis d'obtenir le séquençage complet de l'ADN du génome humain en 13 ans... Et cet atlas des cellules humaines est un projet très ambitieux, car il va cartographier tous les types de cellules, leur état, l'histoire de leur développement...

On compte des milliers de milliards de cellules, comment allez-vous parvenir à toutes les cartographier ?

Nous ne comptons pas et n'avons pas besoin d'analyser des trillions de cellules, mais un nombre suffisant d'entre elles pour rendre compte de leur diversité. Il n'y a pas longtemps, la technologie ne permettait pas de séquencer le profil génomique des cellules individuelles et des tissus. Les dernières avancées ont rendu cela possible. Nous espérons en outre que notre initiative apportera de nouvelles avancées technologiques et la possibilité de mieux connaître les moindres détails des cellules.

Allez-vous vous associer à l'industrie pharmaceutique ou à des sociétés technologiques pour que ce projet aboutisse ?

Cette initiative multidisciplinaire va recourir à une expertise des chercheurs du monde public mais également du monde privé. Ce projet nécessitera une collaboration de la communauté scientifique internationale, avec la contribution de chercheurs dans des champs d'expertise très différents. Des chercheurs en biologie, en médecine, en génomique, seront mobilisés, ainsi que des personnes spécialisées dans le développement de technologies, des statisticiens (chargés d'analyser les données). In fine, nous espérons créer un atlas des cellules humaines en accès libre, disponible pour tous les chercheurs et docteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :