Décision d'ici le 1er avril pour le gisement gazier géant de Shtokman

 |   |  305  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le consortium emmené par Gazprom, et dont Total fait partie, a reporté de trois mois la décision finale sur l'investissement permettant de lancer le développement du gisement gazier géant de Shtokman.

"Shtokman est un projet stratégique pour tous les partenaires", a déclaré ce jeudi Alexis Miller, directeur général du géant gazier russe et président de Shtokman Development AG (SDAG), dans un communiqué. "Dans ce contexte, la décision finale d'investissement doit être bien préparée en tenant compte de l'ampleur et de la complexité du projet. Les actionnaires et SDAG sont déterminés à poursuivre une coopération bonne et entière", a-t-il ajouté.

Une source avait déclaré à Reuters, à l'issue d'une réunion des partenaires du projet, que la décision finale avait été retardée au 1er avril. "La décision sur l'investissement est techniquement prête, mais il reste encore des questions à régler parmi les actionnaires. Les partenaires marquent une pause", a-t-elle ajouté.

Un porte-parole de Total a indiqué à Reuters que le nouveau délai de trois mois était "suffisant" pour parvenir à une décision. "Compte tenu des enjeux technologiques et économiques de Shtokman (...) il est logique et responsable pour des industriels de se donner quelques semaines de plus pour décider d'un investissement aussi important avec les garanties nécessaires", a-t-il ajouté.

Les actionnaires avaient convenu de prendre une décision finale d'investissement d'ici la fin de l'année sur ce qui devrait constituer l'un des plus gros gisements du monde avec 3.900 milliards de mètres cube. Mais les partenaires, parmi lesquels figure aussi Statoil, n'ont pas encore obtenu le régime douanier préférentiel qu'ils attendent de Moscou, en particulier un abatttement sur les 30% de taxes à l'exportation sur le gaz acheminé par gazoduc depuis le sol russe. Selon eux, sans ce type de concession, le projet pourrait ne pas être rentable.

Une deuxième source a indiqué que cette question des taxes restait le principal sujet encore à régler dans ce dossier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2011 à 11:30 :
Après les élections présidentielles. Donc, si Monsieur Poutine est facilement réélu: Adieu Total; dehors de Russie et nous français, on dira: Merci qui !
Jean-Claude Meslin

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :