Petroplus bientôt insolvable, Petit-Couronne en cessation de paiement

Petroplus annonce mardi qu'il va se déclarer insolvable après un défaut sur ses obligations et autres emprunts convertibles pour un montant de 1,75 milliard de dollars. En Bourse, le titre chute de plus de 80%. En France, la filiale du groupe à Petit-Couronne (Seine-Maritime) s'est déclarée en cessation de paiement et a déposé son bilan.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Petroplus n'est pas parvenu à s'entendre avec ses banques. Le raffineur suisse annonce mardi qu'il va se déclarer insolvable après un défaut sur ses obligations et autres emprunts convertibles pour un montant de 1,75 milliard de dollars.

En France, "Petroplus Raffinage Petit-Couronne a déposé une demande de mise en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Rouen et s'est déclaré en cessation de paiement pour protéger la société après l'annonce de l'insolvabilité de la maison-mère", a déclaré un porte-parole à l'AFP.

Les négociations menées ces dernières semaines avec les banques ont échoué, explique dans un communiqué le principal raffineur indépendant en Europe. "L'objectif principal du conseil d'administration est d'assurer que les activités soient proprement bouclées et de préserver la valeur pour toutes les parties", ajoute Petroplus. "Nous avons travaillé d'arrache-pied pour éviter cette issue mais nous ne sommes finalement pas parvenus à un accord, compte tenu d'un marché du crédit et du raffinage difficile en Europe", déclare le PDG Jean-Paul Vettier, cité dans le communiqué.

Le conseil d'administration prépare désormais une procédure d'insolvabilité en Suisse. Des démarches similaires sont entreprises par les entités du groupe dans leur juridiction respective, ajoute Petroplus.

Le groupe luttait pour sa survie depuis l'annonce fin décembre du gel d'une ligne de crédit d'un montant d'environ un milliard de dollars. Il avait lancé la semaine dernière un processus de vente pour sa raffinerie de Petit-Couronne, en France, et avait fait savoir qu'il examinait des "alternatives stratégiques" pour ses raffineries d'Anvers, en Belgique, et de Cressier, en Suisse.

En fin de séance, ce mardi, le titre Petroplus perdait près de 84% pour tomber à 0,24 franc suisse alors que le SMI, indice phare de la Bourse suisse, était pratiquement stable. Lundi, la cotation du titre avait été suspendue à la demande de l'entreprise.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 25/01/2012 à 16:51
Signaler
Titre des journaux Londonniens hier soir: alerte au rationnement: une des grosses raffineries de la région de Londres qui alemnt tout le Sud Est de l'Angleterre s'est effondrée (= arrêtée): risque certain de pénurie, "le gallon d'essence à 7£" (et ce...

à écrit le 25/01/2012 à 9:47
Signaler
Encore quelques mois à attendre et le messie de la gauche va arranger ce probléme notamment avec l'aide de l'évéque de ROUEN. Lorsque l'entreprise n'a plus de clients que fait-on? Ce ne sont ni les banques ni les responsables de cette entreprise qui ...

le 25/01/2012 à 18:26
Signaler
Votre commentaire est intéressant mais sans lendemain car PLUS AUCUNE SOCIETE investira dans la pétrochilie en europe. Ce type d'indudterie a mais ses mieds dans au plus pres des raffineurs et pétroliers c'est à dire les pays producteur. Les sites li...

à écrit le 24/01/2012 à 12:16
Signaler
faut être clair ,il ya trop de capacité de raffinage en Europe ,Pétroplus ne peu plus en vivre ,la liquidation s'impose. Les banques ne sont en rien responsable de cette situation

à écrit le 24/01/2012 à 10:20
Signaler
Ca ressemble quand même à une forme de mise en faillite organisée par les banques. On coupe les crédit d'une entreprise, donc celle ci ne peut plus acheter les produits dont elle a besoin pour produire, et du coup elle se retrouve insolvable : plus d...

à écrit le 24/01/2012 à 9:58
Signaler
La webradio indépendante AWI s'arrête cette semaine sur l'analyse portant sur les secteurs créateurs d'emplois à moyen terme qui vient d'être publiée par le Centre d'analyse stratégique. L'occasion de savoir quels sont ceux qui ont le vent en poup...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.