Total : bénéfice net de 3,7 milliards d'euros, en baisse de 7%

Le géant pétrolier français Total a annoncé jeudi des résultats en baisse sur les trois premiers mois de l'année, en dépit d'une production d'hydrocarbures stable, pénalisé par une fiscalité en hausse par rapport à un an plus tôt et un environnement difficile dans le raffinage et la pétrochimie.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Au premier trimestre, la première capitalisation française a vu son bénéfice net part du groupe reculer de 7%, à 3,66 milliards d'euros, indique le groupe dans un communiqué. Le bénéfice net -indicateur de performance très suivi dans le secteur- a été ajusté et a donc diminué de 1%, à 3,07 milliards. Ces performances sont conformes aux attentes des analystes interrogés par Dow Jones Newswires, qui tablaient en moyenne sur un bénéfice ajusté identique à celui publié par le pétrolier français.

La production mondiale d'hydrocarbures du groupe est ressortie pratiquement inchangée à 2,372 millions de barils équivalent-pétrole par jour, mais le chiffre d'affaires a bondi de 11% à 51,2 milliards d'euros. Ce dernier a été porté par la flambée des cours du pétrole brut, avec un prix moyen du baril de Brent en hausse de 13% par rapport à un an plus tôt (à 118,6 dollars).

Alourdissement de la taxation des hydrocarbures extraits en mer du Nord

Le taux d'imposition moyen des activités du groupe a grimpé à 60% sur le trimestre, contre 55% un an plus tôt, principalement du fait de l'alourdissement de la taxation des hydrocarbures extraits en mer du Nord britannique, qui a amputé ses revenus dans l'amont (exploration et production). De plus, les résultats dans l'aval (activités de raffinage, distribution et pétrochimie) ont été plombés par une chute globale de 15% des marges de raffinage sur le Vieux continent et une "forte détérioration de l'environnement dans la pétrochimie en Europe", souligne le groupe.

Le PDG Christophe de Margerie a qualifié dans le communiqué le bénéfice net ajusté de 3,07 milliards dégagé par son groupe de "motif de satisfaction", vu le contraste entre un "contexte de prix favorable pour l'amont et difficile pour ses activités raffinage-chimie".

Provision de 42 millions d'euros pour la fuite de gaz

Par ailleurs, Total indique dans son communiqué avoir passé une provision dans ses comptes liée à la fuite de gaz qui a été détectée fin mars sur sa plateforme Elgin, dans le secteur britannique de la mer du Nord, provoquant l'évacuation d'urgence de l'installation. Un porte-parole de Total a précisé à l'AFP que cette provision s'élevait à 42 millions d'euros. Total avait indiqué début avril que cet incident lui coûtait environ 1 million de dollars par jour en frais d'intervention, plus une perte de 1,5 million de dollars par jour de revenu opérationnel liée à l'interruption de la production de la plateforme.

A la Bourse de Paris, l'action du groupe évoluait en baisse de 1,88% à 35,82 euros quelques minutes après l'ouverture, en ligne avec le CAC 40 qui cédait 1,70%.

La reprise de la production en Lybie profite au concurrent italien ENI

Le groupe pétrolier italien ENI a vu ses résultats bondir au premier trimestre et dépasser les attentes grâce à la reprise de la production en Libye et à la hausse des prix de l'or noir, a-t-il annoncé vendredi dans un communiqué.

Le bénéfice net d'ENI s'est envolé de 42% à 3,617 milliards d'euros tandis que son bénéfice net ajusté - indicateur-clé du secteur excluant des éléments exceptionnels - a progressé de 12,8% à 2,48 milliards, dépassant ainsi les attentes des analystes qui misaient sur 2,26 milliards selon un consensus établi par Dow Jones Newswires. Son résultat opérationnel a progressé de son côté de 21,2% à 6,834 milliards d'euros et son chiffre d'affaires de 16,3% à 33,475 milliards.

"ENI a obtenu des résultats excellents grâce à la reprise de la production en Libye et à la hausse des prix du pétrole" malgré un "marché difficile" pour le gaz, le raffinage et la vente d'essence ainsi que pour la chimie, s'est félicité le directeur général d'ENI, Paolo Scaroni, cité dans le communiqué.

Le géant pétrolier italien a en revanche accusé une légère baisse de 0,6% de sa production d'hydrocarbures sur le trimestre à 1,674 million de barils équivalent pétrole par jour. Mais le groupe table toujours sur une "croissance" de sa production sur l'ensemble de l'année grâce à un retour à la normale au deuxième semestre de sa production en Libye. ENI, qui est le premier premier producteur étranger en Libye, avait été fortement pénalisé l'an dernier par l'insurrection dans ce pays qui avait mis sa production à l'arrêt pendant plusieurs mois.

 

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 02/05/2012 à 17:50
Signaler
3,7 milliards d'Euros de bénéfice : Et si on créait des emplois... "T'es pas cap"... "C'est la crise de rire" aurait dit coluche...

à écrit le 27/04/2012 à 15:20
Signaler
Hausse de la fiscalité... en mer du Nord ! Donc rien pour la France j'imagine, toujours pas d'impot sur les sociétés ? normal...

à écrit le 27/04/2012 à 14:19
Signaler
Bénéfice net.... 3.7 milliards.... C'est vrai qu'il va falloir fermer des usines, c'est pas assez

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.