Allemagne : les subventions à l'éolien vont être réduites

 |   |  296  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les conservateurs et sociaux-démocrates allemands ont décidé de réduire les subventions allouées aux acteurs des énergies renouvelables, notamment ceux de l'éolien.

L'éolien a moins le vent en poupe en Allemagne. Les conservateurs (CDU/CSU) et sociaux-démocrates allemands (SPD), en pleine négociation pour former un nouveau gouvernement depuis la réélection d'Angela Merkel le 22 septembre dernier, ont décidé, samedi, de réduire les subventions accordées aux énergies renouvelables, notamment à l'éolien.

Le futur gouvernement allemand veut mettre fin au "sur-subventionnement" des énergies renouvelables, selon un document obtenu par l'AFP qui résume les points sur lesquels le groupe de travail sur l'énergie réunissant conservateurs et sociaux-démocrates s'est mis d'accord.

Le soutien au solaire maintenu

Les subventions à l'éolien vont être réduites "surtout dans les régions à fort vent", précise le document. Le texte fixe aussi un nouvel objectif de capacité installée d'éolien en mer à l'horizon 2020, moins ambitieux que celui qui avait cours jusqu'ici (6,5 gigawatts, contre 10 gigawatts). La croissance de la biomasse doit aussi être freinée, tandis que le soutien au solaire, qui "a fait ses preuves", doit être maintenu en l'état.

Toutes ces mesures doivent permettre une "stabilisation des coûts à un niveau raisonnable" de la transition énergétique de l'Allemagne, en passe d'éteindre ses centrales nucléaires. En effet, les industriels, qui bénéficient d'exemptions d'impôts, ne paient pas, ou qu'en partie, la  taxe sur l'énergie qu'ils doivent débourser, en échange, pour financer les subventions allouées aux énergies propres. L'accord prévoit notamment de revenir sur ces exemptions.

Menaces de délocalisations

L'accord a déjà suscité de nombreuses critiques. "La transition énergétique va être freinée dans son élan", a estimé la fédération des énergies renouvelables BEE, tandis que les industriels agitaient le spectre de délocalisations face à la fin de leurs exemptions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2013 à 22:55 :
Il faut bien voir que l’éolien n’as pas atteints l’efficacité annoncer, que le rendement et faible et que le coûts financier d’investissement et particulièrement lourd….
Il y a d’autre vois dans la production d’énergie propre, par exemple la géothermie, serte cela est lourd coté inversement, mais produit de l’énergie tout les jours….
Il y a encore beaucoup de travail pour atteindre le parfait équilibre en énergie propre et une énergie compétitive. Nous ne pouvons continuer a augmenter indéfiniment le prix de l’électricité, cela vas a l’encontre du développement de filière viable.
a écrit le 13/11/2013 à 9:37 :
le problème de toutes ces aides et subventions c'est qu'elles trompent les marchés , sur les énergies renouvelable c'est criant , le contribuable paiera la différence , idem sur les fenêtres d'isolation ou les prix sont multipliés car les fabricants et installateurs savent que le client va récupérer sa dime via les impôts .. d'ou des prix élevés et qui ne reflètent ni la demande ni l'offre .. tout cela nuit aux réels investissements des plus modestes qui eux voient des prix délirants ..mais a cause des aides .. quand les énarques se pencheront sur le sujet on aura fait un grand pas .. pour le moment on continue a ouvrir en grand les vannes ..
a écrit le 12/11/2013 à 19:25 :
ce jeu écolo est un peu pervers, on dit que c'est bien pour le client d'avoir de l'énergie renouvelable, que c'est moins cher, mais en lui prenant dans son autre poche de contribuable ... à quand des comptes d'exploitation prévisionnels transparents et représentatifs ???
a écrit le 12/11/2013 à 11:34 :
Nos écolos vont commencer à découvrir que tout n'est pas roses avec les énergies renouvelables chez nos voisins... Il suffisait pourtant de lire la presse allemande de ces derniers mois pour s'en convaincre.
Réponse de le 12/11/2013 à 17:47 :
"Georges", le sujet mérite plus qu'une allusion politique ! De quoi voulons nous être faits demain dans le domaine de l'énergie ? N'y a t'il une place croissante pour une moindre dépendance aux autres ? (Golfe Persique,Niger,...) Si les coûts à l'investissement sont importants dans la mise en place des secteurs énergétiques ,il faut prendre en compte également les coûts d'exploitation qui sont en faveur des ENr. Croyez-vous que l'énergie n'ait jamais bénéficié de soutiens publics ? Regardez le secteur du nucléaire ô combien marginal dans le monde mais fortement représenté en France ? Sans les subsides des contribuables ,le nucléaire n'existerait pas. C'est valable pour les ENr mais les risques industriels en moins vous conviendrez... Alors ,on consomme moins d'abord ? Car l'enjeu est là ,il s'appelle l'efficacité énergétique !
a écrit le 12/11/2013 à 11:31 :
Dans ce pays, aujourd'hui véritable démocratie décentralisée et coordonnée, la raison prime de faux préjugés.
a écrit le 12/11/2013 à 10:49 :
Ce qui est intéressant à noter, c'est que l'Allemagne envisage de réduire les subventions là où il y beaucoup de vent (le nord) et non là ou il y en a moins (le sud, en gros). Jamais en France, on pourrait imaginer une chose pareille. Pensez-vous: discrimination en fonction du vent, inégalité devant la loi et autres sottises dont nous avons l'habitude.
Réponse de le 12/11/2013 à 11:31 :
L'unification de l’Allemagne date de la fin du 19 ieme siècle. La France par contre a gardé son centralisme depuis la royauté et la révolution l'a renforcé. Pas de comparaison possible entre fédéralisme et état centralisé.
Réponse de le 12/11/2013 à 11:36 :
Le fait même d'être subventionné implique que cette énergie n'est pas rentable. Si le secteur a besoin de financement qu'on lui propose des crédits à faible taux d'emprunt mais des subventions... c'est de l'argent balancé par la fenêtre qui ne reviendra pas par la porte. Quid du photovoltaïque?
Réponse de le 12/11/2013 à 14:04 :
@Geer 555 !Le sud de l'Allemagne est trés fortement industrialisé et transporter le courant du nord au sud cause des problemes considerable de zizag entre les zonnes habitées necessitant d'enterrer les lignes sur des ........centaines de km .L'effet JOULE amenant un forte deperdition sur de longues distance on comprend les allemands .ET puis il y a les nouvelles centrales à charbon ,ils ont beaucoup de lignite les allemands ..............
Réponse de le 12/11/2013 à 16:06 :
@michel

bah le photovoltaique, ils disent justement qu'il a fait ses preuve !!!

La croissance de la biomasse doit aussi être freinée, tandis que le soutien au solaire, qui "a fait ses preuves", doit être maintenu en l'état.
Réponse de le 19/11/2013 à 15:13 :
Les tarifs baissent de 1 à 2% par mois en Allemagne, en janvier 2014, ils vont être 20% en dessous de janvier 2013, alors qu'ils étaient déjà plus bas qu'en France à l'époque. Ce mois-ci le tarif le plus élevé est à 14c€ alors qu'on continue à payer l'intégré au bati à 29c en France. Et les installation jusqu'à 10 MW sont à 9,7c, alors qu'on a passé des appels d'offre autour de 15c d'après le peu d'info qui a circulé en France récemment.

Alors au tarif Allemand, et d'autant plus que c'est la différence avec le tarif de marché proche de 5c qu'on paye, le solaire ne coûte plus trop cher. Mais pas à celui Français, on attend donc que cela s'aligne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :