Pétrole : une stabilisation à 100 dollars le baril en 2014 ?

L'organisme de recherche IFP EN table sur une offre excédentaire l'année prochaine, et par conséquent sur une baisse des prix.
Une mésentente entre l'Arabie, l'Iran et l'Irak pourrait au contraire conduire à une pression baissière forte, tandis qu'une instabilité géopolitique persistante entraînerait à nouveau des fluctuations des cours entre 100 et 120 dollars par baril, comme en 2013.
Une mésentente entre l'Arabie, l'Iran et l'Irak pourrait au contraire "conduire à une pression baissière forte", tandis qu'une instabilité géopolitique persistante entraînerait à nouveau des fluctuations des cours entre 100 et 120 dollars par baril, comme en 2013. (Crédits : reuters.com)

100 dollars le prix du baril de pétrole brut. Tel est le pronostic de l'organisme de recherche IFP Energies nouvelles, présenté ce jeudi lors d'une conférence de presse au Musée des Arts et Métiers à Paris. Une tendance baissière qui suivrait la trajectoire actuelle puisque les prix ont déjà (légèrement) reculé en 2013, avec un baril de Brent à 108 dollars en moyenne contre 111 dollars en 2011 et 2012. 

Et pour cause, selon le président de l'institut Olivier Appert, "globalement, un surplus d'offre est un scénario envisageable en 2014". Ce qui implique donc une baisse des prix.

Une hausse de la production

Dans le détail, une hausse de la production est envisageable cette année en Libye et en Irak, deux pays en proie à une forte instabilité, ainsi qu'en Iran en cas de levée de l'embargo pétrolier cet été.  "Entre Iran et Libye, c'est un retour potentiel de 2 millions de barils par jour en 2014", a précisé Olivier Appert.

Les Etats-Unis ne sont pas en reste:

"Il faudra aussi compter sur la montée en puissance des huiles de schiste aux Etats-Unis: un million de barils par jour supplémentaires sont prévus en 2014, ce qui porterait la production totale de liquides à près de 11 millions de barils par jour".

Pour l'heure, l'Oncle Sam interdit les exportations de brut produit sur leur territoire, hormis vers le Canada. Mais cette interdiction est actuellement contestée, notamment par les compagnies pétrolières, à l'heure où la production américaine de brut bondit grâce à l'exploitation des ressources d'hydrocarbures dites non conventionnelles.

L'Arabie saoudite fera en sorte d'éviter l'effondrement des cours

Dans ce contexte, "l'Arabie saoudite sera amenée à jouer son rôle historique de "swing producer" pour éviter un effondrement des cours". Le royaume devra ainsi ajuster sa production pour garantir la stabilité des prix, a estimé Olivier Appert.

Selon lui, "ce pays a intérêt, pour des raisons budgétaires, comme d'ailleurs la plupart des pays de l'Opep, à une stabilisation du niveau des prix. Une entente par nécessité ou par raison devrait ainsi s'imposer entre les divers pays de l'Opep en dépit de leur opposition politique croissante. Un équilibre autour de 100 dollars par baril sera un bon compromis".

Une mésentente entre l'Arabie, l'Iran et l'Irak pourrait au contraire "conduire à une pression baissière forte", tandis qu'une instabilité géopolitique persistante entraînerait à nouveau des fluctuations des cours entre 100 et 120 dollars par baril, comme en 2013. Fin août, au moment de la question d'une possible intervention militaire en Syrie, certains experts anticipaient même une flambée des cours à 150 dollars le baril.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 09/02/2014 à 19:23
Signaler
Ce qui est récurant c'est de constater qu'on nous informe souvent d'une baisse de prix du baril qui n'est JAMAIS répercuté sur le prix a la pompe. En revanche quand on nous annonce une hausse elle est DIRECTEMENT répercuté a la pompe. QUE FONT LES SE...

à écrit le 08/02/2014 à 19:55
Signaler
Je penche , pour ma part sur une très légère baisse ...aux environs de 96 , 95 dollars le baril , sur la base d'une absence de décollage économique dans le monde dans son ensemble. Pour ce qui est de la durée , je me baserai sur le cycle de Jugla , l...

à écrit le 07/02/2014 à 17:34
Signaler
Le risque systémique pétrolier pèse sur la finance qui pèse à son tour sur l'économie. L'idée de l'or monétaire comme l'idée du pétrole monétaire sont dépassées. Elles enrichissent trop fortement nos concurrents! Le pétrole devrait donc baisser comme...

à écrit le 07/02/2014 à 17:26
Signaler
Voilà une prévision, surtout en ce qui concerne le pétrole , qui relève de la boule de cristal. Nul ne sait ce qui peut arriver dans le monde, qui peu à tout moment inverser la tendance. Ma boule de cristal personnelle me dit qu'au contraire, le pé...

à écrit le 07/02/2014 à 16:25
Signaler
Si le dollar remonte (ce que beaucoup prévoient), il n'y aura aucune raison pour que le prix du baril augmente, car les pays de l'OPEP ont fixé le prix aux alentours de 100 $.

à écrit le 07/02/2014 à 14:04
Signaler
C'est amusant l'histoire du gaz de pétrole: 70% des frnçais seraient pour qu'on fasse les recherches pour l'exploitation...

à écrit le 07/02/2014 à 10:57
Signaler
Ça permettra d'amortir la taxe carbone (Climat Energie) sur les carburants en 2015 (présente sur le gaz domestique en 2014). On contribuera de façon presque indolore (étonnant que la taxe CO2 serve à réduire le coût du travail, pas très écolo comme a...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.