Climat : 11 petits actionnaires de TotalEnergies lui demandent de respecter l'Accord de Paris

Un peu plus d'un mois avant l'assemblée générale de TotalEnergies prévue le 25 mai, cette année encore, un groupe d'investisseurs représentant environ 0,8% du capital de la société, a déposé une résolution pour demander que les objectifs d'émissions du groupe pétrolier français se conforment à l'Accord de Paris sur le climat.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Les assemblées générales des grands groupes pétroliers sont devenues le lieu de débats intenses sur leur transition énergétique, les actionnaires exigeant plus d'engagements des majors pour s'assurer de leur capacité à atteindre la neutralité carbone. Un peu plus d'un mois avant l'assemblée générale de TotalEnergies prévue le 25 mai, un groupe de petits investisseurs représentant 0,8% du capital, a déposé une résolution pour demander que les objectifs d'émissions du groupe pétrolier français se conforment à l'Accord de Paris sur le climat.

Pour rappel, cet accord de l'ONU, conclu à Paris en décembre 2015 à l'issue de la COP21, exige de ses signataires qu'ils limitent le réchauffement de la planète en maintenant l'augmentation de la température "bien en dessous" de 2 degrés Celsius (2°C), et de préférence en dessous de 1,5°C d'ici à 2100, par rapport à la période préindustrielle.

Un groupe d'investisseurs qui appellent à "l'exemplarité"

"Malgré des améliorations, TotalEnergies n'a pas répondu aux attentes des investisseurs concernant l'alignement de ses objectifs de réduction sur l'Accord de Paris", a déclaré le groupe de 11 investisseurs, dans un communiqué publié mercredi.

"Avec cette résolution, nous encourageons la société à devenir le premier géant du pétrole et du gaz à aligner complètement ses objectifs pour 2030 sur (une limite de) 1,5 degré et à être un exemple pour les autres acteurs du secteur", a déclaré Bas Bijleveld, conseiller en investissement responsable et gouvernance chez MN, qui dirige l'initiative.

Les autres investisseurs soumettant la résolution sont Achmea Investment Management, Aegon Asset Management, APG, BPL Pensioen, DPAM, Edmond de Rothschild Asset Management, Greater Manchester Pension Fund, La Financière de l'Echiquier, PGGM Investments et Van Lanschot Kempen.

Réagissant à cette résolution, TotalEnergies a redit mercredi "son engagement pris en mai 2021 de rendre compte à l'AG des progrès réalisés en matière de développement durable et de transition énergétique vers la neutralité carbone".

Le groupe "soumettra son rapport "Sustainability and Climate" au vote consultatif des actionnaires", ajoute-t-il, jugeant cette démarche "say on climate" "innovante et un réel progrès au sein du CAC40".

En avril 2021, le "Say on climate" des pétroliers à l'épreuve des actionnaires

En avril 2021, l'an dernier, la pression exercée par certains investisseurs montait aussi au moment des assemblées générales des grands pétroliers : celle de TotalEnergies mais aussi de BP, de Shell, de Chevron et d'ExxonMobil.

| Lire: Le "Say on climate" de Total à l'épreuve des actionnaires

| Lire: Climat : la résolution de Total ne fait pas l'unanimité chez les investisseurs

Lors de l'assemblée générale de Shell par exemple, la résolution portée par l'association environnementale néerlandaise Follow This, qui demandait au pétrolier anglo-néerlandais de se donner des objectifs plus ambitieux, avait été soutenue par un peu plus de 30% des votes. Un soutien qui avait plus que doublé en un an.

En avril 2020, une autre action, emmenée là encore par onze investisseurs représentant au total 1,35 % du capital de Total, demandait au pétrolier de se conformer aux objectifs de l'Accord de Paris, en réduisant ses émissions directes et indirectes, notamment en "cessant l'exploration et l'exploitation de toutes nouvelles réserves d'hydrocarbures".

Les 11 actionnaires signataires de cette précédente résolution climat ne se retrouvent pas en 2022: en avril 2020, on trouvait entre autres La Banque Postale, Crédit Mutuel Asset Management, Actiam ou encore Ecofi Investissements, et la société de gestion Meerschaert qui avait coordonné l'initiative. Pour convaincre les autres actionnaires de soutenir leur résolution, ces onze actionnaires-là avaient avancé l'argument financier: les investissements dans les énergies fossiles risquent de devenir des "stranded assets", c'est-à-dire des actifs aujourd'hui surévalués, qui pourraient perdre de leur valeur en raison de la lutte contre le réchauffement. Une menace qui avait déjà poussé des géants de la finance à verdir leur portefeuille.

Lire aussi 3 mnDes actionnaires de Total lui demandent d'en faire plus sur le climat

Ce dépôt de résolution n'a pas eu d'impact sur le cours de Bourse. A la clôture hier à Paris, l'action du pétrolier a terminé en hausse de +1,21% à 46,98 euros.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 14/04/2022 à 20:36
Signaler
Heureusement pour tous ces Ayatollahs qu'on n'exige pas d'eux autant de perfection dans tous les domaines... La tolérance zéro, en général ils sont contre, d'ailleurs !

à écrit le 14/04/2022 à 19:04
Signaler
Des actionnaires contre leurs propres intérêts et investissements !! Bienvenue chez les wokes écolo bobos transhumanistes du nouvel ordre mondial!!

à écrit le 14/04/2022 à 15:50
Signaler
Pour la plupart, NOS entreprises du CAC 40 ont une majorité d'actionnaires étrangers, fort heureusement pour ces entreprises ... et leurs dirigeants; cette situation est largement imputable à la sottise de nos gouvernants et du Bon Peuple de France q...

à écrit le 14/04/2022 à 9:11
Signaler
c'est tres facile pour eux de faire appliquer ca, il leur suffit de faire une opa sur le groupe ( oui c'est sur, ca coutera plus que 11 fois 46 euros), puis pourront faire avec total ce qu'ils veulent; planter des haricots bio, faire du vent, ou fabr...

à écrit le 14/04/2022 à 8:25
Signaler
" 11 petits actionnaires " Tout est dit !!!!!!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.