Energie : les startups des services à la rescousse d'opérateurs historiques fragilisés

 |   |  941  mots
Basculer de la vente d'énergie à celle de services
Basculer de la vente d'énergie à celle de services (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Face à l’effondrement des prix sur les marchés de gros et à l’irruption de nouveaux concurrents, les acteurs européens de l’énergie n’ont d’autre échappatoire que de développer des services à valeur ajoutée afin de fidéliser leurs clients et de préserver leurs marges. C'est ce qu'explique à La Tribune Philippe Vié, directeur adjoint en charge du secteur Energie et Utilities chez Capgemini

Les temps sont durs pour les grandes utilities européennes. Entre l'effondrement des prix sur les marchés de gros et la situation surcapacitaire qui s'installe sur fond de ralentissement économique et de développement rapide des énergies renouvelables, les producteurs d'électricité à partir de sources conventionnelles sont à la peine. En France, EDF se débat entre difficultés financières, gigantesques besoins d'investissements pour entretenir son parc nucléaire et développer les nouvelles générations d'EPR et, maintenant, tension sur l'approvisionnement en raison de la fermeture d'un nombre exceptionnel de réacteurs à la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire. En Allemagne, E.ON et RWE affichent des résultats financiers calamiteux et tentent de faire face en scindant leurs activités en deux.

Pour Cap Gemini, qui vient de publier son dix-huitième Observatoire européen des marchés de l'énergie, le manque de cohérence des politiques européennes, et en premier lieu leur soutien indéfectible aux énergies renouvelables, aurait joué un rôle déterminant dans cette situation. Depuis 2004, l'Europe a investi 750 milliards d'euros dans les renouvelables, ce qui, ramené à sa population (7% de la population mondiale) et à son PIB, en fait le leader évident de la lutte contre le changement climatique.

« Le coût des énergies renouvelables a baissé mais elles ne sont pas encore compétitives face au gaz ou au nucléaire, si l'on prend en compte le surcoût de 30% en moyenne qu'implique leur distribution, les réseaux devant évoluer pour gérer l'intermittence (stockage, smart grids) », affirme Philippe Vié, directeur adjoint en charge du secteur Energie & Utilities chez Capgemini. Tout en reconnaissant que « sans la transition énergétique et notamment les énergies renouvelables, les opérateurs de réseau auraient sans doute investi autant, mais pas aux mêmes endroits et pas sur les mêmes projets ».

Le charbon plus compétitif que les renouvelables

Les centrales à gaz souffrent tout particulièrement. « Les surcapacités ont conduit au dé-commissionnement de 40 GW de moyens de production de pointe (charbon, gaz, fuel) en Europe ces 5 dernières années et 40 GW supplémentaires vont suivre dans les trois ou quatre prochaines années », témoigne ainsi Philippe Vié.

Cerise sur le gâteau, cette situation risque de rendre le charbon comparativement plus compétitif et de contrevenir ainsi aux objectifs européens en matière climatique : « Dans le merit order (qui consiste à appeler en période de pointe en priorité les centrales au coût marginal le plus faible), après les énergies renouvelables, le charbon vient actuellement avant le gaz» se désole ainsi Philippe Vié. Or la production des centrales à charbon émet 0,9 tonne de CO2 par mégawattheure, contre 0,4 t/MWh pour le gaz.

Autre menace qui pèse sur les utilities : la baisse des prix des équipements de production d'énergies renouvelables sur un marché surcapacitaire rend de plus en plus intéressants les actifs de production correspondants, qui deviennent accessibles à des communautés - opérant sur des marchés locaux. « Ces communautés, lorsqu'elles regroupent sur une place de marché des producteurs renouvelables et des consommateurs, désintermédient les fournisseurs, une mauvaise nouvelle pour les opérateurs historiques. »

Bientôt de nouveaux concurrents

Face à cette situation intenable, Cap Gemini conseille de travailler sur le captage et stockage de CO2, d'établir un prix du CO2 qui ait du sens (soit un prix plancher, soit une taxe) et de trouver les financements pour l'efficacité énergétique. « La situation financière dégradée des opérateurs européens et les investissements incontournables les contraignent à retarder leurs investissements ou à vendre leurs actifs, souvent de réseau. » De nombreuses cessions sont intervenues ces dernières années. Or les réseaux ont une valeur et assurent des revenus et une rentabilité réguliers.

Les utilities doivent également faire face à l'apparition de concurrents venus d'autres secteurs d'activité, tels que ceux issus de la construction et des services associés désignés sous l'appellation « smart building » (gestion technique du bâtiment assortie d'un bouquet de services). Les GAFA et les acteurs issus des telecoms ne sont évidemment pas en reste, comme les pétroliers ou les équipementiers qui basculent également vers les services.

« Et on devrait bientôt voir apparaître encore de nouveaux acteurs venus de secteurs très éloignés, mais qui possèdent d'importantes bases de données clients », promet encore Philippe Vié.

De la vente de commodités à celle de services

Dans cette situation, « les utilities traditionnelles doivent trouver de nouveaux gisements de revenus autour de la vente de services », martèle-t-il donc. « Certains projettent à relativement court terme de basculer de la vente de commodités à la vente de services », témoigne-t-il. C'est le cas notamment d'Eneco, aux Pays-Bas, avec ses offres d'"energy as a service" et son thermostat Smart Home « Toon » qui pénètre un nombre très important de foyers. En Angleterre, l'offre « Hive active heating » de British Gas connaît également une croissance importante.

La plupart des consommateurs qui s'équipent d'un terminal leur permettant de gérer leur consommation énergétique le font en priorité pour les autres services offerts, qu'il s'agisse de la météo ou des horaires de trains. « La question est de trouver quels sont ces services additionnels que le consommateur va vouloir payer... », reconnaît Philippe Vié.

Pour développer ces offres, Eneco ou British Gas se sont appuyés sur des startups, comme les utilities françaises commencent à le faire, via des incubateurs, des concours de jeunes pousses ou encore des fonds d'investissement dédiés. Et le temps presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2016 à 8:57 :
Je pense que Dominique Pialot connaît le livre de Benjamin Dessus "déchiffrer l'énergie". Tout y est expliqué.
a écrit le 06/12/2016 à 8:36 :
L'énergie ne doit pas être soumise aux lois du marché comme une marchandise ordinaire. L'Etat doit intervenir par la taxation, progressivement, et jusqu'à un certain niveau d'équilibre, avec une indemnité compensatrice. Qui est en mesure de nous le faire comprendre? Tout cela est décrit dans la note n°6 du CAE.
a écrit le 30/11/2016 à 12:23 :
Le bas prix des énergies fossiles liée à la production de gaz de schiste américain et à l'offre du marché via la production maximale actuelle de la Russie comme d'autres pays producteurs et par ailleurs des investissements auparavant dans des centrales thermiques et des mauvais choix sont plus responsables de cette situation des opérateurs que les renouvelables. Une taxation plus élevée et progressive du CO2 comme des énergies fossiles depuis plus longtemps ainsi qu'une certaine stabilité aurait permis une transition plus importante. Cette situation va perdurer puisque les véhicules électriques vont être compétitifs dès 2022 donc maintenir un prix du pétrole modéré et le prix des renouvelables va continuer de baisser fortement comme celui du stockage et l'efficacité énergétique va continuer de s'améliorer. Les bénéfices sont plus à chercher dans des installations de stockage, l'amélioration du réseau et les énergies renouvelables dont plusieurs sont encore en retard comme l'hydrolien etc de même la vente de produits adaptés dans le domaine de l'énergie pour les particuliers et entreprises avec des professionnels qualifiés et SAV, ce qui manque encore alors qu'il y a beaucoup de technologies plus performantes à utiliser et à mieux intégrer dans l'habitat. Le captage de C02 n'a pas vraiment d'intérêt sinon dans le cadre de la méthanation qui n'est cependant pas parmi les premières solutions de stockage. Les opérateurs d'énergies fossiles ne vont plus avoir la cote s'ils ne s'adaptent rapidement et ce ne sont pas les services à valeur ajoutée qui vont compenser. Il en est de même dans l'automobile ou l'essor de l'électrique va faire baisser les valorisation des grands groupes reposant sur les technologies du pétrole. Delphi pourtant diversifié en subit déjà les conséquences et voit ses perspectives réduites. Areva, EDF n'ont pas su s'adapter assez vite, on espère que la liste ne va pas s'allonger et que l'on va plutôt continuer de soutenir les start-up et autres entreprises qui ont bien compris les changements en cours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :