Comment l'industrie européenne transforme la pollution en profit

 |   |  871  mots
Les industries à forte intensité énergétique profitent d'un nombre excessif de quotas gratuits qui leur sont attribués dans le cadre du système d'échange de quotas d'émission (ETS), et d'allégements fiscaux « extrêmement généreux » : 25 milliards d'euros entre 2008-2015, à comparer aux 143 milliards de manque à gagner pour les Etats (dont les gouvernements, rappelons-le, soutiennent ces industriels). (Photo : centrale thermique d'E.ON en Allemagne)
Les industries à forte intensité énergétique profitent d'un nombre excessif de quotas gratuits qui leur sont attribués dans le cadre du système d'échange de quotas d'émission (ETS), et d'allégements fiscaux « extrêmement généreux » : 25 milliards d'euros entre 2008-2015, à comparer aux 143 milliards de manque à gagner pour les Etats (dont les gouvernements, rappelons-le, soutiennent ces industriels). (Photo : centrale thermique d'E.ON en Allemagne) (Crédits : Reuters)
Au lieu de poursuivre de véritables plans de décarbonation, les industries énergivores européennes ont réussi à transformer la pollution en profit. Le Réseau Action Climat dénonce le marché du carbone, les aides fiscales et des soutiens divers. Un article de notre partenaire Euractiv.

Selon l'ONG Réseau Action Climat, les industries à forte intensité énergétique utilisent trois leviers différents pour profiter des émissions polluantes : le nombre excessif de quotas gratuits dans le cadre du système communautaire d'échange de quotas d'émission (ETS), des allégements fiscaux « extrêmement généreux » et le soutien des gouvernements européens.

Le Réseau Action Climat (CAN) se définit comme étant la plus grande coalition d'Europe travaillant sur les questions climatiques et énergétiques. Il représente 140 organisations issues de 30 pays européens.

Payées pour polluer

« Plutôt que de payer pour la pollution émise, comme prévu dans le cadre de l'ETS, les industries très énergivores parviennent à gagner de l'argent grâce à une combinaison d'exception », explique une étude de l'ONG.

Climat Action Network Europe poursuit :

« Un exemple flagrant : les bénéfices exceptionnels provenant des quotas d'émission excédentaires que les acteurs industriels ont initialement reçus, d'une valeur de plus de 25 milliards d'euros au cours de la période 2008-2015, tandis que les gouvernements ont enregistré un manque à gagner de 143 milliards d'euros suite à l'attribution gratuite de permis de pollution au cours de la même période. »

Environ 45 % de la production de gaz à effet de serre de l'Union européenne est régulée par l'ETS, la politique phare de l'Union pour lutter contre le réchauffement climatique en faisant payer le droit d'émettre du dioxyde de carbone (CO2).

L'ETS plafonne les émissions d'environ 12.000 centrales électriques, usines et compagnies aériennes, qui payent en permis carbone chaque tonne de dioxyde de CO2 émise annuellement d'ici fin avril de l'année suivante. Ce système repose malheureusement sur un trop grand nombre de permis, ce qui le rend inefficace.

Selon de nouvelles données publiées le 3 avril, les émissions du marché européen du carbone ont augmenté pour la première fois en sept ans en 2017.

Dave Jones, un analyste de l'ONG britannique Sandbag, qui a analysé ces données, s'inquiète de l'augmentation des émissions. « Le rythme de construction de l'éolien et du solaire n'est pas suffisant pour décarboner rapidement le secteur de l'électricité, surtout à mesure que la demande d'électricité augmente et que les centrales nucléaires ferment », assure-t-il.

Menace à la santé

Selon l'étude du CAN, les industries particulièrement énergivores bénéficient en outre d'importants allégements fiscaux et d'un soutien gouvernemental d'une valeur de près de 15 milliards d'euros.

L'Allemagne est l'exemple le plus emblématique.

« Les ménages [allemands] paient presque deux fois plus pour leur électricité que les secteurs industriels à forte intensité énergétique, le total des gains financiers provenant des régimes fiscaux s'élevant à plus de 17 milliards d'euros en 2016, soit à peu près le même montant que le budget fédéral allemand de 2017 pour la recherche et l'éducation », regrettent les auteurs de l'étude.

Outre l'impact climatique, le soutien continu des gouvernements européens en faveur des secteurs énergivores a un impact négatif sur la santé des citoyens, rappelle l'ONG.

« En raison de ces subventions et d'absence de stratégie de décarbonation, ce sont les citoyens qui paient la facture du changement climatique et de la pollution de l'air », avertit-elle. « Chaque année, 231.554 Européens meurent prématurément en raison de la pollution atmosphérique, dont près d'un quart provient des industries énergivores, et les coûts de santé associés à ces émissions s'élèvent à au moins 215 milliards d'euros. »

La Chine en tête

Parallèlement à leur impact sur la santé publique, les subventions et l'insuffisance des objectifs de réduction des émissions ont un impact économique négatif, indique le CAN, faisant valoir qu'elles n'incitent guère les industries à forte intensité énergétique à innover et à devenir plus propres.

« L'Europe prend du retard sur ses concurrents dans d'autres régions, comme la Chine, qui investissent massivement dans l'innovation et la mise à niveau de leur industrie et commencent à être compétitifs dans des secteurs à forte valeur ajoutée dans lesquels excellait auparavant l'industrie européenne », selon le rapport.

Les entreprises assurent avoir besoin de ces subventions pour éviter les « fuites de carbone », le transfert des mêmes activités industrielles vers des pays moins réglementés afin d'éviter les coûts associés au marché du carbone de l'UE, entraînant une perte d'emplois et de revenus dans l'Union.

C'est l'argument utilisé par l'industrie allemande qui a conduit la Commission européenne à approuver en 2013 les régimes d'aide de Berlin. Ceux-ci permettent à des industries telles que les producteurs d'acier et de ciment de recevoir une compensation pour les coûts d'électricité plus élevés associés à l'ETS. Le programme d'aide a débuté en 2014 et s'achèvera en 2020.

La CAN indique pourtant que les industries européennes paient moins cher leur électricité que nombre de leurs concurrents. Une étude d'instituts de recherche allemands montre ainsi que les secteurs allemands énergivores déboursent environ 25% de moins pour l'électricité que leurs rivaux chinois.

___

Par Claire Stam, Euractiv.com (traduit par Manon Flausch)

(Article publié le mardi 10 avril 2018, à 7:40 mis à jour à 11:01)

___

Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2018 à 21:35 :
Révélation intéressante, qui confirme que le secteur est victime des "Fat Cats", tel que titré dans le rapport.
Il y a eu bien pire et il faut aussi se rappeler des escroqueries sur les quotas carbone dont a été victime l'Europe et surtout la France, qui auraient coûté 1.6 Milliards €, (http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/08/14/l-incroyable-histoire-de-l-arnaque-au-carbone-le-resume-des-cinq-episodes_5172257_4415198.html)

Sur le fond, on peut aussi se demander si c’était une bonne idée de "valoriser" la pollution ?
Certes il faut bien commencer par quelque chose et on va retrouver les divergences sur les choix entre la punition ou l’incitation, autant faire les deux.

Cela vaut la peine de consulter le rapport complet. Il y est aussi question d'opportunités pour l’innovation.

Pour faire des comparaisons on peut aussi lire le rapport complet Edition 2018 : datalab-27-CC-climat-nov2017.pdf
www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
La solution est bien du côté des énergies renouvelables, encore faut il tenir les engagements des diverses COP et autres traités.
L’Allemagne y arrive, mais pas encore au point de compenser ses dérives en émissions de CO2, c’est bien le seul inconvénient d’avoir une industrie et beaucoup l’envient (les industriels participent à plus de 50 % des émissions de gaz à effet de serre)
En Angleterre ils ont réussi à abaisser leurs émissions (https://www.la-croix.com/Monde/Europe/2017-annee-verte-Royaume-Uni-2017-12-28-1200902439)
Réponse de le 12/04/2018 à 11:36 :
Je partage votre avis sur le "commerce" discutable des droits à polluer. On ne voit pas en quoi cela réduit les émissions polluantes, au contraire, elle permet aux plus polluants d'aggraver leur cas. Tout au plus est-ce un une taxe payée par les pays les plus polluants au profit des moins polluants, principalement les pays sous développés.
a écrit le 11/04/2018 à 11:28 :
Il y a bien une solution efficace contre les émissions polluantes: le nucléaire. Ni CO², ni particule fine, mais l'opinion publique française n'en veut pas. Elle préfère les hydrocarbures ou pire, la biomasse, la plus polluante de toutes les sources d'énergie. L'éolien et le voltaïque (de l'ordre de 1% chacun) sont marginaux.

Ce qui n'empêche pas qu'il y ait actuellement une quarantaine de centrales nucléaires en construction ou en projet dans le monde. Même le Japon vient de décider de relancer deux centrales après rénovation. Pendant ce temps, nous fermons Fessenheim.
a écrit le 10/04/2018 à 19:52 :
Il serait bien de rappeler que la pollution en Chine est un problème majeur et que non, la Chine n'est pas "en avance" sur ce sujet. Cela dit la Chine a l' excuse d'avoir 1,4 milliards d'habitants.
Quant aux USA, il faut savoir qu'un américain pollue quasiment trois fois plus qu'un européen ou qu'un chinois. Une honte.
a écrit le 10/04/2018 à 15:27 :
Excellent article, merci beaucoup, ça ne fera pas le buzz forcément du fait que cela ne sera jamais repris mais par contre c'est le genre d'articles qui s'inscrivent dans le temps devenant référents.

Quand je dis que nous subventionnons massivement les actionnaires milliardaires d'une façon ou d'une autre et que du coup en planquant leur argent dans les paradis fiscaux ils ne nous remercient pas trop.
a écrit le 10/04/2018 à 14:05 :
"Chaque année, 231 554 Européens meurent prématurément " j'admire la précision, le modèle statistique est performant. Comme une collègue qui calculait par pesée les volumes avec deux chiffres après la virgule (la densité d'un liquide dépend de la température).
"ce sont les citoyens qui paient la facture du changement climatique et de la pollution de l'air" ben oui, comme l'eau vs l'agriculture. Les industriels polluent pour nous, à nous de payer (ou de ne pas consommer pour ne pas avoir d'industrie, qui pollue).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :