"La France peut devenir leader en matière d'innovation environnementale" Marie-Vorgan Le Barzic, Numa

Parmi les nombreux side events du One Planet Summit(*) qui se tient demain à Paris, la Station F accueille aujourd'hui Tech For Planet, dédié aux startups. Marie-Vorgan Le Barzic, à la tête du réseau mondial de l'innovation Numa, qui organise l'événement, explique à La Tribune son sens.

4 mn

Le startups qui oeuvrent pour l'environnement sont non seulement de plus en plus nombreuses, mais aussi de plus en plus efficaces, et leurs centres d'intérêts convergent de plus en plus avec ceux des grands groupes, analyse Marie-Vorgan Le Barzic .
"Le startups qui oeuvrent pour l'environnement sont non seulement de plus en plus nombreuses, mais aussi de plus en plus efficaces, et leurs centres d'intérêts convergent de plus en plus avec ceux des grands groupes", analyse Marie-Vorgan Le Barzic . (Crédits : DR)

LA TRIBUNE - Pourquoi dans le cadre du One Planet Summit(*) avez-vous voulu organiser un événement consacré aux startups, Tech for Planet ?

MARIE-VORGAN LE BARZIC - A Numa, nous sommes convaincus depuis longtemps que, si le développement technologique ne peut pas être arrêté et est fondamentalement bon pour l'humanité, il ne peut pas être poursuivi au détriment de la planète. Nous connaissons l'impact dramatique que peuvent avoir le stockage et l'utilisation des big data... Notre sens de responsabilité nous impose donc d'accompagner les startups qui œuvrent pour l'environnement.

Sont-elles nombreuses ?

Nous constatons qu'elles sont non seulement de plus en plus nombreuses, mais aussi de plus en plus efficaces, et que leurs centres d'intérêts convergent de plus en plus avec ceux des grands groupes. Cela est par exemple très évident dans le cadre de notre programme consacré aux villes, Data City. Le constat est très proche de celui que l'on peut formuler en matière d'égalité entre femmes et hommes : le vivier existe, il faut maintenant lui permettre de grandir.

Quels seraient à votre sens les meilleurs leviers ?

Avoir conscience de l'existence de ces solutions en est déjà un. Mais il faut aussi accepter de se placer dans une logique d'itération favorisant l'expérimentation, en renonçant à chercher la solution parfaite. Le développement de partenariats entre l'ensemble des acteurs, à savoir les villes, les acteurs industriels et les startups, est aussi indispensable pour permettre à ces dernières de grandir.

| Lire aussi Quand public et privé s'allient pour financer la transition énergétique

Quid du financement, au centre du One Planet Summit(*) ?

Parler de financement de l'innovation environnementale impose d'aborder deux sujets. Le premier est celui de comment apporter aux startups du secteur des moyens dédiés : des annonces importantes seront faites en ce sens par nos partenaires dans le cadre de Tech For Planet. Le deuxième implique de se demander comment se détourner des projets qui avancent au détriment de la planète. La clé est d'intégrer de nouveaux indicateurs qui permettent d'orienter les efforts dans une perspective de plus long terme, en arrêtant d'opposer performance économique et planétaire, par exemple dans le cadre d'allocations de fonds. Nos échanges avec la présidence de la République ont montré que nous sommes d'accord sur ce point. Et des partenaires tels que BNP Paribas, qui s'est retiré des projet d'extraction dans le gaz de schiste, se sont déjà lancés dans cette voie. Cette approche, nouvelle, est indispensable, puisque les échéances critiques pour la survie de nos écosystèmes se rapprochent dramatiquement : elles se situent désormais à l'horizon 2020.

| Lire aussi Climat : les entreprises mobilisées à la veille du One Planet Summit

Les pouvoirs publics sont-ils assez engagés en ce sens ?

Les villes le sont déjà beaucoup. En France notamment, nombre d'entre elles mettent en place des expérimentations à très grande échelle visant à résorber les problèmes liés à l'urbanisation. En tant qu'Etat, la France commence aussi à prendre des mesures, et le signal lancé par Emmanuel Macron via le One Planet Summit, mettant l'accent sur la finance, produira probablement des effets. Les startups attendent toutefois encore une réglementation universelle, fiscale et financière, qui favoriserait la mise en oeuvre de leurs solutions.

L'effort des villes et de l'Etat français donne-t-il ses fruits en termes de perfomance des startups de l'Hexagone ?

Aujourd'hui, on ne peut pas affirmer que la France soit leader en matière d'innovation environnementale. Mais nous pouvons décider de le devenir, car tout converge chez nous : compétences en matière d'intelligence artificielle, présence de grands groupes spécialisés dans la gestion des ressources, engagement des pouvoirs publics. Nous avons les moyens de créer un hub européen, voire français, sur ce marché qui vaut déjà des dizaines de milliards d'euros.

>> Lire aussi La France pionnière et moteur de la finance verte

___

(*) Le "One Planet Summit", co-organisé par la France, l'ONU et la Banque mondiale, se déroulera le mardi 12 décembre 2017 sur l'Île Seguin, à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. En parallèle de ce sommet, se déroulent d'autres événements (side events) organisés le 10, 11 et 13 décembre.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 12/12/2017 à 15:14
Signaler
Place à l’innovation et au changement de modèle. Encore faut t’il que l’on sorte du conservatisme ambiant et de l‘autosatisfaction pour laisser la possibilité à ces entreprises et technologies de se développer. On ne pourra perpétrer des modèles qui...

le 12/12/2017 à 17:15
Signaler
Et pour compléter sur l'aspect énergétique : Puisque les datas et l’énergie sont obligatoirement liés, ne serais que du fait que les deux reposent sur la gestion des flux. Une forme de convergence que Jeremy Rifkin qualifie de « troisième révolutio...

à écrit le 12/12/2017 à 11:15
Signaler
grace a la Tribune, je decouvre tous les jours des "petits jeunes" parfaitement improductifs (mais sans doute bien payés)....quand ils ne sont pas nuisibles.

à écrit le 12/12/2017 à 11:14
Signaler
grace a la Tribune, je decouvre tous les jours des "petits jeunes" parfaitement improductifs (mais sans doute bien payés)....quand ils ne sont pas nuisibles.

à écrit le 11/12/2017 à 18:58
Signaler
C'est bien mignon tout ces écolo-bobos qui nourrissent leurs rêves à crédit avec notre argent mais c'est ridicule. Ils sont encore en train de vouloir planifier, preuve, s'il en était besoin, que notre pays en dérive totale. Ailleurs dans le monde, ...

le 11/12/2017 à 21:30
Signaler
Mais qu'avez-vous fait, vous , d’important pour votre pays qui vous donne le droit de donner des leçons a des gens qui se bougent le c.l pour améliorer la vie de leurs semblables ?

à écrit le 11/12/2017 à 17:56
Signaler
la france innove en investissant sur l'avenir!!! heuliez, la sncm, et tt le reste! y a aussi l'interdiction de rouler en voiture ( qui sera bientot passible de camp), l'obligation de rendre a+++ des maisons qui ne le seront jamais ( sauf batiments p...

à écrit le 11/12/2017 à 17:35
Signaler
L'économie "verte" n'existe pas depuis COP21. Les panneaux solaire sont fabriqué depuis plus de 20 ans les éoliennes aussi. Les Danois, les Allemands et les Espagnoles ont été parmi les premiers, aujourd'hui les chinois et les américains et demain pe...

à écrit le 11/12/2017 à 16:38
Signaler
Si nous respectons au moins notre environnement! Pour l'économie et la finance il y a une autre écologie, celle de l'argent!

à écrit le 11/12/2017 à 16:06
Signaler
Vous parlez toujours de la France comme si elle était souveraine, la France paiera mais l'UE de Bruxelles récoltera!

le 11/12/2017 à 16:27
Signaler
Bruxelles n est il pas un eldorado fiscal pour certains ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.