Nucléaire : Macron prêt à annoncer le lancement de six EPR d'ici à la fin de l'année

Emmanuel Macron ne compte pas abandonner le nucléaire. Selon Le Figaro, il souhaiterait annoncer d’ici Noël la construction de six nouveaux EPR. Déjà, la semaine dernière, il s'est engagé à investir un milliard d'euros dans cette énergie d'ici 2030 pour développer des "technologies de rupture", notamment des petits réacteurs, dits SMR ("small modular reactors").

4 mn

Jusqu'ici, la France affiche du retard dans la course à ces petits réacteurs.
Jusqu'ici, la France affiche du retard dans la course à ces petits réacteurs. (Crédits : Reuters)

Alors que, à six mois de l'élection présidentielle, le débat sur le renouvellement du parc énergétique français repart, le chef de l'Etat affiche ses positions. Selon le Figaro, Emmanuel Macron veut annoncer avant Noël la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR en France. Au printemps dernier, EDF a proposé au gouvernement un projet de construction de six EPR, dont le coût était estimé jusque-là à à 46 milliards d'euros. Fin 2020, le conseil d'administration de l'entreprise avait identifié formellement les sites capables d'accueillir les futurs EPR, à la centrale de Penly (Seine-Maritime), de Gravelines (Nord) et dans la région Rhône-Alpes. Objectif d'EDF : les lancer le plus tôt possible pour les mettre en service à partir de 2035, "car les procédures et la construction prennent du temps", avait déclaré en septembre Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF.

Cette information intervient une semaine après les annonces du président de la République sur la relance du nucléaire en France. Emmanuel Macron s'est en effet engagé à investir un milliard d'euros dans l'énergie nucléaire d'ici 2030 pour développer des "technologies de rupture", notamment ces petits réacteurs, dits SMR ("small modular reactors"). Mais le chef de l'Etat, qui a souvent souligné les avantages du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique, avait évité d'évoquer le sujet sensible des EPR lors de la présentation de son plan d'investissement France 2030. A cette occasion, il a en effet plutôt mis en avant ces petits réacteurs nucléaires modulaires, d'une puissance allant de 25 à 500 mégawatts, contre 1.600 MW pour l'EPR développé par EDF.

La France en retard dans les SMR

Or, jusqu'ici, la France affiche du retard dans la course à ces petits réacteurs alors que la Russie a déjà mis en service deux SMR flottants pour alimenter en électricité des zones reculées et que des démonstrateurs devraient voir bientôt le jour aux États-Unis et au Canada. Mais le gouvernement français ne compte pas perdre cette nouvelle bataille technologique. Et entend y mettre les moyens : le chef de l'Etat avait déjà alloué 50 millions d'euros au développement des SMR dans le cadre de son plan de relance et place désormais le développement de ces petits réacteurs au cœur du plan d'investissement France 2030.

L'avantage en effet est la facilité d'installation de ces SMR, qui contraste avec les difficultés de certains grands projets comme celui du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche). Les SMR sont conçus pour être fabriqués en série en usine puis transportés sur le lieu de leur exploitation. Un moyen de diminuer sensiblement les délais de construction par rapport aux réacteurs nucléaires classiques, contraints par des obligations de réalisation sur site. Le chantier de Flamanville (Manche) par exemple a connu d'important retards et surcoûts. Mais Xavier Ursat, directeur exécutif en charge de la direction Ingénierie et Projets nouveau nucléaire d'EDF, a confirmé lundi le calendrier officiel de cet EPR : "à la fin de l'année 2022 on chargera le combustible à Flamanville", "toute l'équipe est mobilisée sur ce planning".

Lire aussi Centrale de Flamanville : pourquoi le gendarme du nucléaire a mis en demeure EDF

Au-delà de la construction de cet EPR, EDF vise également le lancement d'un premier chantier de petit réacteur nucléaire (SMR) en France autour de 2030, a indiqué lundi M. Ursat, qui destine ensuite ces réacteurs plutôt à l'export. En effet, à l'heure actuelle, seul un avant-projet de petit réacteur nucléaire baptisé "Nuward" est en cours de développement en France. Il doit permettre la création d'un prototype de SMR sur le sol français à l'horizon 2030, qui devrait ensuite servir de démonstrateur à l'étranger.

Lire aussi En misant sur les petits réacteurs, Macron espère relancer le nucléaire français...à l'étranger

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 20/10/2021 à 10:33
Signaler
C'est sur que c'est pas en "début de mandat" qu'il peut faire de telle déclaration puisque cela ne lui rapporte rien! Sa ténacité est toujours derrière lui!

à écrit le 20/10/2021 à 6:14
Signaler
Encore un effort, J'ai calculé qu'il fallait 26 epr pour recharger la capacité installée des usines de batterie en construction (France + allemagne)

à écrit le 20/10/2021 à 2:44
Signaler
Pourquoi des EPR, reprenons un système qui a bien fonctionné comme les centrales des années 1970.

à écrit le 19/10/2021 à 23:00
Signaler
Ça serait bien de finir celui de Flamanville, commencé il y a quinze ans, celui qui va nous couter 20 milliards d’euros. Et puis après, ça serait bien aussi de finir l’EPR finlandais, encore un coup d’Edf et d’Areva, commencé il y a quinze ans et dix...

à écrit le 19/10/2021 à 18:56
Signaler
Il a enfin compris que le lobby des éoliennes était en fait celui des géants gaziers. Le développement des renouvelables va de paire avec la construction de centrales à gaz. Il faut bien pallier le manque de production des éoliennes quand il n'y a pa...

à écrit le 19/10/2021 à 16:43
Signaler
Un SMR de 3ème génération (pas de 4ème!) pour 2030 alors que les russes en ont déjà réalisé un et que les USA et le Canada vont bientot en réaliser un? Ce n'est pas un peu tard?

à écrit le 19/10/2021 à 16:26
Signaler
"six EPR d'ici à la fin de l'année" Reste plus qu'à trouver des soudeurs

à écrit le 19/10/2021 à 15:23
Signaler
Est-il possible techniquement de redémarrer Fessenheim? A part les socialistes, les allemands et les suisses, personne ne voulait vraiment arrêter cette centrale qui rendait bien service. ...

à écrit le 19/10/2021 à 14:48
Signaler
Des décisions a la va vite mais sans avenir pour simplement dire qu'il a un programme! Comme la fois dernière!

à écrit le 19/10/2021 à 13:17
Signaler
Encore du --quoi qu'il en coûte-- Bon, celui de flamanville ils doivent changer le couvercle de la cuve au bout de 6 mois d'utilisation. Je sais même pas si on peut faire rentrer un couvercle comme ça sans casser les murs. On va finir bien bien r...

à écrit le 19/10/2021 à 13:11
Signaler
Peut être attendre qu'un fonctionne parmi ceux déjà prévus et qui normalement auraient du être terminés depuis longtemps non ? Enfin je sais pas moi ça me semble évident mais visiblement pas pour nos dirigeants. Les petits réacteurs eux sont promett...

le 19/10/2021 à 14:52
Signaler
Deux fonctionnent en Chine et ont même battu le record mondial de production en 2020. Ceci dit les SMR sont en effet très prometteurs pour la sûreté. Le discours consistant à les cantonner à l'exportation n'est que de façade.

le 19/10/2021 à 14:57
Signaler
La France est un pays riche. On va pas s embeter pour quelques milliards en plus ou en moins. De toute façon, plus on gaspille, plus mon ami banquier sera content.Je lui doit bien ça

le 19/10/2021 à 16:32
Signaler
Ok mais alors pour aller vérifier ça va être compliqué, je pense pas que les chinois laissent visiter.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.