Pour obtenir Suez, Veolia joue sa dernière carte : l'apaisement

 |  | 1231 mots
Lecture 7 min.
Veolia demande en contrepartie à Suez de désactiver le dispositif que l'entreprise cible de l'offre a récemment mis en place afin de garantir l'inaliénabilité de sa branche Suez Eau France, reposant sur la création d'une fondation de droit néerlandais.
Veolia demande en contrepartie à Suez de désactiver le dispositif que l'entreprise cible de l'offre a récemment mis en place afin de garantir l'inaliénabilité de sa branche Suez Eau France, reposant sur la création d'une fondation de droit néerlandais. (Crédits : Reuters)
Il ne reste plus que quelques heures à Veolia, dont la proposition expire ce soir, pour convaincre Engie de lui vendre la quasi-totalité de sa participation dans Suez. Pour prouver que son offre est amicale, elle promet de ne pas lancer d'OPA hostile pendant six mois. Mais pour Suez cette promesse reste "floue".

À quelques heures du conseil d'administration d'Engie qui doit décider s'il accepte de vendre la quasi-totalité (29,9% sur 32%) de sa participation dans Suez à Veolia, ce dernier a décidé de jouer la carte de l'apaisement. Dans un communiqué diffusé une demie heure avant l'ouverture des marchés, le groupe, qui espère fusionner avec son principal rival, a d'une part annoncé avoir amélioré le prix de son offre à Engie, comme promis depuis plusieurs jours, en le relevant de 15,5 à 18 euros par action - soit de 2,9 à 3,4 milliards d'euros au total. Afin de convaincre l'État, actionnaire principal d'Engie, de voter en faveur de ce rapprochement entre les deux leaders français de l'eau et des déchets, Veolia a également déclaré vouloir améliorer « l'amicalité et l'inclusivité » de son offre - dont elle a pourtant toujours contesté le caractère hostile.

« J'ai entendu les préoccupations des pouvoirs publics, et notamment celle exprimé à plusieurs reprises par Bruno Le Maire », a souligné au téléphone avec des journalistes Antoine Frérot, le PDG de Veolia.

Ces derniers jours, le ministre de l'Économie avait en effet réitéré son opposition à toute forme de « guerre industrielle » entre Suez et Veolia.

Six mois, « ni trop, ni trop peu » pour le dialogue

Si Engie lui vend sa part, Veolia promet donc de ne pas lancer d'OPA hostile sur Suez pendant une période de six mois, afin de tenter d'obtenir pendant ce délai une recommandation favorable de son conseil d'administration....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :