Relance du nucléaire en France : EDF presse l'Etat de lancer des actions concrètes

Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF a estimé mardi qu'il était "urgent" de lancer "des actions concrètes" pour la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France, après la décision de principe annoncée par le président Emmanuel Macron en novembre dernier. Pour lui, le plus urgent est de lancer la dynamique autour de la construction notamment des réacteurs de Penly", le site de Seine-Maritime où devrait être construite la première paire de nouveaux EPR.

4 mn

Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF
Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF (Crédits : Charles Platiau)

Jean-Bernard Lévy, veut du concret. Le PDG d'EDF espère que le gouvernement prendra bientôt des décisions en matière de programmation industrielle et de financement afin de concrétiser ses projets de construction de réacteurs nucléaires en France. Alors que le chef de l'Etat a annoncé le 9 novembre une relance du nucléaire en France sans sans toutefois préciser le nombre ou le type d'unités envisagées, ni leur financement, il est "urgent", selon lui, de lancer "des actions concrètes" pour la construction de nouveaux réacteurs nucléaires dans l'Hexagone.

"Nous espérons que le gouvernement va entrer un peu plus dans le vif du sujet en ce qui concerne la concrétisation de la position politique du chef de l'Etat début novembre (...) "J'espère que le gouvernement va passer d'une phase de déclaration de principe à une phase de lancement des actions concrètes. Je pense que c'est un sujet qui est urgent", a dit Jean-Bernard Lévy lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes économiques et financiers (AJEF).

Six nouveaux réacteurs

EDF propose la construction de six nouveaux réacteurs de type EPR en France sur trois sites, un projet que le groupe évalue autour de 50 milliards d'euros en tenant compte d'une intervention de l'Etat - selon des modalités qui restent à préciser - permettant d'améliorer les conditions de financement des projets.

"Si, comme c'est le cas aujourd'hui, je fais un financement du nucléaire avec des taux dont la prime de risque est très minime parce que l'Etat est intervenu massivement - et c'est comme ça que ça se passe dans tous les pays du monde -, le prix du revient du nucléaire est très compétitif", a souligné Jean-Bernard Lévy.

"Il n'est évidemment pas question que (les nouvelles centrales) soient financées selon des mécanismes privés, ça n'est le cas nulle part dans le monde et ça ne fait pas partie des solutions qu'on étudie avec l'administration de l'Etat."

Lire aussi 7 mnNucléaire : « Comment tout cela peut-il se financer puisque chacun sait qu'EDF est extrêmement endetté ? » (PDG EDF)

Lancer Penly au plus vite

Pour Jean-Bernard Lévy, "le plus urgent est de lancer la dynamique autour de la construction notamment des réacteurs de Penly", le site de Seine-Maritime où devrait être construite la première paire de nouveaux EPR, a-t-il ajouté. Plusieurs élus normands sont d'ailleurs dans les starting-blocks.

Lire aussi : Nucléaire : des élus normands en ordre de bataille pour accueillir des EPR

"Notre espoir est qu'il y ait une bonne prise de conscience que retarder encore davantage la concrétisation de l'impulsion politique donnée par le président de la République ne peut se faire qu'au détriment d'une industrie nucléaire dont on voit bien qu'elle ne peut rester compétitive, compétente, attrayante pour les talents, que si elle construit", a encore ajouté Jean-Bernard Lévy.

Le pays ne construit actuellement qu'un seul réacteur EPR de nouvelle génération sur son sol, celui de Flamanville (Manche). Accusant déjà un décalage de dix ans, il doit être mis en service fin 2022.

Lire aussi : EDF respire : l'EPR de Flamanville évite un nouveau retard important

Jean-Bernard Lévy a également jugé que le classement par l'Union européenne de certains projets nucléaires dans la catégorie des investissements "verts" devrait se traduire par une plus grande "profondeur" des financements disponibles et par une baisse de leurs coûts.

"Je ne sais évidemment pas le quantifier (mais) je pense que, qualitativement, il y aura une grosse différence."

Après que le gouvernement a suspendu en juillet ses projets de nouvelle régulation du nucléaire français et de réforme d'EDF, censés donner à l'entreprise les moyens d'investir, le PDG a en outre estimé que la construction de nouveaux réacteurs et la volonté de stabiliser les prix de l'électricité entraîneraient nécessairement "un réexamen des principes d'organisation et de fonctionnement du groupe".

Lire aussi 8 mnLe gaz et le nucléaire dans le label "vert" de l'UE, une aubaine pour EDF et Engie

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 04/01/2022 à 18:50
Signaler
en premier au lieu de courir EDF ferait mieux d optimiser son parc actuel puisque 30 % des tranches nucleaires sont a l arrêt et faire son boulot correctement fin décembre on a eu 2 incidents dont 1 avec pollution de 900 litres de tritium a tricast...

à écrit le 04/01/2022 à 17:31
Signaler
Pour prendre une décision il faut reformer une filière digne de ce nom avec des équipes solides ! EDF aurait beaucoup de travail pour y arriver.

à écrit le 04/01/2022 à 16:41
Signaler
Des actions concrètes ? Ben, fermer Fessenheim en était une. J'ai du mal à croire que ce gouvernement se soit subitement réveillé et comprenne que le nucléaire est un mal nécessaire. Il nous le fera croire jusqu'aux élections, puis reviendra aux fond...

à écrit le 04/01/2022 à 14:15
Signaler
Il devrait être très facile de trouver ces 50 milliards, puisque c'est précisément le budget annuel du Ministère de la transition bidule, somme que nous dépensons pour ne rien (quasi) avoir. Supprimons ce Ministère et construisons ces réacteurs qui n...

à écrit le 04/01/2022 à 14:11
Signaler
Mr Levy ne doit pas être bien informé! - état déplorable des reacteurd en service, pas d'argent pour leur maintenance et encore moins pour l'extension de leur durée de vie - l"Epr, un gouffre financier et ne sera pas en service avant 2025 (et oui, ...

à écrit le 04/01/2022 à 13:54
Signaler
Les EPR, ce ne sont pas ces nouvelles centrales qui ont posé des problèmes lors de leur vente (et donc construction) à l'étranger ? Déjà, dix ans de retard c'est beaucoup pour l'exemplaire de Flamanville et combien de dépassement du budget initial ? ...

le 04/01/2022 à 14:16
Signaler
L'EPR finlandais est démarré depuis mi décembre..

le 04/01/2022 à 14:17
Signaler
L'EPR finlandais est démarré depuis mi décembre..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.