Sans l'action de la France, l'Europe aurait subi une gigantesque panne électrique

 |   |  381  mots
Le déséquilibre a été constaté au niveau européen par RTE, et non sur le territoire français où l'offre et la demande d'énergie étaient équilibrées. Mais pour prévenir un blackout européen, RTE a immédiatement réagi en demandant à six grands industriels ayant souscrit des contrats dits d'interruptibilité de réduire leur consommation le temps de rétablir le bon équilibre du réseau au niveau européen.
Le déséquilibre a été constaté au niveau européen par RTE, et non sur le territoire français où l'offre et la demande d'énergie étaient équilibrées. Mais pour prévenir un blackout européen, RTE a immédiatement réagi en demandant à six grands industriels ayant souscrit des contrats dits "d'interruptibilité" de réduire leur consommation le temps de rétablir le bon équilibre du réseau au niveau européen. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
C'est un scénario catastrophe qui a été évité jeudi dernier. A cause d'une production d'électricité insuffisante par rapport à une forte demande, le système d'approvisionnement européen s'est trouvé au bord de la rupture. Et la France a dû demander en urgence à de grands groupes industriels énergivores de réduire leur consommation d'électricité pour préserver l'Europe d'un blackout général. Et l'origine du déséquilibre européen n'étant toujours pas connue, EDF continue d'enquêter.

Le système électrique européen est passé tout près de la rupture jeudi dernier en raison d'une production insuffisante qui a contraint la France à réduire la consommation de certains clients industriels, a annoncé la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

"Le 10 janvier vers 21h00, la fréquence du système électrique français et européen est passée très en-dessous de 50 Hertz. Or, quand la fréquence s'écarte trop de ce niveau, le système électrique pourrait connaître des coupures importantes, voire un 'black-out'", a fait savoir le régulateur dans un communiqué diffusé samedi.

RTE, filiale de transport d'électricité détenue par EDF, la Caisse des dépôts et CNP Assurances, a en conséquence demandé immédiatement à de grands groupes industriels énergivores, dans l'acier par exemple, de réduire leur consommation d'électricité de plus de 1.500 mégawatts (MW) pour faire remonter la fréquence, ce qui a permis d'éviter une rupture.

Les six clients industriels ayant conclu avec RTE des contrats dits "d'interruptibilité" ont baissé leur consommation pendant des périodes de 20 à 45 minutes, a indiqué lundi le gestionnaire de réseau, qui a eu ainsi recours pour la première fois à ce dispositif mis en place en 2014.

L'origine du déséquilibre européen n'est toujours pas connu

L'équilibre entre offre et demande d'électricité était assuré au niveau français, a cependant fait savoir une porte-parole de RTE, sans toutefois pouvoir à ce stade préciser l'origine du déséquilibre constaté à l'échelle européenne.

"Le système a très bien fonctionné et a permis de sécuriser l'ensemble de la zone Europe", a-t-elle également souligné.

A la suite de cet incident, la CRE a demandé à RTE "de travailler avec ses homologues européens pour identifier les causes de cet événement et proposer des mesures correctives".

Les réseaux d'électricité européens sont interdépendants et un manque de production dans un pays, même temporaire, peut se traduire par une coupure chez ses voisins.

Le risque est logiquement plus élevé en période hivernale où le réseau électrique est très sollicité et les marges de manoeuvre en matière de production supplémentaire sont moins importantes.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2019 à 9:07 :
A cause de son interdépendance,l me semble essentiel que la production d'électricité reste dans le secteur public.
a écrit le 19/01/2019 à 8:10 :
Avec la fermeture de Fessenheim, l'augmentation des voitures électriques, çà va sûrement s'améliorer !
a écrit le 16/01/2019 à 16:00 :
Tous les acteurs du secteur, RTE compris, se veulent pourtant rassurants sur la stabilité des réseaux européens (voir le dernier rapport de ce dernier) et prônent même le renforcement des interconnexions, pour absorber des déséquilibres continentaux croissants, avec le développement des énergies intermittentes. Or, rendre interdépendants des systèmes complexes conduit à créer un méta-système à la complexité bien supérieure, d'autant plus difficile à maîtriser. L'absence d'explication sur l'origine de l'incident pourrait être un indice des dangers d'une telle stratégie, conforme à l'orthodoxie des gestionnaires de Bruxelles, mais pas à la logique technique.
a écrit le 15/01/2019 à 17:27 :
Pourquoi ne dites-vous pas que l'origine de ce désordre vient d'Allemagne (importante perturbation de la production électrique liée à la versatilité de la production éolienne - quand il n'y a plus de vent ca produit pas et quand il y a trop de vent ça se met en protection) ???
Réponse de le 16/01/2019 à 0:36 :
Avez-vous des informations à cet égard? Les chiffres que j‘ai trouvés ne confirment pas votre analyse.

https://transparency.entsoe.eu/generation/r2/actualGenerationPerProductionType/show?name=&defaultValue=false&viewType=TABLE&areaType=BZN&atch=false&datepicker-day-offset-select-dv-date-from_input=D&dateTime.dateTime=10.01.2019+00:00|CET|DAYTIMERANGE&dateTime.endDateTime=10.01.2019+00:00|CET|DAYTIMERANGE&area.values=CTY|10Y1001A1001A83F!BZN|10Y1001A1001A82H&productionType.values=B01&productionType.values=B02&productionType.values=B03&productionType.values=B04&productionType.values=B05&productionType.values=B06&productionType.values=B07&productionType.values=B08&productionType.values=B09&productionType.values=B10&productionType.values=B11&productionType.values=B12&productionType.values=B13&productionType.values=B14&productionType.values=B20&productionType.values=B15&productionType.values=B16&productionType.values=B17&productionType.values=B18&productionType.values=B19&dateTime.timezone=CET_CEST&dateTime.timezone_input=CET+(UTC+1)+/+CEST+(UTC+2)
Réponse de le 16/01/2019 à 18:17 :
@Matthew
Quand on ne veut pas voir, on dit qu'on ne sait pas...
Le problème c'est que le problème vient bien des allemands et de leur réseau merdique ...

https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0600511555138-electricite-pourquoi-le-reseau-europeen-a-connu-une-faiblesse-2236349.php
a écrit le 15/01/2019 à 14:26 :
Demandons à l'Allemagne de construire plus de centrales charbon, la pollution étant stoppée aux frontières, c'était la logique des Taxes Carbur d'Hulot-Darmanin pour la FR

Pologne-hongrie-roumanie, on s'en fout : ils sont dans l'U.E égoistement pour Avoir,
les autres les indifferent.
a écrit le 15/01/2019 à 13:30 :
l'origine du déséquilibre européen est tout a fait connu, une très forte baisse de production d’électricité liée au énergie renouvelable en Allemagne. Ainsi en quelques heure la production des éoliennes est passé d'environ 40GW a quasiment zéro.
L'importance de la production électrique grâce au nucléaire français a permis a l’Europe d’éviter un black out avec toute les conséquence catastrophique que cela aurait pu engendrer.
a écrit le 15/01/2019 à 11:58 :
C'est la qu'on voit le problème non résolu de la cogénération: cette technique d'associer un moteur stirling (dit à air chaud invention du 19 ème sciècle) à une chaudière à bois, pellets gaz etc, qui donne une certaine indépendance énergétique ~ 2kw/h bienvenue, sauf que ces chaudières sans raisons évidentes sont à des prix inabordables pour un citoyen lambda et limité à quelques fabriquants dont de diétrich, alors qu'un moteur stirling est plus simple qu'un moteur de mobylette.
Quand aux éoliennes, c'est l'emploi du horizontal min 15m/s, alors que vertical à rotor et stator mini 5m/s qui est à incriminer
Réponse de le 15/01/2019 à 20:25 :
Merci de rendre hommage au pasteur Stirling, qui était Ecossais, comme
Watt et Rankine !
a écrit le 15/01/2019 à 11:35 :
A t-on demandé seulement aux industriels français de baisser leur consommation?
Est-ce que l'Allemagne s'est associée à cette baisse?
Si ce problème est arrivé hors période de grand froid,il me semble primordial de ne surtout pas démanteler notre parc electro-nucleaire seul garant de production importante,indépendante,24h/24 et 365 jours/an,avec un minimum de CO2 bien sûr.
a écrit le 15/01/2019 à 11:30 :
D'après lesEchos du jour : "Une erreur de mesure sur des lignes hautes tension entre l'Allemagne et l'Autriche a déclenché une coupure de courant chez des grands industriels en France, selon l'association qui fédère les réseaux en Europe."
Quand tout est maillé, si l'un tombe il entraine tout le monde. Effet domino.
a écrit le 15/01/2019 à 10:58 :
Dire qu'ils veulent qu'on roule à l'électrique. Pas sur que les Européens chargés tous leurs battries en même temps. Lol
a écrit le 15/01/2019 à 9:32 :
Eh oui, les renouvelables c'est bien mais quand il n'y a pas de vent et pas de soleil on ne produit rien et le pire c'est que quand il n'y a pas de vent en Allemagne il n'y en a pas non plus dans les autres pays européens jusque et y compris l'Espagne et le Portugal.
Eh oui les anticyclones ne sont pas écolos!!
a écrit le 15/01/2019 à 9:18 :
Je suppose que ce sont les groupes industriels français qui ont été obligés de limiter leur consommation ... On imagine ce qui se serait passé si la désindustrialisation massive de la France ne s'était pas produite (induisant le chômage de masse, qui le restera tant que l'on ne reconstruira pas une industrie forte) ! Mais l'Allemagne continue de développer son industrie, comme tout pays sensé, tout en abandonnant le nucléaire. J'en déduis que le problème électrique vient de là.
a écrit le 15/01/2019 à 8:25 :
Voilà, les grands groupes énergivores sont donc bien capables de réduire leur consommation énergétique, même si cela était sur un laps de temps limité.
Qu'est-ce qu'on attend pour leur demander de le faire toute l'année ? Il me semble que la transition écologique et la baisse des émissions des GES est au coeur de notre politique, non ?
Réponse de le 15/01/2019 à 9:18 :
Est ce que vous vous rendez compte du niveau de bêtise de votre commentaire ?
comment croyez vous qu'ils ont baissé leur consommation ? par magie ?
Ils ont tout simplement arrêté leur ligne de production ... (exemple : Arcelor Mittal arrête ses lignes (celles qui sont stopables, stop la chauffe de ses fours etc ... )
Tout cela coûte (d'ailleurs les industriels sont rémunérés pour ce service au réseau).

Alors leur demander de le faire toute l'année revient à leur demander de fermer les usines !
Réponse de le 15/01/2019 à 9:27 :
Tout le monde est capable de s'arrêter de respirer 15 à 30 secondes , de là à le faire en permanence .....
Réponse de le 15/01/2019 à 10:58 :
Vous n'avez absolument rien compris. Ce genre de situation peut faire de gros dégâts sur le plan social et industriel. Le 10 janvier la chance a été que la journée n'était pas trop froide et donc que la demande était limitée, sinon la chute brutale de la production éolienne allemande ( baisse brutale de puissance fournie de près de 40 GW ) conduisait à un véritable 'black-out' catastrophique.
Ce scénario sera malheureusement de plus en plus courant si la part des renouvelables intermittentes s'accroît en Europe et tout particulièrement en France avec les dernières annonces de Mr macron.
Réponse de le 15/01/2019 à 13:40 :
Pour information, nous reversons a ces groupes entre 80 et 100 millions d'euro pour qu'ils acceptent de baisser leur production lors des plus gros pic de consommation.
Ils baissent leur consommation électrique en baissant la production des usines.
Réponse de le 15/01/2019 à 14:18 :
https://clients.rte-france.com/lang/fr/clients_producteurs/services_clients/reserves_interruptibilite.jsp
Réponse de le 15/01/2019 à 16:05 :
"Qu'est-ce qu'on attend pour leur demander de le faire toute l'année ?"
il leur suffit de fermer la boutique et ne consomment plus rien du tout, pari gagné, la France ne consomme plus d'énergie électrique, on ferme tous les sites de production faute de besoin. On ressort la lampe à pétrole, le bois pour faire la cuisine et se chauffer, comme dans le passé.
Plus la non consommation dure, plus la production baisse, y pas de miracle.
Si chez vous on vous demande de décaler l'usage d'appareils énergivores, c'est pour réduire la pointe mais consommer autant au final.
J'ai remplacé ma VMC à 48kWh/mois, ne reste que 3kWh/mois, 20% de ma conso économisés, ça, c'est durable, et sans préjudice (amortie en 3 ans = fait).
a écrit le 15/01/2019 à 0:18 :
Et on veut nous vendre des voitures électriques... #AuFou !
a écrit le 15/01/2019 à 0:01 :
Heureusement que le parc de voitures électriques reste confidentiel.
Quand tout le monde branchera sa voiture le soir en rentrant du boulot, faudra faire pédaler tout ce qui peut produire...
a écrit le 14/01/2019 à 20:50 :
Et ils veulent fermer Fessenheim nos chers écolos ? Du goudron et des plumes !
Réponse de le 12/02/2019 à 23:02 :
Ben les écolos on s'en fout, mais est-ce que vous habitez dans un coin que vous aimez ou il n'y a pas une mais 10 fessenheim futures Tchernobiles!
C'est le cas en Pays de la Loire.
A mon avis avant que ça pète, il vaut mieux les démonter et les installer en bord de mer comme à Barfleur ou le risque est très limité, juste un bout de département, 50000 habitants pas plus, sur la Loire et affluents 5 millions de réfugiés.le vignoble et le tourisme finis pour 100 ans.
D'accord fesshenhein c'est peu seulement l'Allemagne ruinée.
a écrit le 14/01/2019 à 19:56 :
Encore une erreur de macron il faut qu'il démissionne
Réponse de le 15/01/2019 à 7:48 :
Non, il a été élu alors il reste le temps de son mandat. Les exigences factieuses des gilets jaunes ça suffit.
a écrit le 14/01/2019 à 17:37 :
@Louis.
- A 21 h ce jeudi 10 janvier : cela faisait 4 heures que le soleil était couché donc, pas de voltaïque et peu de vent sur toute l'Europe donc pas d'éolien !.
- Les énergies renouvelables n'ont rien à voir dans cette affaire, du moins directement sur le "coup de mou" de 21h à 22h dont, effectivement, il faudra rechercher les causes.
- Pour ce qui est de l’intermittence des énergies renouvelables, il y a un gros problème tant que l'on ne saura pas stocker de 'grandes" quantités d'énergies !
Réponse de le 14/01/2019 à 20:15 :
Louis a raison et vous le confirmez : pas de soleil et peu de de vent donc pas de renouvelables.
Réponse de le 15/01/2019 à 6:45 :
A Kiki la gironde.
Erreur. Notre maison est equipee de 12 kw en production solaire.
Meme avec un ciel gris. Le minima est de 2kw. Largement de quoi continuer a charger les deux batteries Samsung de 6kv en sous-sol.
De quoi tenir une bonne semaine sans faire d'exces.
Une investissement lourd, mais a terme rentable, et surtout le must....Plus de facture. Cordialement.
Réponse de le 15/01/2019 à 8:50 :
A "matins calmes" et à tout le monde, bien sûr :-)

Sur le site de RTE, https://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique, vous pouvez voir qu'à 21h le jeudi 10 janvier, la production voltaïque est nulle.

Concernant les batteries , il a manqué à RTE à 21h 1500MW ! Si je divise ce chiffre par 6KW, il aurait fallu 250 000 batteries comme la votre. A 3000€ par batterie, ce serait un investissement pour RTE de 1,5 milliards d'euros. Il faudra poser la question à RTE pourquoi, il ne l'a pas fait.

Quand à tenir une semaine avec 6kw, j'aimerai vous dire sincèrement "Bravo". Mais il manque beaucoup de données pour pouvoir porter un jugement sur ce vous avez écrit : mode de vie, coût, appareils consommateurs d'électricité, type de logement, technique employée...etc...

De mon côté, après de gros travaux d'isolation sur ma vieille maison qui était un gouffre thermique ( 24 000KWh pour le seul chauffage : 5 stères de bois et 1200 l de fioul), je suis passé à 5000 kwh pour le chauffage (200 l de fioul et 1,5 stère de bois), 39kg de propane pour la plaque gaz et 3300 kwh d’électricité ( soit 10kwh par jour).

Il me reste à installer 10à12 m² de panneaux solaires "THERMIQUES" pour baisser ma consommation d'électricité (eau chaude par cumulus) et de fioul (chauffage). Mais là, ça coince avec la mairie qui ne veut pas de panneaux solaires thermiques inclinés à 60° pour des raisons d'esthétique ! Voilà le combat : Esthétique contre changement climatique !!!!

Mais pour débattre des biens fondés de nos solutions respectives, il faudrait plus qu'un échange de posts sur un article de La Tribune.

Cordialement à tous
Réponse de le 15/01/2019 à 10:46 :
A KiKI la gironde.; Il fallait entendre deux bat de 6kv, soit 12kv. Eclairage led en totalite. Quadruple vitrage 4 m/m. Blanc menager LG derniere generation. Isolation interne sur 15 cm placo + contreplaque + couche alu et mousse synth. Exterieur des murs en brique, isolation crepi alveole sur grillage inox. Tous ces trvx ont ete fait en 2007 lors de l'achat de la batisse vieille de 45 ans. En ete, on utilise tres rarement les clim tellement c'est efficace question isolation. Derniere precision j'habite Seoul. Cordialement et bonne annee 2019.
Réponse de le 15/01/2019 à 13:34 :
Je suis très étonné que 'matins calmes' constate, avec une puissance installée de 12kW, une puissance minimale par ciel gris de 2kW. Cela me semble beaucoup ou alors il s'agit d'un ciel vraiment gris clair.
Bien entendu, ce monsieur n'a plus d'abonnement EDF puisqu'il qu’il dit ne plus avoir de factures; pourvu pour lui et sa famille que l'hiver ne soit pas trop rude et peu ensoleillé!
a écrit le 14/01/2019 à 17:09 :
Il serait judicieux que les gestionnaires de réseau de transport européens soient fusionnés en une structure sous monopole public parce que :
1) ils sont déjà tous en monopole public, donc autant supprimer les interfaces entre eux et faciliter ainsi le fonctionnement.
2) ça générerait pas mal de synergies : sur la gestion, sur les achats, etc.

La nouvelle structure pourrait piloter efficacement et de manière homogène le système électrique européen (le niveau pertinent). Et quand il y a un problème, on saurait rapidement d'où il vient au lieu de chercher un coupable caché au milieu d'un maquis d'acteurs.
Réponse de le 18/01/2019 à 5:38 :
A Jardinier.
Les hivers en Coree sont extremement ensoleilles.
Venez visiter, les coreens sont des gens charmants.
Vous serez conquis.
a écrit le 14/01/2019 à 16:53 :
La faute aux énergies renouvelables, qui ne sont pas constantes et peuvent avoir des pics ou des baisses rapides de production. Du coup il suffit qu'un pays trop dépendant de ces énergies flanche pour que tout tombe.
L'ironie c'est que la France avec son nucléaire, qui a une production constante, a dû en faire les frais pour sauver les autres...
a écrit le 14/01/2019 à 16:25 :
La cause principale justement est la centralisation de la production électrique.

"L'origine du déséquilibre européen n'est toujours pas connu"

Mais bon sang ya t'il quelque chose que l'on sache en UE !

Vite un frexit.
Réponse de le 14/01/2019 à 17:00 :
La centralisation de la production électrique ? Il me semble que c'est bien le contraire que nous observons. Rien qu'en France nous avons plus d'une vingtaine de sites de production de grande capacité, alors au niveau européen vous vous doutez bien que c'est plus un maillage décentralisé qu'une production centralisée en quelques points.
Ensuite, qu'est-ce que cela a avoir avec le sujet de l'article ? J'aurai aimé avoir des éclaircissements de votre part.
Enfin, en quoi une sortie de l'Europe permettrait d'être plus informé de quoi que ce soit alors que les réseaux sont connectés par soucis d'efficacité, d'efficience de l'adéquation entre la consommation et la production, par contrats de ventes entre les opérateurs, etc. ?
Il me parait même que cela aurait le même résultat que les britanniques : "sortez messieurs, la porte est ici. En revanche sachez bien que vous n'aurez plus le poids de peser sur les décisions, vous risquez même de perdre votre droit de regard", j'en tiens pour exemple les Suisses et les Norvégiens, qui appliquent presque l'ensemble des règlements européens sans jamais pouvoir peser sur les négociations. Bien que je ne sois pas un europhile convaincu, ni un eurosceptique patenté, n'allons pas chercher si loin la cause de nos malheurs. Allons plutôt regarder du côté de nos élus, si prompte à dépenser l'argent qu'ils n'ont pas, afin de mettre en œuvre les promesses pour lesquelles ils ont été maintenus au pouvoir (je ne mettrai pas l'actuel gouvernement et majorité parlementaire dans ce constat étant donné qu'un grand coup de balai a été donné à la précédente législative). Ils ont encore pour moi le bénéfice du doute et j'attends de voir les résultats qu'ils obtiennent.
Réponse de le 14/01/2019 à 17:02 :
Etes-vous salarié à plein temps par l'UPR pour venir nous rabâcher les oreilles avec votre frexit sur toutes les actualités publiées sur le site ? (Qu'il y ait un rapport ou non, d'ailleurs, vous ne vous embarrassez pas de ce genre de détail).
Cela devient lassant pour les autres lecteurs...
Réponse de le 14/01/2019 à 17:14 :
"La cause principale justement est la centralisation de la production électrique."

Non, au contraire, le fait qu'on ne sache toujours pas d'où le problème vient prouve que le système n'est pas assez centralisé.
Réponse de le 15/01/2019 à 9:00 :
@ multipseudos:

Vous me parlez au niveau européen alors que je vous parle d'une politique nationale française traditionnelle.

Bref une fois de plus vous trollez... Signalé.
Réponse de le 15/01/2019 à 15:44 :
@Citoyen blasé
Pas sur de comprendre le rapport avec le frexit. Est-ce que le frexit veut aussi dire que nous devons couper toutes les interconnexions électriques? On ne vend plus nos surplus électrique et on n’achète plus en période de sous-production?
Réponse de le 24/01/2019 à 15:10 :
"Est-ce que le frexit veut aussi dire que nous devons couper toutes les interconnexions électriques?"

L'UE est une façon économique néolibérale de gérer l'économie adaptée à 100ù à l'idéologie de nos LREM.

ET merci de valider cette réponse ! -_-
a écrit le 14/01/2019 à 16:23 :
Il n'y avait pas de vent .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :