Suez/Veolia : deux fonds, une "solution amicale" et une fin de non recevoir

 |  | 1393 mots
Lecture 8 min.
Veolia a d'déjà opposé une fin de non recevoir ferme à l'hypothèse d'une cession de ses 29,9%, qui ne sont pas et ne seront pas à vendre.
Veolia a d'déjà opposé une fin de non recevoir ferme à l'hypothèse d'une cession de ses 29,9%, qui "ne sont pas et ne seront pas à vendre". (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Suez a annoncé avoir reçu une lettre d'intention des fonds d'investissement Ardian et Global Infrastructure Partners devant permettre une ouverture de négociation avec Veolia. Les visions des deux groupes restent toutefois profondément opposées.

> VOIR l'enquête : dans les coulisses de Veolia/Suez : réseaux, jeux de pouvoir et avenir d'Engie

Après des mois de guerre intense, entre Suez et Veolia - qui veut l'acheter -, passés devant la justice, la cible a enfin dévoilé son "alternative" au projet de fusion de son concurrent. Dimanche soir, le numéro deux français de l'eau et des déchets a annoncé avoir "reçu une lettre d'intention d'Ardian et de GIP (Global Infrastructure Partners), visant à permettre une solution amicale et rapide à la situation créée par l'intention d'offre de Veolia".

L'offre obtenue par les deux grands fonds d'investissement français et américain "ouvre la voie à une solution globale avec diverses modalités d'exécution possibles, d'effet équivalent, y compris une offre d'achat des actions Suez par les investisseurs, au prix de 18 euros par action, coupon attaché", détaille Suez dans son communiqué.

Parmi ces "modalités d'exécution", non précisées, figure donc la possibilité qu'Ardian et GIP rachètent à Veolia les 29,9% du capital de Suez qu'il a déjà acquis auprès d'Engie début octobre, au même prix de 18 euros par action.

Un "accord à une ouverture de négociation"

"Ce n'est pas une contre-OPA, ce n'est même pas une offre qui s'oppose à celle de Veolia, puisqu'une des conditions essentielles de notre intervention, à nous et à GIP, c'est que les deux parties trouvent un accord", a expliqué à l'AFP Mathias Burghardt, responsable d'Ardian infrastructures. En insistant sur le caractère amical de la démarche, il a souligné :

"Le deuxième élément qu'il faut vraiment retenir, c'est que pour la première fois, le conseil d'administration de Suez a donné son accord à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2021 à 12:04 :
"Acquérir du pouvoir cela se paie cher, le pouvoir abêtit" Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :